Rubriques




Se connecter à

Ces 4 choses à savoir sur le contrat de relance et de transition écologique signé entre la Carf et l'Etat

Un contrat de relance et de transition écologique (CRTE) a été signé ce lundi entre la Carf et l’Etat. Ce document permet d’identifier toute une liste de projets à mener sur le territoire, et de solliciter, pour chacun, des financements de l’Etat. Ce dernier fera des choix.

Yann Delanoë Publié le 12/10/2021 à 18:06, mis à jour le 12/10/2021 à 20:44
Pas moins de "444 projets ont été identifiés" dans la Riviera française. L'Etat devra prioriser sur certains d'entre eux. Photo Jean-François Ottonello

Un contrat de relance et de transition écologique va permettre le financement par l’Etat de projets sur l’ensemble du territoire de la Carf. Tous ne seront pas choisis, mais tous ont leur chance.

Un contrat de relance et de transition écologique (CRTE): c’est le document qui a été signé ce lundi entre la Communauté d’agglomération de la Riviera Française (Carf) et l’Etat. Un contrat qui détermine une liste de projets à mener et à réaliser sur le territoire, et pour lesquels la Carf et ses communes pourront obtenir des financements de l’Etat.

1. À quoi ça sert?

Le contrat de relance et de transition écologique permet "l’accompagnement d’un territoire dans un projet de transition" a indiqué ce lundi le Préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez. Grâce à un diagnostic sur l’état du territoire, le CRTE permet de "faire correspondre les offres et les financements aux besoins du territoire".

Et de mener "des actions concrètes au profit des collectivités locales, mais aussi des entreprises et des populations". Des actions qui, de manière très majoritaire, doivent servir un projet global de territoire résilient, c’est-à-dire plus écologique.

 

2. Combien d’argent et d’où vient-il?

Signé pour la période 2021-2026, le CRTE n’indique pas de somme globale précise allouée pour les projets du territoire. "Sur le court terme, il s’agit de financements puisés dans le plan de relance, France relance", indique le préfet, Bernard Gonzalez. Pas moins de 2,8 millions d’euros sont ainsi déjà alloués pour 20 projets sur le territoire de la Carf, sur la période 2021-2022.

Et pour le reste de la période? "On ne peut pas le dire exactement, ça dépendra aussi des projets choisis, et de leur état d’avancement", expose le sous-préfet Montagne, Yohann Toubhans.

Et Bernard Gonzalez d’expliquer: "On prélève sur plusieurs fonds, ceux du plan Etat-Région, la DETR (NDLR : Dotation d’équipement des territoires ruraux), plusieurs fonds spécifiques. D’ici à 2026, d’autres fonds seront d’ailleurs peut-être créés, et utilisables pour la Carf…"

Des fonds dont la Carf profite déjà: "3,6 millions d’euros ont été attribués sur de tels projets de transition écologique sur notre territoire en 2020", rappelle Alexandra Valetta-Ardisson, députée de la 4e circonscription des A.-M.

3. Pour quels projets?

Ce contrat concerne des projets de territoire "résilient", qui répondent aux problèmes climatiques, mais pas seulement. Tous les projets qui servent une relance économique et la cohésion du territoire sont éligibles.

Pour 2021-2022, 20 projets ont été choisis. Ouvrages de protection de la baie des Sablettes à Menton, rénovation énergétique de bâtiments scolaires à Sospel et à La Turbie, réfection du réseau d’eau pluviale à Sospel, sécurisation de l’approvisionnement en eau potable de l’ensemble du territoire de la Carf… sont quelques-uns des principaux projets choisis pour cette période.

 

Et pour le reste de la période, jusqu’en 2026? "Nous avons identifié pas moins de 444 projets sur l’ensemble de notre territoire…", révèle Jean-Claude Guibal, président de la Carf. "Une longue liste dans laquelle il faudra, avec l’Etat, établir les projets qui seraient prioritaires…"

Car au vu de leur nombre, tous ne seront pas forcément financés. "Les choix seront faits en fonction de la pertinence mais aussi de la maturité des projets", a exposé le préfet. Et la hauteur du financement de l’Etat sera définie au cas par cas. Mais Jean-Claude Guibal de préciser: "Tous ces projets sont aussi éligibles à des financements de la Région et du Département, ça n’empêche rien…"

4. Pour quels enjeux?

Le président de la Carf, Jean-Claude Guibal, a rappelé la nécessité d’autant plus importante d’un tel plan, après la tempête Alex, dans la Roya., "pour la redynamisation de nos territoires, qui représentent 7 % de la population du département sur un espace vaste et hétérogène, qui plus est doublement frontalier, avec plusieurs problématiques, dont celle de l’approvisionnement en eau potable, qui, pour tout le sud de notre territoire, est assuré grâce à des puits situés en territoire italien. Et qui a été mis à mal par la tempête Alex…"

Des enjeux bien identifiés par le préfet Bernard Gonzalez: "Tout ce qui concerne la sécurisation de l’approvisionnement en eau est un enjeu. Mais aussi de manière générale la pression croissante sur les ressources naturelles, mais aussi foncières… Il faut préserver les paysages, la biodiversité, il y a sur ce territoire, clairement, des trésors à conserver… Et il s’agit de suivre l’après tempête Alex, pour une reconstruction intelligente".

La ressource en eau potable, l’un des enjeux du territoire. Photo Carf.
La signature du contrat a eu lieu ce lundi. Photo Y.D..

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.