City Stade, extension de l’école, mise en valeur du patrimoine... Les confidences d'Anne-Marie Curti-Arsento, maire de Castellar

Maire de Castellar depuis mai 2020, Anne-Marie Curti-Arsento souhaite réaliser divers projets pour sa commune. Pour la remettre en état et surtout, pour redynamiser le village.

Article réservé aux abonnés
Fiona Barrile Publié le 28/01/2022 à 21:38, mis à jour le 28/01/2022 à 15:50
Castellar ravagé par la tempête Alex fourmille de projets pour redynamiser le village. Photo DR

City Stade, extension de l’école, mise en valeur du patrimoine… pour Castellar, Anne-Marie Curti-Arsento a des projets plein la tête. Des projets qui servent à remettre en état certaines parties de la commune et à redynamiser le village. Et bien que la crise sanitaire et la tempête Alex aient ralenti ses plans, elle reste positive et motivée pour la suite.

Quel est le bilan de 2021?
Il est mitigé. On a été obligé d’annuler beaucoup de manifestations, à cause de la crise sanitaire. Et malheureusement, la tempête Alex nous a impactés dans la réalisation de nos projets. En effet, nos demandes d’aides ont été repoussées, au profit des communes de la Roya, ce qui est normal.

Vous avez tout de même pu réaliser certains projets?
Oui, on a fait des petites choses pour améliorer la vie au quotidien. Comme ajouter des poubelles et des sacs pour les déjections canines, parce que les gens ont besoin d’un peu de propreté. Par ailleurs, la mairie a engagé un employé il y a quelques mois, pour s’occuper de la propreté du centre du village. Celui-ci était délaissé à notre arrivée, donc les gens sont contents. On a aussi taillé les arbres, qui n’avaient pas été entretenus depuis longtemps. Une réfection de la chaussée sur la route du Bertrand a également été réalisée, car elle était énormément dégradée.

Quels sont les autres projets prévus dans le village?
Il y a la sécurisation du village. Des garde-corps seront installés derrière la fontaine, car un homme est décédé en basculant en arrière, après s’y être assis. De plus, les enfants s’amusent à monter sur les murets, donc il est nécessaire de sécuriser la zone. Nous allons aussi refaire les marquages au sol et ajouter des dos-d'âne. Le coût total est d’environ 60.000 euros. Ensuite, il y a pas mal de voiries à entretenir. Notamment deux chemins : celui des Granges de Saint-Paul, qui s’affaisse, et le Saint-Bernard. On prévoit aussi la réfection de la rue de la République. Pour finir, nous allons mettre en place un système de basse tension dans le village, ainsi que des leds orangées sur les lampadaires de la route. Moins agressives, elles contribueront à la préservation des animaux et nous permettront de faire des économies d’énergie. C’est un projet en partenariat avec Caroline Haddad, qui s’occupe de Natura 2 000. On a rendez-vous la semaine prochaine pour monter le dossier.

 

Où en est votre projet de City Stade?
Le premier devis est prêt. Il est à 120.000 euros environ. Donc maintenant, on doit monter le dossier, avec le soutien de la députée Alexandra Valetta-Ardisson. S’il est validé, on prévoit d’installer le City Stade sur l’aire du stade du Pilon, qui se situe sur la route des Granges Saint-Paul. On pourra mettre des cages de foot, de basket, un filet de tennis… Une piste autour, avec un petit parcours de santé. Et à côté du stade, il y a une petite plateforme où on mettra des bancs et des tables, pour faire une aire de pique-nique. Les familles pourront s’y retrouver et profiter de la vue magnifique de là-haut. C’est aussi pour nos enfants, parce qu’on n’a pas grand-chose pour eux.

C’est le premier mandat d’Anne-Marie Curti-Arsento, élue en mai 2020. Photo Archives DR.

Vous avez d’autres ambitions pour les enfants?
Oui, on prévoit de sécuriser le trottoir de la route menant à l’école. Actuellement, il y a des barrières, mais elles sont mobiles et dangereuses. Il faut donc poser des barrières fixes. Ce sera réalisé cette année, sûrement pendant l’été, quand les enfants seront en vacances. On aimerait également faire une extension de l’école. Une quatrième classe y a été ouverte, ce qui engendre un manque de place. Mais pour agrandir, nous devons d’abord réaliser une modification du Plan local d’urbanisme (PLU). Car, il y a plusieurs années, l’un des quartiers du village a été placé en zone naturelle. Il faut donc qu’il repasse en zone urbaine, ce qui nous permettra de réaliser plusieurs projets.

C’est-à-dire?
Le changement du PLU engendrera trois projets : l’extension de l’école. La réhabilitation de l’hôtel des Alpes, qui a brûlé il y a plus de quinze ans. Et l’agrandissement du parking Saint-Antoine. Pour ce dernier, nous travaillons avec les architectes des bâtiments de France, car il s’intègre bien avec le site classé de la chapelle Saint-Sébastien.

Qu’en est-il du Patrimoine?
La toiture de la chapelle des Pénitents blancs a été refaite, maintenant il faut s’occuper des intérieurs. Une demande de subvention pour la réfection de la toiture du Moulin à huile est également envoyée. De plus, cette année nous travaillons avec l’office de tourisme de Menton et la Communauté d’agglomération de la Riviera française (Carf), pour faire tout un circuit dans la montagne. Il mettra en valeur le patrimoine archéologique et historique de Castellar, tels que le vieux village, les Barmes (petites galeries de recherche d’eau) et le Pendimoun, l’abri préhistorique où la première femme a été retrouvée.

Votre objectif est de dynamiser le village?
On essaie, petit à petit, de motiver des gens à venir s’installer, pour faire vivre un peu le local. Déjà les habitants sont contents d’avoir l’épicerie, rouverte depuis six mois. Et nous auront de nouveau un boulanger, grâce à la réfection du four communal. Ainsi, cela fera un petit coin alimentaire. Le marché dominical permet également de ramener des gens et d’animer la place du village. Maintenant, on souhaite redynamiser l’agriculture locale. C’est pourquoi, en partenariat avec la Carf, nous allons bientôt nettoyer le terrain à côté de l’aire du Pilon, qui fait environ 8 000 mètres carrés. Ensuite, un appel à candidature sera lancé pour les agriculteurs intéressés.

 

Vous avez d’autres idées pour animer le village?
Oui, on souhaite faire une fête un peu médiévale et annuelle autour de Jean-Paul de Lascaris-Castellar, en milieu d’année. Pour mettre en valeur cet homme, qui a de grosses attaches avec la commune et y est enterré. On veut aussi créer une statue à son effigie. Pour tout cela, on travaille avec l’association historique Jean-Paul Lascaris. En parallèle, plusieurs manifestations sportives vont passer par Castellar cette année : en mai, la course de VTT Trans Riviera, et la nouvelle course à pied “Nice Côte d’Azur by UTMB”, en septembre. Notre Triathlon, organisé par l’association sportive, est également prévu.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.