“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Européennes : Asso (LR) sur les terres d’Herrou

Mis à jour le 02/05/2019 à 10:19 Publié le 02/05/2019 à 10:19
À Breil-sur-Roya, Bernard Asso a tracté sur le marché en compagnie de Sébastien Olharan, le candidat LR déclaré pour les prochaines élections municipales.

À Breil-sur-Roya, Bernard Asso a tracté sur le marché en compagnie de Sébastien Olharan, le candidat LR déclaré pour les prochaines élections municipales. SG

Européennes : Asso (LR) sur les terres d’Herrou

En 15e position sur la liste emmenée par François-Xavier Bellamy, le très ciottiste candidat niçois Les Républicains a battu la campagne dans la vallée de la Roya

Faire campagne en montagne. Dans ces territoires qui se sentent délaissés. Où les berlines officielles des « politiques » ne se montrent qu’aux calendes grecques. Et encore. Là, où les Européennes n’alimentent jamais les conversations...

Pipe au bec et discours rodé - et assumé - sur l’immigration dans sa sacoche, Bernard Asso était en goguette dans la vallée de la Roya. De Breil à Saorge. De Saorge à Tende. De Tende à Fontan... Il est allé à la rencontre des habitants qui pour beaucoup n’attendent rien de ces élections.

En position éligible

En 15e position sur la liste menée par François-Xavier Bellamy - éligible - le conseiller municipal niçois est allé défendre le projet des Républicains. Et sa première halte a été pour les forces de l’ordre au poste frontière fixe de Fanghetto. « Les migrants passent par les sentiers de montagne, mais la route reste un vecteur important », lui explique l’un des policiers de la PAF - police de l’air et des frontières - qui avec les gendarmes tient le poste fixe. « Vous faites un métier difficile, vous mettez votre vie familiale de côté, il y a eu des réductions d’effectifs drastiques », dit le candidat LR, survivant ciottiste de la majorité Estrosi au conseil municipal de Nice. Asso dégaine les chiffres : « 18 000 migrants sont entrés par la Méditerranée depuis le début de l’année. C’est en baisse depuis que Matteo Salvini a fermé les frontières. Maintenant les migrants passent par l’Espagne ».

Direction Breil. Deuxième étape du périple de campagne. « Juste avant les élections, j’aurai tenu plus de 30 réunions publiques et une quinzaine de rencontres sur le terrain », précise Bernard Asso. Et à Breil, sur le marché, les habitants ont du Cédric Herrou dans toutes les bouches. L’oléiculteur, le fromager... comme ces Breilloises, cabas à provisions en main, qui accueillent Asso comme le messie. Comme celui qui « veut stopper l’immigration ». « Herrou, on en peut plus. Là ça, c’est calmé. Mais il a fait du mal à la vallée », dit un vieux monsieur.

« On assimile par le cœur, on intègre par l’argent »

« La seule solution pour nous, c’est une Europe puissante et renaissante et une Europe des frontières », lance le Républicain. Un message qu’il délivre aussi à Tende, reçu en mairie par Jean-Pierre Vassalo. « Il faut défendre notre civilisation, nos racines, notre mode de vie. L’Europe doit redevenir une puissance et la France une puissance au sein de l’Europe. Il faut réarticuler la part des nations en Europe », dit le candidat. Qui ajoute : « L’immigration de masse doit cesser, nous n’avons plus les moyens d’assimiler. Je préfère assimiler car on assimile par le cœur et on intègre par l’argent. »

Un message clair, porté seulement par LR, selon le candidat. LR et rien d’autre. Surtout pas LREM et le Rassemblement national, harangue le professeur de droit : « Il y a nous, qui voulons une Europe forte, et les autres. D’un côté, ceux qui veulent détricoter l’Europe et la quitter. Et de l’autre la pensée fédéraliste, ceux qui veulent la diluer, la dissoudre ».

Des mots qui parlent au maire de Tende : « C’est le plus beau discours sur l’Europe que j’ai jamais entendu. » Au bout du rouleau, il évoque ces bus qui « avant Herrou s’arrêtaient par dizaines et faisaient vivre son village...» Ces bus qui ne viennent plus, dit-il. « On a mis 40 ans à faire venir des gens ici. En deux ans, il a tout fichu en l’air », se désole Vassalo.

Saorge, une terre pas bénie pour Les Républicains

Arrivée au col de Tende.

« Votre présence ici est très importante. Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes a fait l’effort financier de poster ici des pompiers du Sdis 06...» Devant le tunnel. Les travaux y sont à l’arrêt depuis 2017. « Nous sommes là à quatre pompiers, 24 h/24, 7 j/7, pour assurer la sécurité du tunnel, mais ce n’est pas forcément le cas côté italien. Parfois il y a des pompiers, parfois non », déplore l’un de ces soldats du feu.

Les tunnels, une problématique que Bernard Asso connaît bien : « J’étais l’un des avocats dans l’affaire du drame du tunnel du mont Blanc », explique-t-il.

Le tunnel de Tende, long de 11,5 km, n’est pas aux normes.

« Il y a quelques niches mais pas de refuge pour permettre aux automobilistes de se mettre à l’abri longtemps en cas d’incendie. »

« Il a une formation idéologique »

Maintenant, direction Saorge.

Saorge la rouge, pas une terre bénie pour Les Républicains... «Aux élections nationales, ils votent à 80-85 % à gauche. Et la dernière fois, Xavier Beck a fait trois voix », commente Sébastien Olharan, candidat LR déclaré pour les prochaines municipales à Breil-sur-Roya, qui a servi de guide au candidat Asso tout au long de la journée. Là encore, le spectre de Cédric Herrou, le militant de « Roya citoyenne », le défenseur des migrants.

« Il a voulu racheter un restaurant à Fontan, la mairie l’a acquis avant pour éviter ça », déclare le candidat de 25 ans. « Il veut aussi ouvrir un centre d’insertion par le travail et cherche des locaux à acheter à Breil-sur-Roya », se désole le jeune Républicain.

Herrou, un nom qui hérisse le poil de Bernard Asso : « Il a une formation idéologique. Et partout où l’on est passé, vous voyez bien que les habitants n’en peuvent plus ».

Fin d’après-midi. Et la réunion publique. L’occasion de marteler le message. Encore et toujours. « Il faut stopper l’immigration immédiatement et sans états d’âme. ».

Le message principal. Mais pas le seul. Défendre la PAC, ou encore les entreprises en luttant contre la concurrence déloyale... Des thèmes développés devant les Breillois.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct