Rubriques




Se connecter à

Encore seul en liste, Georges Marsan candidat à sa propre succession pour la mairie de Monaco

Le maire sortant brigue un cinquième mandat avec, peu ou prou, la même équipe communale. Il n’a, pour l’heure, aucun opposant déclaré

Joëlle Deviras Publié le 22/11/2018 à 07:27, mis à jour le 22/11/2018 à 08:16
Maire depuis plus de quinze ans, Georges Marsan veut obtenir le vote des Monégasques pour les quatre prochaines années. Photo Cyril Dodergny

Georges Marsan est, pour l’heure, le seul à vouloir conduire une liste en vue des prochaines élections communales.

"J’ai décidé d’annoncer officiellement ma candidature."Alors que Monaco est rentré en période de précampagne électorale par arrêté ministériel du 5 octobre, c’est sans surprise ni agitation que se prépare donc le vote du 17 mars prochain.

Personne ne semble, cette fois-ci, vouloir affronter un maire installé dans son fauteuil depuis quinze ans. Lui, pour son cinquième mandat, veut être accompagné d’une équipe dont seulement trois ou quatre noms devraient changer. Autant dire une promesse de continuité!

La liste dévoilée
mi-janvier

 

"Nous avons une bonne équipe d’élus et d’administratifs, explique Georges Marsan. Nous avions renouvelé la liste de plus d’un tiers en 2015 avec davantage de femmes et des personnes motivées, impliquées.» Pour la mandature 2019-2023, «la liste sera dévoilée mi-janvier."

Parmi les quelques noms destinés à changer, "une personnalité serait bien; quelqu’un d’utile pour l’institution…"

L’offre est lancée! Mais pourquoi donc le fauteuil n’intéresse-t-il que le maire sortant? Certes, les prérogatives de la mairie de Monaco sont moindres par rapport aux municipalités françaises. Les conseillers communaux ne donnent par exemple qu’un avis consultatif sur l’impact visuel des projets immobiliers. Mais ce n’est tout de même pas dérisoire.

"La mobilité durable n’est pas dans les compétences de la mairie. Mais quand il fut question de placer une sorte de mante religieuse sur le Jardin exotique pour installer une télécabine, j’ai dit “non”."

 

Des domaines de compétences pas insignifiants

Autre exemple: "Nous avons œuvré pour que les jardins de l’Hôtel de Paris soient préservés. Notre avis n’est certes que consultatif mais il est souvent écouté parce qu’il est l’expression d’un compromis."

Les domaines de compétence de la mairie ne sont donc pas insignifiants ou réduits à quelques activités accessoires. Les crèches, l’aide au maintien à domicile des seniors, la Halle du marché, le stade nautique Rainier-III et sa salle de sport, le Jardin exotique et les serres des cactus, la programmation culturelle de la salle Léo-Ferré, la future médiathèque…

Tout cela revient aux services conduits par Georges Marsan. De plus, le budget de la commune laisse une marge de manœuvre satisfaisante au maire de Monaco.

Une dotation budgétaire confortable

"Les maires se désengagent en France et même en Italie parce que les mairies ont moins de moyens. Nous avons une autonomie budgétaire mais pas une autonomie financière. Et notre dotation est confortable."

Comment échapper à l’usure du pouvoir? Peut-être d’abord parce que la notion de «pouvoir» à la mairie de Monaco ne peut s’appréhender selon les références et les objectifs visés de la France. Pas de guerre des partis, pas de poste-tremplin qui fait de la ville un bon début de carrière en politique.

 

L’environnement:
"un enjeu majeur"

Les Monégasques l’ont vu à l’œuvre, Georges Marsan n’est pas de ceux qui vivent de ou au travers de la politique. Mais lui veut continuer, d’abord parce qu’il considère avoir "un bon bilan".

Mais aussi "parce que de nombreux dossiers ont pris du retard et sont encore en cours. La transition énergétique et le lancement de la smart city, comme ce jeudi avec le paiement du stationnement en surface via son smartphone dont la mise en place ne fut pas facile, vont monter en puissance. Nous investissons massivement sur l’environnement. C’est l’enjeu majeur pour parvenir à réduire de 50 % l’impact de CO2 d’ici 2030. La transition numérique devrait se faire d’ici deux ans avec la possibilité d’avoir des actes administratifs, l’identité numérique avec une carte d’identité monégasque deuxième génération… Nous sommes dans le comité de pilotage avec Frédéric Genta, délégué interministériel chargé de la transition numérique. C’est la première fois qu’il y a autant de projets en attente. C’est très motivant."

Parmi les projets-phares que Georges Marsan veut continuer à mener: la médiathèque. "Le projet doit être livré en 2022", en raison des multiples retards des grands chantiers d’État. "Ce sera un lieu de vie et de culture."

"L'enjeu, c'est la mobilisation"

Mais il s’agit d’abord de mobiliser l’électorat. En 2015, avec un taux de participation 60,61 %, la liste de Georges Marsan, "L’évolution communale", emportait tous les postes de conseillers avec 78% des voix face à "Un regard neuf", mené par Franck Nicolas.

 

Pour conserver la confiance des Monégasques, le maire sortant compte se donner les moyens de convaincre ses compatriotes. "Je mènerai campagne même si je n’ai personne en face. L’enjeu, c’est la mobilisation. J’en ai besoin pour asseoir notre légitimité. Il faut que les Monégasques aillent voter."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.