Rubriques




Se connecter à

Budget primitif 2022: en matière de logements, le Conseil national "attend des garanties de la part du gouvernement"

Lors de la première séance d’examen du budget primitif 2022, le Conseil national a refusé de voter une ligne budgétaire. Un coup de pression sur le logement national savamment organisé. Monaco-Matin a interviewé son président, Stéphane Valeri.

Julie baudin Publié le 08/12/2021 à 11:55, mis à jour le 08/12/2021 à 12:27
Bien qu’il se soit félicité de l’excédent budgétaire, Stéphane Valeri entend bien, sur le vote de ce budget, mettre le pression au gouvernement sur le Plan national logement, et notamment trois programmes [lire notre édition de ce mardi]. Photo Conseil national

Le budget primitif, dont a été donnée lundi soir la lecture du rapport, affiche un excédent budgétaire. Pour autant, vous avez refusé de voter une ligne budgétaire en raison d’un désaccord qui concerne le Plan national logement. C’est toujours un point d’achoppement entre vous et le gouvernement?
Nous avons été élus en février 2018, parce que les Monégasques nous l’ont demandé, pour faire mettre un terme à la pénurie de logements domaniaux et pour que toutes les familles monégasques et nos enfants - dont la situation bien sûr le justifie - soient bien logés dans notre pays. Le Prince souverain a présenté un Plan national logement parfait en mars 2019 qui répondait en tout point aux attentes des Monégasques et de leurs élus. Donc le Prince a tranché mais aujourd’hui on se rend compte que le gouvernement a pris du retard pour l’opération Bel Air qui concerne 200 appartements neufs qui ne seront pas livrés fin 2023/début 2024 comme prévu. Il y a donc un trou dans le Plan national logement en 2024 et en 2025.

Des solutions existent pour anticiper ce manque de logements en 2024 et 2025?
Oui sur trois programmes. Nous les avons rappelés lundi soir au gouvernement [lire notre édition de mardi]. Il y a surélévation du Palais Honoria, l’opération dite de Grande-Bretagne sur un terrain privé et celle sur deux villas dans le quartier de l’Annonciade. Et on ne comprend pas quelles sont les hésitations du gouvernement. Par exemple, en surélevant de deux étages le Palais Honoria, on gagne une trentaine de logements. Le gouvernement autorise énormément de surélévations privées, il n’y a aucune raison, aucune valable en tout cas, pour ne pas le faire au Palais Honoria. Quand on est déjà à 12 ou 13 étages, 14 ou 15 ça ne change pas grand-chose et ça permet à une trentaine familles de Monégasques de se loger. Il y a donc des solutions, mais on ne voit rien arriver. Le gouvernement nous balade.

 

Vous n’avez pas de réponse nette du gouvernement?
Non. Nous n’avons que de vagues promesses qui ne sont pas satisfaisantes. Lundi soir, sur nos trois propositions de solutions, nous n’avons eu aucune garantie. Ces trois opérations sont pourtant indispensables. On est dans le flou, ça ne va pas.

Vous semblez ferme sur ce sujet.
Oui, car si nous n’agissons pas maintenant, ce sera trop tard. Ce n’est pas au budget 2023 qu’il faudra commencer à s’intéresser à des opérations livrables en 2024 et 2025. Les chiffres sont connus. En plus des appartements que nous récupérons dans l’ancien, nous avons besoin d’une centaine d’appartements neufs chaque année. Un trou dans la raquette en 2024 et 2025, ce sont 200 foyers monégasques qui seraient de nouveau en situation de pénurie en 2025. C’est pour nous inacceptable. Avant le vote du budget qui est prévu le 15 décembre prochain nous attendons du gouvernement des garanties fermes et définitives sur ces trois opérations.

Et si vous n’obtenez pas ces garanties?
Un budget c’est une loi. Une loi pour pouvoir être promulguée il faut qu’elle ait l’accord du Conseil national et le vote d’une majorité élue. Le gouvernement doit savoir qu’un budget n’est jamais voté d’avance, surtout quand on touche à un sujet aussi sensible que le logement. Et pour nous ces garanties sont indispensables pour le vote du budget. On ne demande pas l’impossible. Tout ceci est largement réalisable et à la portée du gouvernement. Je suis optimiste. Je vous rappelle que, sur l’usine d’incinération, quand nous n’avons pas voté une ligne budgétaire en octobre, les choses ont avancé. C’est là le rôle du Conseil national.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.