“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Conseil municipal : une délibération rejetée et reportée

Mis à jour le 24/07/2017 à 05:07 Publié le 24/07/2017 à 05:06
Un conseil municipal avec des rebonds...

Un conseil municipal avec des rebonds... MEC

Conseil municipal : une délibération rejetée et reportée

Douze délibérations étaient à l'ordre du jour du dernier conseil municipal.

Douze délibérations étaient à l'ordre du jour du dernier conseil municipal. Aux onze prévues initialement, le maire annonçait, en début de séance, l'ajout d'une 12e concernant l'attribution, chaque année, d'un chèque cadeau de 100 euros aux bacheliers turbiasques reçus avec mention TB.

Cette délibération sera approuvée à l'unanimité, ainsi que 8 autres. En commençant par le retour à la semaine scolaire des 4 jours, confirmation d'une annonce déjà faite par le maire dès le lendemain du conseil d'école extraordinaire, le 26 juin dernier, où la totalité des parties prenantes était tombée d'accord. Les activités péri-éducatives (NAP) sont supprimées.

L'approbation de la charte des agents spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), élaborée et approuvée à l'unanimité des personnels (enseignantes, directrice et ATSEM) s'est faite à l'unanimité moins une abstention et avec le commentaire de André-François Pellegrin : « Cette unanimité dans l'élaboration devrait permettre de mettre fin aux tensions qui existent. »

Enfin, le conseil municipal a pris acte du rapport annuel de la CARF concernant le service de l'élimination des déchets pour 2 016.

À cette occasion, Jean-Philippe Gispalou a noté un bon point envers les Turbiasques qui « ont fait leur devoir de citoyens, car on observe une diminution du volume des ordures ménagères… Une bonne tendance qu'il faut poursuivre »

En revanche, il s'opposa à la 8e délibération, qui consistait à rendre hommage à Alain Prado, ancien responsable de l'Office National des forêts (ONF) pour Cap-d'Ail et La Turbie, décédé en avril dernier, en dénommant « Espace Alain Prado » un promontoire aménagé dans la pinède par l'ONF. « Il était un constructeur, pas un défenseur du patrimoine » expliqua-t-il. Les autres conseillers ont voté pour. La délibération a été adoptée (nous aurons l'occasion de revenir sur la personnalité d'Alain Prado).

La balle (de tennis) bute dans le même camp

Un conseil en somme sans difficulté… jusqu'à la délibération 2 017-50, concernant la convention d'objectifs et de moyens entre la commune et l'association « La Turbie Tennis Club ».

La convention de mise à disposition des tennis municipaux à l'association de Michel Borfiga arrivant à terme le 31 août 2017, et ce dernier ayant indiqué qu'il ne souhaitait pas son renouvellement, deux candidats avaient manifesté leur intérêt pour reprendre l'activité dans le cadre d'une convention de trois ans avec paiement d'une redevance mensuelle.

Après étude des propositions par une commission d'adjoints, l'association « La Turbie Tennis Club », représentée par son professeur déjà en place, était retenue, avec une redevance de 100 euros par mois. Le conseil municipal était appelé à autoriser le maire à signer la convention. André-François Pellegrin, le premier, marqua son opposition : « Nous sommes certains que vous avez fait un travail d'analyse honnête. Mais notre groupe ne peut pas voter un projet, alors que nous ne connaissons pas le contenu des deux propositions. » Même réaction chez Jean-Philippe Gispalou, qui s'insurge à la fois parce qu'il ne dispose pas d'informations sur le contenu des offres présentées et parce qu'il ne comprend pas pourquoi c'est une commission d'adjoints et non la commission « Sports », à laquelle il appartient, qui a étudié les dossiers.

Le maire, un rien abasourdi par les réactions - car il s'agissait pour le conseil municipal d'autoriser la signature d'une convention d'objectifs et en aucune façon de déterminer le choix du bénéficiaire, qui n'est pas de son ressort - a vu sa majorité en rajouter. Pour un vote final qui s'est soldé par 9 voix contre et 6 abstentions, balayant les 8 voix « pour ».

Dans un climat très tendu, installé manifestement dès la réunion plénière qui avait précédé le conseil, il était donc décidé de convoquer un prochain conseil municipal pour cette seule délibération : ce sera donc le vendredi 4 août à 18 h 30.

D'ici là, le dossier sera mis à la disposition des élus pour consultation.


La suite du direct