“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Gérard Spinelli, maire heureux de Beausoleil Les projets phares réalisés en 2018

Mis à jour le 17/01/2019 à 15:39 Publié le 17/01/2019 à 15:39
L’un des projets phares de 2018.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Gérard Spinelli, maire heureux de Beausoleil Les projets phares réalisés en 2018

Mardi soir au centre culturel Prince Jacques, Gérard Spinelli a présenté ses vœux à la population et à un parterre d’élus et de partenaires institutionnels. Voici ce qu’il faut retenir

Il revendique d’être « un maire heureux, à bien des titres ». Première phrase prononcée et voilà que Gérard Spinelli livre le ton de ses vœux à la population pour 2019. Point de diatribes ou de saillies bien senties contre l’État, à l’instar de ses homologues des communes avoisinantes. Mais un discours (fleuve) résolument optimiste au cœur du pimpant centre culturel Prince Jacques. Une grande première dans ce lieu puisque cette cérémonie se déroulait d’ordinaire sous le chapiteau de la place de la Libération. « Très heureux aussi de présenter cette cérémonie de vœux, pour la première année depuis dix ans, libéré enfin totalement de ce joug judiciaire qui n’aurait jamais dû être le mien, et qui, s’il n’a jamais entravé l’énergie de mon action municipale, a profondément marqué ma vie d’homme et celle de ma famille », ajoute-t-il, faisant allusion à sa relaxe dans l’affaire de la tour Odéon dite « mains propres », survenue en février 2018.

« Nous voulons tout réussir à Beausoleil »

Le style est volontairement lyrique. Sur le fond, Gérard Spinelli répète son attachement à sa ville qu’il décrit sans ambages comme « difficile dans sa gestion et sa cohérence » (lire ci-dessous). « Une ville qui, malgré sa situation et son histoire singulières, a le droit aussi d’être mise en lumière, de bénéficier d’équipements de qualité, de préparer un avenir aux nouvelles générations qui y grandissent, d’être à la hauteur de ce rayonnement territorial unique au monde qu’incarne l’excellence monégasque. » Embrayant, dans la foulée, sur ces projets qui ont émergé en 2018 et ceux qui devraient naître dans l’année tout juste amorcée (à lire en détail prochainement dans nos colonnes). « Oui, nous voulons tout réussir à Beausoleil », jure-t-il.

Le maire de Beausoleil s’est aussi lancé dans une longue litanie de remerciements appuyés. Par souci de diplomatie, forcément. Mais conscient, aussi, que le dessein (et destin ?) municipal ne se forge pas seul.

Onze nouveaux seront aménagés pour dessiner un véritable chemin piéton.

Un équipement de six niveaux et 163 places aux Moneghetti sera inauguré à l’automne.

Le bâtiment sera complètement restructuré, les façades reprises et la halle réaménagée en trois parties.

Les travaux débuteront au printemps pour une durée d’un an. Il permettra la création et l’installation en son sein d’un nouveau centre de surveillance urbaine avec l’installation d’une dizaine de caméras supplémentaires en ville.

Beausoleil va poursuivre son changement d’éclairage public, moins énergivore et donc plus écologique et économique.

Exercice traditionnel de rhétorique pour un maire, la cérémonie des vœux reste un moment opportun pour dresser l’inventaire des projets qui sont nés durant l’année écoulée. « Une année que je n’oublierai pas », confie Gérard Spinelli. Celle-ci étant marquée par « l’inauguration princière de notre centre culturel Prince Jacques et ses 2 000 m² de culture et de lien social ; par la rénovation d’un des axes principaux de la ville, l’avenue du Général-de-Gaulle et de son éclairage Led suspendu, ses trottoirs élargis, ses passages piétons aussi lumineux que novateurs ». Autre rénovation en cours : celle du marché Eiffel, amorcée en décembre dernier, qui devrait voir le jour à la fin de l’année.

Il y a eu aussi « l’inauguration devant l’une des plus belles perspectives sur la Méditerranée qui soit, de la résidence sociale Bellevue et ses 139 logements pour jeunes actifs, par la mise en service d’un nouvel ascenseur public pour l’accessibilité du foyer restaurant du Centre et ainsi permettre à nos aînés de profiter dans le confort, du lieu de vie et d’animations qu’il représente pour eux. »

Au-delà du concret, le premier magistrat s’est aussi aventuré sur le terrain de la mémoire. Avec un grand M, 2018 marquant le centenaire de la fin de la Grande Guerre. « Nous sommes très attachés à nos cérémonies et à la transmission de l’histoire, des valeurs qu’elles portent aux nouvelles générations. En évoquant la guerre, nous ne faisons que parler de la paix », estime l’édile, rappelant notamment la création du premier mémorial aux combattants portugais du sud de la France. Une démarche mémorielle qui a d’ailleurs valu à la municipalité une missive d’hommage du président de la République, Emmanuel Macron.

« Le parking, les escalators et le marché n’étaient pas des promesses de campagne, je n’avais pas tous les éléments en mains pour m’engager (...). Les promesses de campagne vouées à s’envoler avec le vent, rien n’est plus facile. Mais c’est quand même, il faut bien l’avouer, prendre les gens pour des imbéciles. Une des raisons pour laquelle, sans doute, se sont creusés la défiance et le fossé qui nous éloignent des politiques. »

« Oui, nous voulons tout réussir à Beausoleil », jure l’édile.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.