“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Face à la multiplication des chantiers, Union Monégasque plaide pour un "droit à la tranquillité" en Principauté

Mis à jour le 24/10/2017 à 15:04 Publié le 24/10/2017 à 15:04
L'Union monégasque plaide pour un "droit à la tranquillité" face à la multiplication des chantiers à Monaco.

L'Union monégasque plaide pour un "droit à la tranquillité" face à la multiplication des chantiers à Monaco. Photo C. V.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Face à la multiplication des chantiers, Union Monégasque plaide pour un "droit à la tranquillité" en Principauté

Ils ont pris l’habitude d’égrener, petit à petit, leurs propositions pour le pays.

Ce mardi matin, devant la presse, les membres de la liste Union Monégasque avaient choisi de parler environnement et qualité de vie.

Un sujet "de préoccupation et de mécontentement en Principauté, souligne leur leader Jean-Louis Grinda. Le cadre de vie en Principauté s’est détérioré du fait des nuisances de la circulation et des chantiers."

Sa volonté? "Il faut exiger un droit à la tranquillité par quartier, les gens n’en peuvent plus. Ce n’est sûrement pas facile mais à quoi ça sert d’avoir un budget en bénéfice chaque année si le plaisir de vivre à Monaco n’existe plus."


Plus d'infos mercredi 25 octobre dans Monaco-Matin

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.