“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Eric Ciotti : La primaire se jouera très à droite

Mis à jour le 05/01/2016 à 05:13 Publié le 05/01/2016 à 05:13
Eric Ciotti parle d'autorité, toujours.

Eric Ciotti parle d'autorité, toujours. J.-S. G.-A.

Eric Ciotti : La primaire se jouera très à droite

Présentant ses vœux à la presse, le député et patron du Département a réitéré des convictions très sarkozystes d'une droite décomplexée en phase avec l'aspiration à l'autorité des Français

Une chose est sûre, Eric Ciotti n'aura pas grossi hier ! Soumis au feu roulant des questions des journalistes, le président du Département en a été réduit à picorer (et encore), lors de son déjeuner de vœux à la presse. Petit inventaire gourmand de ses pensées du moment…

La primaire

On a bien essayé, mais c'était peine perdue : Eric Ciotti n'a pas dévoilé pour qui il roulera lors de la primaire de la droite, en novembre. Malgré tout, en une phrase, le suspense semble s'être sensiblement éventé : « Fillon a des atouts. Mais Sarkozy me semble être celui qui est le plus en phase avec l'électorat de droite. »

Pour tout dire, le député azuréen aurait aimé que cette primaire soit avancée. Il a une crainte, « qu'elle mette davantage en exergue ce qui sépare que ce qui réunit. Entre la distinction et la division, la frontière est ténue ». Ceci étant, il a affiché une quasi-certitude : « Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle et celui qui sera face à elle, le vainqueur de notre primaire, deviendra Président. »

A droite toute

Pour lui, c'est limpide… La présidentielle se gagnera sur des idées de droite. Et sur les 6,8 millions d'électeurs du FN lors des régionales dans l'Hexagone, il estime qu'un million devrait participer à la primaire de la droite. « Celle-ci se jouera à droite et même très à droite, le pays adhère de plus en plus à des valeurs de droite. »

Au passage, s'il votera la réforme constitutionnelle, favorable qu'il est notamment à la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux, Eric Ciotti dénonce « un subterfuge grossier de François Hollande, Machiavel de la politique, dans la lignée de Mitterrand, qui joue beaucoup avec le FN ».

Lui aspire à d'autres mesures fortes : autorisation pour les policiers de procéder à des contrôles d'identité et des fouilles de véhicules systématiques, procédure de rétention administrative pour ceux qui reviennent du djihad, en particulier.

Nuances...

Viennent immanquablement les questions sur ses relations et... supposées divergences avec Christian Estrosi. Il préfère parler de « nuances ». Elles portent précisément sur la droitisation des Républicains. « Je ne suis pas d'accord avec lui quand il dit que la droitisation est une erreur. Je considère au contraire que, de 2007 à 2012, on n'a pas mis en place une politique suffisamment de droite et c'est ce qui nous a coûté la victoire en 2012. Il ne faut pas abandonner certains sujets au Front national. »

Pour autant, diplomate, il estime naturelle la volonté de Christian Estrosi de rassembler à la Région à travers son futur conseil consultatif qui associera des personnalités de gauche et d'ailleurs non élues. « À la sortie, il fera ce qu'il voudra puisqu'il est majoritaire, mais c'est bien de faire ce geste. »

Il se félicite aussi du rééquilibrage en faveur des Alpes-Maritimes dont il crédite, par avance, le nouvel occupant de l'Hôtel de Région. Et, pour conclure sur ce sujet sensible, confirme qu'il ne sera pas candidat contre Christian Estrosi lors de l'élection du président des Républicains des Alpes-Maritimes, le 30 janvier. « Les gens ne comprendraient pas que lui et moi nous opposions. »

Aide aux sinistrés

Concernant les inondations de l'automne, son président a rappelé que le Département a voté une aide exceptionnelle de 20 Me. Dont plus de la moitié a déjà été effectivement versée : 1 million à près de 2 883 foyers, un autre million à 120 entreprises et 10 millions en faveur des communes sinistrées.

Père-la-rigueur

Hier était par ailleurs le premier jour de la nouvelle vie des agents départementaux, qui disposeront à compter de cette année de 14 jours de vacances (11 RTT et 3 jours de congés payés) en moins. Une mesure qui participe de l'exemplarité en matière de gestion qu'Eric Ciotti entend incarner à la tête du Département. « Nous avons aujourd'hui 600 agents de moins qu'à mon arrivée en 2008, deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite ne sont pas remplacés, cela nous permet de réaliser des économies de fonctionnement »... Tout comme la suppression, cette année, de la cérémonie des vœux au personnel.

« L'an dernier, nous avons ainsi désendetté le conseil départemental de 11 ME, tout en maintenant l'investissement, alors que la Dotation globale de l'État sera passée de 2013 à 2017 de 125 à 45 ME seulement. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct