“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Conseil municipal : la plage Marquet au menu

Mis à jour le 17/05/2016 à 05:05 Publié le 17/05/2016 à 05:05
Le sujet de la plage a occupé les élus, vendredi soir en séance du conseil municipal.	(Ph. doc. M. Alesi)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Conseil municipal : la plage Marquet au menu

Il a beaucoup été question de la plage Marquet, vendredi soir en séance du conseil municipal de Cap-d'Ail.

Il a beaucoup été question de la plage Marquet, vendredi soir en séance du conseil municipal de Cap-d'Ail.

Le 31 décembre 2016, la concession liant l'Etat à la commune pour la plage arrive à son terme. A la fin de l'année, la commune et les exploitants des établissements de bain auraient dû démolir les bâtiments en dur. Mais selon les termes d'un accord, l'Etat « consent à intégrer » cette partie du domaine public maritime dans son domaine privé et à en confier la gestion à la commune pour douze ans.

La Ville devra payer 288000 euros à la signature de la convention, soit une redevance annuelle de 24 000 euros. Les élus ont autorisé le maire de la commune, Xavier Beck, à signer la convention. Ils ont aussi approuvé le transfert de gestion des deux restaurants et des espaces publics aménagés pour douze ans dès le 1er janvier 2017.

L'assemblée municipale a également adopté une délibration sollicitant un agrément préfectoral pour l'ouverture de la concession de la plage Marquet tout au long de l'année, là aussi pour douze ans.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.