“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ban Ki-Moon à Monaco: "La menace nucléaire n'est pas une plaisanterie"

Mis à jour le 05/04/2013 à 08:11 Publié le 05/04/2013 à 07:03
Ban Ki-Moon, le Secrétaire général de l'ONU, se dit très préoccupé par l'attitude menaçante de la Corée du Nord.

Ban Ki-Moon, le Secrétaire général de l'ONU, se dit très préoccupé par l'attitude menaçante de la Corée du Nord. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ban Ki-Moon à Monaco: "La menace nucléaire n'est pas une plaisanterie"

Le secrétaire général des Nations Unies vient d’achever une visite officielle en Principauté qui célèbre les 20 ans de son admission à l’ONU. Il se dit en particulier préoccupé par la Corée du Nord

Le secrétaire général des Nations Unies vient d’achever une visite officielle en Principauté qui célèbre les 20 ans de son admission à l’ONU. Il se dit en particulier préoccupé par la Corée du Nord

Pour la première fois, un secrétaire général des Nations Unies a effectué une visite officielle en Principauté. Ban Ki-Moon a passé deux jours à Monaco. Cette visite n'est pas anodine, elle coïncide avec le 20e anniversaire de l'adhésion du pays en tant qu'État membre de l'ONU - le 28 mai 1993. Le secrétaire général a assisté à des réunions de travail avec le prince Albert II, mais aussi avec Michel Roger, le ministre d'État. Ban Ki-Moon revient sur ce déplacement.

Monaco fait partie des petits États du monde. Quels rôles ont-ils à jouer sur la scène internationale ?

Avant cette visite, je suis passé par San Marin et par Andorre. J'ai le sentiment que les petits pays peuvent avoir de grandes idées. Ils jouent un rôle important sur l'échiquier international, notamment en tant que médiateurs. Les petits États représentent la moitié des membres des Nations Unies. Ils sont frappés plus que les autres par les changements économiques et climatiques.

Quels sujets avez-vous abordé lors de ces réunions de travail ?

Nous avons couvert un large éventail de questions dans lesquelles Monaco a un rôle prépondérant. Nous avons abordé la thématique du développement durable, l'un des objectifs du millénaire. J'ai apprécié les efforts déployés par la Principauté pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. J'ai demandé au prince Albert II de nous aider à mobiliser la communauté internationale.

Sur le plan international justement, comment jugez-vous les menaces de la Corée du Nord ?

Je suis très inquiet devant la rhétorique très violente utilisée par Pyongyang. La menace nucléaire n'est pas une plaisanterie. La Corée du Nord doit se conformer aux résolutions de l'ONU, ainsi qu'aux dispositions de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique). Je suis également préoccupé par les mesures visant à limiter la libre circulation des personnes, notamment les travailleurs et des biens entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. J'espère que la coopération entre les deux pourra reprendre rapidement.

Pourquoi les Nations Unies peinent-elles à apporter des solutions rapides et efficaces aux conflits ?

D'abord, il ne faut pas oublier que, depuis sa naissance, l'ONU a largement contribué au maintien de la stabilité et de la sécurité. Nous ne pouvons pas toujours mettre en place des mesures concrètes comme en Syrie, parce que le Conseil de sécurité est divisé, parce que les pays arabes sont divisés, parce que la société civile aussi est divisée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.