“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Donald Trump sauvé de la faillite par Dmitri Rybolovlev? Le président de l'AS Monaco dément

Mis à jour le 20/02/2018 à 09:09 Publié le 20/02/2018 à 08:22
Achetée par Rybolovlev, la «Maison de l’Amitié» fait couler de l’encre.Selon le JDD, la plus-value réalisée par Trump l’aurait sauvé de la banqueroute.

Achetée par Rybolovlev, la «Maison de l’Amitié» fait couler de l’encre.Selon le JDD, la plus-value réalisée par Trump l’aurait sauvé de la banqueroute. Photos Nice-Matin et AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Donald Trump sauvé de la faillite par Dmitri Rybolovlev? Le président de l'AS Monaco dément

Les tensions diplomatiques entre Russie et États-Unis, nées de la dernière élection présidentielle, n’épargnent pas le président de l’AS Monaco, sommé de se justifier sur son agenda et son business.

La "Maison de l’Amitié" portait-elle bien son nom?

Alors que les soupçons d’ingérence russe dans la dernière campagne présidentielle américaine prolifèrent et que Robert S.Mueller, ex-patron du FBI, a été nommé procureur spécial pour garantir l’indépendance de l’enquête sur d’éventuelles collusions entre le camp Trump et la Russie, le nom du président de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, tourne en boucle dans la presse US depuis l’été dernier.

Point de départ des suspicions, l’achat d’une villa à Donald Trump, en 2008 à Palm Beach (Floride), par le Family Trust Rybolovlev. 

Une vente assortie d’une plus-value "mirifique" (54 millions de dollars), selon le JDD de ce dimanche 18 février, qui aurait permis à Trump "d’échapper à la banqueroute".

Un papier, intitulé "Comment Trump a été sauvé de la faillite par Rybolovlev", auquel les conseillers de l’oligarque russe ont aussitôt répliqué par communiqué. "Dmitri Rybolovlev apporte un démenti personnel et catégorique à ces insinuations fantaisistes, malveillantes et orientées. Pourtant soumis au principe fondamental du contradictoire, l’auteur de cet article n’a même pas cru bon de recueillir les explications de l’intéressé qui aurait vidé de sa substance la teneur de son article." 

Le JDD y évoque également de possibles entrevues confidentielles entre Trump et Rybolovlev – entre deux avions – et des intérêts financiers communs jusqu’au secrétaire du Commerce de Donald Trump, Wilbur Ross.

Un président de l’ASMonaco rangé parmi les "ennemis de l’Amérique" d’autant plus facilement qu’il est déjà suspecté d’ingérence dans la justice et la police monégasques dans l’affaire qui l’oppose, en Principauté, au marchand d’art suisse Yves Bouvier.

Si le principal intéressé, Dmitri Rybolovlev, refuse de commenter ces accusations tant que des affaires sont pendantes en justice, ses proches conseillers se justifient.

Rybolovlev sauve Trump de la banqueroute?

Invité du Late Show de David Letterman en 2012, Trump lâche sans complexes: "J’ai fait beaucoup d’affaires avec les Russes!"

Le 26 juillet 2016, en pleine campagne pour la présidence, le Républicain enclenche la marche arrière au détriment – médiatique – de Rybolovlev. "Qu’est-ce que j’aurais à faire avec la Russie? La chose qui me rapproche le plus de la Russie, c’est que j’ai acheté une maison en Floride pour 40 M$ et que je l’ai revendue à un Russe pour 100 M$." 

En 2004, Trump acquiert aux enchères (41,35 M$) la maison d’un magnat de la santé, Abe Gosman, en proie à la faillite. 62.000m² de luxe au bord de l’Atlantique, qu’il rénove et remet en vente, en 2008, pour 125 M$.

Rybolovlev l’achète pour 95 M$ par le biais de la société County Road Property LLC, puis en transfère la propriété à son Trust familial. Une plus-value de 54 M$ qui aurait permis à Trump "d’éviter la banqueroute", selon le JDD. Faux, selon le Family Office de Rybolovlev.

"La société familiale a acquis la propriété de Palm Beach à un prix inférieur au prix demandé par le vendeur. La transaction s’est opérée de la manière la plus publique et régulière qu’il soit. Réalisée dans un objectif d’investissement et largement couverte par les médias américains à l’époque, cette acquisition s’avère particulièrement profitable pour la société familiale, loin de l’agenda caché que quelques polémistes imaginent encore."

"Durant la négociation, M. Rybolovlev n’a eu au contact avec M. Trump", peut-on lire.

Détruite en 2016, la villa a depuis été divisée en trois parcelles par le Family trust. "Deux ont déjà été vendues, la dernière est sur le marché", précise l’un des conseillers de l’oligarque, chiffres à l’appui. Mais l’affaire pourrait être à perte selon d’autres, à commencer par Ron Wyden, sénateur démocrate auteur d’une requête à la commission des Finances.

"Il est impératif que le Congrès trace l’argent et mène une enquête minutieuse sur tout éventuel blanchiment ou autre opération illicite entre le président, ses associés et la Russie."

Trump et Rybolovlev "ami-ami"?

Interrogés sur d’éventuelles rencontres avec Trump, les proches de Rybolovlev sont catégoriques: "Non, jamais!".

Quant à la présence du président de l’AS Monaco dans la liste dite des "ennemis des États-Unis", émise par le Trésor national américain [Appendice B, ndlr], les proches de Rybolovlev tiennent à rappeler que, contrairement aux 13 Russes inculpés pour complot envers les États-Unis, Rybolovlev apparaît "seulement" car sa fortune est supérieure au milliard de dollars.

Une liste informative qui ne revêt aucune accusation ou sanction.

Tous les comptes mènent à Chypre?

Le JDD affirme que Trump a établi une société à Chypre, après la vente de sa villa en 2008. Chypre où, en 2010, Rybolovlev s’octroyait 9,7% du capital de la principale banque, Bank Of Cyprus, "dont l’actionnaire principal deviendra peu après l’Américain Wilbur Ross, désormais secrétaire du Commerce de Donald Trump".

Or, toujours selon un proche conseiller de Rybolovlev: "La participation du Trust familial Rybolovlev, à compter de la restructuration de 2013, ne représentait plus que 0,01 % du capital. Or, Monsieur Wilbur Ross n’a investi dans la banque qu’en 2014… Il faut donc se garder de conclusions hâtives".

Pas dans les petits papiers de Poutine

"M. Rybolovlev n’a jamais été parmi les oligarques de Moscou qui profitent de connexions spéciales pour construire leur business. Il n’a pas de relations privilégiées avec M. Poutine".

Évoquant notamment l’épisode de la vente contrainte d’Uralkali (mine de potasse) en 2010, lorsque Rybolovlev s’écharpait avec Igor Setchine, proche de Poutine et vice-Premier ministre de Russie, un proche de Rybolovlev nie toute proximité avec le président Poutine.

Des avions qui se croisent par hasard

Des médias américains - McClatchy en premier lieu - ont pointé la présence de l'avion (MKate) de Rybolovlev sur le tarmac de différents aéroports (Burbank, Miami, Las Vegas…) simultanément à la tenue de meetings par Donald Trump en 2016.

De "pures coïncidences" selon les conseillers de l'oligarque russe, qui ajoutent: "Quant à Las Vegas, certains médias ont depuis trouvé que les deux avions étaient présents à des heures différentes".

De pures spéculations, y compris le 3 novembre 2016 - à cinq jours de l'élection - lorsque MKate fait escale durant une journée en Caroline du Nord, à Charlotte, voisinant l'avion de Trump sur le tarmac.

"Il est avéré qu'aucun contact avec les équipes de M. Trump n'a été noué à l'occasion des voyages d'affaires réalisés par M. Rybolovlev aux États-Unis. Y voir autre chose que des déplacements professionnels sans apporter la moindre preuve contraire relève de la pure calomnie", répond le Family Office au JDD.

Mais quelles affaires? L'un des conseillers a accepté d'ouvrir l'agenda de Rybolovlev à cette date du 3 novembre 2016. "M. Rybolovlev était là pour assister à une présentation, organisée par la direction de Alevo, concernant le développement du projet." Alevo? Un projet méconnu de l'oligarque qui mérite parenthèse.

En août 2016, Rybolovlev investit dans Alevo Group, via plusieurs holdings enregistrés à Chypre, devenant le 2e investisseur du groupe. Il mise ainsi sur l'évolution des énergies propres avec cette entreprise de batteries dont l'usine est à Concord dans la banlieue de… Charlotte… Un site aujourd'hui fermé pour cause de faillite.

"Nous restons intéressés par la technologie de stockage d'énergie que l'entreprise a mis au point et nous continuerons à suivre l'évolution de cette technologie pour, à l'avenir, voir comment elle pourrait aider à trouver un moyen de production efficace", avance un proche de Rybolovlev, signalant que "le trust familial est toujours l'actionnaire principal aujourd'hui".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.