“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

ENTRETIEN. "Lassé", le président du Conseil national de Monaco Christophe Steiner quitte la vie politique

Mis à jour le 25/09/2017 à 20:22 Publié le 25/09/2017 à 20:22
Christophe Steiner, président du conseil national de Monaco.

Christophe Steiner, président du conseil national de Monaco. Photo Jean-François Ottonello)

ENTRETIEN. "Lassé", le président du Conseil national de Monaco Christophe Steiner quitte la vie politique

Le président du Conseil national depuis le 27 avril 2016 s’apprête à tourner la page. Un choix mûrement réfléchi, sur lequel il s’explique ici à cœur ouvert.

Pourquoi avez-vous décidé de quitter la vie politique locale?

En février 2018, cela fera vingt ans que je suis engagé en politique. La vie politique ressemble à la vraie vie, il est important de laisser la place aux jeunes. Si l’avenir de mon pays et la politique en général me passionnent toujours, je suis lassé de la vie politicienne.
En vingt ans le monde a changé, Monaco a changé, mais malheureusement le Conseil national remplit de plus en plus des rôles qui l’éloignent de sa fonction première dans un monde en pleine mutation.

Quel bilan tirez-vous de ces derniers quatre ans et demi? Et de ces vingt derniers mois?

Le Conseil national ayant connu son Thermidor, je vous dirai comme Clemenceau: la législature 2013-2018 « est un bloc dont on ne peut rien distraire ». Le bilan est mitigé, je regrette que nous ayons dû en arriver à créer un précédent, mais je pense que nous n’avons pas eu le choix, avec les élus qui m’ont soutenu et les permanents qui ont fait un travail remarquable. Ensemble, nous avons fait le job comme il aurait toujours dû être fait.

En terme législatif?

Je ne reviendrai pas sur toutes les propositions de loi que nous avons faites et qui ont été votées, elles n’ont eu qu’un seul but : l’intérêt général et le bien-être de nos concitoyens et des résidents. Vous savez, j’ai passé l’âge de bomber le torse en me martelant la poitrine. Faire de la politique, ce n’est pas jouer à qui fait pipi le plus loin avec le gouvernement. Faire de la politique, ça passe par la discussion, les négociations et les propositions de loi. Faire de la politique, c’est être pragmatique. Et si vous gagnez, parfois vous n’obtenez pas tout ce que vous souhaiteriez, c’est la règle. Alors, oui c’est vrai, pas de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct