“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment protéger vos enfants des dangers d'Internet

Mis à jour le 21/04/2018 à 13:37 Publié le 21/04/2018 à 13:50
Image d'illustration.

Image d'illustration. Photo Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment protéger vos enfants des dangers d'Internet

Action Innocence a invité des parents parfois désemparés face aux nouvelles technologies, jeudi au Lycée technique, pour livrer ses conseils quant à l'usage des téléphones, tablettes et PC

L'association Action Innocence Monaco organisait ce jeudi, au Lycée Technique, une réunion d'information et de prévention sur les dangers d'Internet, des applications et des jeux vidéos pour les enfants. Petit résumé des meilleurs conseils prodigués aux parents par l'association.

Appliquez la règle "3-6-9-12"

Helen Gougenot, psychologue clinicienne, qui anime la réunion et assure aussi la prévention dans les écoles, recommande d'utiliser la règle "3-6-9-12" du psychiatre Serge Tisseron.

Soit: pas d'écrans avant 3 ans. Pas de jeux vidéos avant 6 ans. Pas d'Internet avant 9 ans. Pas d'Internet tout seul avant 12 ans. À tout âge, "il faut superviser son enfant lorsqu'il utilise Internet et fixer des limites de temps d'utilisation des écrans", précise la psychologue.

Sécurisez les réseaux sociaux

"Rien n'est éphémère sur Internet et aucun réseau social n'est 100% sécurisé!", prévient Helen Gougenot. Toutes les photos envoyées via l'application Snapchat sont conservées dans des serveurs. Même chose pour Whatsapp.

Action Innocence recommande donc de sécuriser les applications en: signalant les comportements inappropriés (sur support.snapchat.com, help.instagram.com), bloquant les utilisateurs que l'on estime inappropriés, désactivant la géolocalisation (et en sélectionnant le "mode fantôme" sur Snapchat), définissant un pseudo et un mot de passe secret avec son enfant et en activant une double authentification.

Il faut aussi discuter de e-réputation et de respect avec son enfant.

Luttez contre l'exposition aux images choquantes

Lorsque votre enfant est confronté à des images choquantes, allez-y pas à pas. Rassurez-le, parlez-en avec lui, assurez-vous qu'il navigue sur Internet en toute sécurité, en activant un contrôle parental par exemple. Ayez aussi une discussion ouverte afin de le mettre en confiance et qu'il n'ait pas honte.

"Nous remarquons que les collégiens ont moins confiance en leurs parents pour parler de cela que les élèves de primaires. Il est donc important d'aborder le problème en amont", insiste Helen Gougenot.

Jeux vidéos: soyez vigilants

"Il faut être vigilant. Intéressez-vous aux jeux vidéos auxquels vos enfants jouent, demandez aux vendeurs ce qu'ils contiennent, parlez-en aussi avec les parents des amis de vos enfants", conseille l'association créée en 2002.

Soyez aussi attentifs à la signalétique PEGI, présente sur les boîtes des jeux. Elle indique l'âge recommandé pour utiliser un jeu et s'il contient des scènes de violence, de nudité, si un langage grossier est employé, etc.

"Mais on ne sait pas comment est déterminé l'âge recommandé pour les jeux sur téléphone… ", avoue l'animatrice, qui recommande d'être tout aussi vigilant quant à ces jeux-là.

Elle conseille aussi de faire attention aux signes d'une utilisation excessive des jeux vidéos: désocialisation, changements d'attitude, manque d'intérêt pour l'école…

Installez un contrôle parental pour limiter les mauvaises rencontres

Vos enfants peuvent faire de mauvaises rencontres sur les sites de jeux vidéos en ligne, les réseaux sociaux ou encore les chats, les blogs et les forums.

Il est donc important d'activer un contrôle parental qui, s'il ne garantit pas une protection totale contre ces mauvaises rencontres, les limite au moins.

Action Innocence recommande Qustodio, qui peut être installé sur les smartphones. Mais aussi Xooloo, Screentime et Norton Family.

Que faire en cas de cyber- harcèlement?

Si votre enfant fait l'objet de cyber-harcèlement, il faut le rassurer et évaluer la situation. Sur les réseaux sociaux, signalez et bloquez le cyber-harceleur.

Afin que votre enfant se confie et que vous soyez en mesure de l'aider, l'association recommande de "lui en parler de temps en temps et de manière non officielle, lorsque vous faites vos courses ou lorsque vous vous baladez par exemple, pour lui montrer qu'il peut se confier à vous n'importe quand".

Cachez votre webcam

Les webcams des ordinateurs peuvent être piratées à distance et les hackers sont capables de prendre des photos de vous ou de vos enfants sans que vous vous en rendiez compte. Cachez donc les caméras intégrées à vos écrans avec un petit papier de type post-it.

Et signalez directement les sites pédopornographiques sur le site internet du gouvernement monégasque qui comporte une rubrique dédiée.

Changez de moteur de recherche

À Google, préférez Qwant et Qwant Junior pour les enfants. "Ce moteur de recherche respecte la vie privée de ses utilisateurs et Qwant Junior dispose d'un contrôle parental intégré", explique l'animatrice.

Attention à la lumière bleue

La lumière bleue émise par les écrans de téléphone, d'ordinateur et de tablette perturbe le sommeil de vos enfants. "Il est donc préférable d'éteindre tout écran une heure avant l'heure du coucher. Et de passer ses écrans en mode "night shift"", conseille Helen Gougenot.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.