Rubriques




Se connecter à

Comment Eric Ciotti est-il arrivé en tête de la primaire Les Républicains?

Le député azuréen, considéré comme un outsider à la fin de l'été, s'est imposé jeudi à la première place du scrutin de départage des Républicains. On vous explique pourquoi.

Lionel Paoli Publié le 02/12/2021 à 21:09, mis à jour le 02/12/2021 à 21:10
Si le frère ennemi de Christian Estrosi est arrivé en tête, c’est aussi parce qu’il a imposé sa différence. Photo MAXPPP

Improbable. Au départ, Éric Ciotti lui-même n’y croyait pas. Il confiait à ses proches, à la fin de l’été, que son objectif véritable était de "se positionner pour Beauvau", dans la perspective d’une victoire de la droite en 2022.

Puis, au fil des jours, le député des Alpes-Maritimes s’est pris au jeu. Il a écumé sans relâche les fédérations LR pour défendre ses convictions.

Sur les plateaux de télévision, il a constaté que ses thèmes de prédilection – l’immigration et l’insécurité – s’imposaient à tous. Et sur ce terrain, indubitablement, il s’est montré le plus à l’aise. De Michel Barnier, souvent soporifique, à Xavier Bertrand surjouant ses indignations, ses concurrents ont dû se mettre au diapason d’une partition écrite pour lui.

 

Les militants ont également découvert un Ciotti inattendu : souriant, détendu, adepte de l’autodérision.

Si le frère ennemi de Christian Estrosi est arrivé en tête, c’est aussi parce qu’il a imposé sa différence. Par ses propositions tranchées, assumant son choix de la « rupture » tout autant que sa proximité idéologique avec Éric Zemmour, il a incarné – seul – une vision décomplexée de la droite. Le paradoxe est que cette vision, qui flirte avec les extrêmes, rend incertaine sa victoire finale.

Les Républicains "modérés" lui ont concédé la première manche parce que leurs voix étaient divisées par quatre ; la seconde pourrait être nettement plus difficile.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.