Rubriques




Se connecter à

Déplacement des Monégasques limités: Monaco entreprend des discussions avec la France

On est encore loin de la crise de 62 et du bras de fer entre les deux pays aux destins liés, mais l’affaire de ce déplacement des résidents de la Principauté en France au-delà de 30 kilomètres a pris une tournure politique entre Monaco et la France.

C. V Publié le 03/02/2021 à 22:29, mis à jour le 03/02/2021 à 22:31
Le conseil de gouvernement qui se réunit chaque mercredi (comme ici en septembre dernier) avait mis ce sujet épineux à son ordre du jour mercredi. Photo Manuel Vitali / Dir.Com

Le président du Conseil national Stéphane Valeri s’est entretenu à ce sujet ce mercredi matin au téléphone avec le Prince souverain, après avoir également échangé avec le ministre d’État dès mardi soir.

Le gouvernement princier entend peser pour convaincre

Le sujet était à l’ordre du jour du conseil de gouvernement ce mercredi sur le Rocher.
Prenant acte de la décision, le gouvernement princier entend peser pour convaincre le gouvernement français de revoir sa décision.
Des échanges ont eu lieu hier entre la place de la Visitation et les cabinets des ministères parisiens pour tenter de trouver une solution.

Appuis parlementaires

De son côté, Stéphane Valeri a pris attache avec les présidents des groupes d’amitié France-Monaco dans les parlements français [le député Olivier Dassaut pour l’Assemblée nationale et la sénatrice Dominique Estrosi-Sassone pour le Sénat, N.D.L.R] afin qu’ils interviennent auprès de leur gouvernement.

 

En coulisses, le gouvernement de la Principauté se dit surpris par le point de vue français. Avançant comme argument que la situation sanitaire face à la Covid-19 a toujours été moins préoccupante à Monaco que dans les Alpes-Maritimes. Et que la décision contredit aussi l’esprit de la convention de voisinage entre les deux biens qui implique que les ressortissants monégasques et français des deux côtés de la frontière peuvent entrer, circuler et s’établir sur les deux territoires.

Questionnée sur le sujet, la préfecture des Alpes-Maritimes n’avait ce mercredi aucune déclaration à faire. L’arbitrage de cette question devrait se faire en haut lieu.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.