“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Antoine Bellando de Castro nouveau président de R&E

Mis à jour le 04/02/2016 à 05:04 Publié le 04/02/2016 à 05:04
Les membres de R&E étaient une centaine réunis au salon Bellevue du Café de Paris, mardi soir, pour l’assemblée générale annuelle.

Les membres de R&E étaient une centaine réunis au salon Bellevue du Café de Paris, mardi soir, pour l’assemblée générale annuelle. Photos J.D.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Antoine Bellando de Castro nouveau président de R&E

Le mouvement politique de Laurent Nouvion a réuni une centaine de membres, mardi soir, pour son assemblée générale. Un nouveau bureau exécutif a été élu à l'unanimité

Mardi soir, l'assemblée générale de Rassemblement & Enjeux (R&E) a réuni quelque cent membres et sympathisants du mouvement politique fondé par le président du Conseil national.

Dans la salle, peu d'élus R&E. Très peu même : Laurent Nouvion, Alain Ficini et Béatrice Fresko. Ils étaient accompagnés de deux conseillers nationaux de la majorité Horizon Monaco : Claude Boisson (Synergie Monégasque) et de Jacques Rit (indépendant).

Une telle absence des conseillers nationaux de la majorité a semblé troublante (cinq seulement sur vingt élus dont douze R&E). Mais Alain Ficini, qui s'apprêtait à céder la place à Antoine Bellando de Castro, a rapidement expliqué la volonté du mouvement pour que le bureau exécutif ne soit plus composé d'élus du Conseil national.

«C'est une décision collégiale mûrement réfléchie ; car il est difficile, voire incompatible, d'être à la fois président, vice-président ou membre du bureau exécutif d'un mouvement et d'être élu au Conseil national. Cet organe se doit d'être indépendant tout en jouant son rôle de soutien à ses élus et à la majorité.»

Faut-il donc voir une relation de cause à effet entre l'absence de nombreux élus Horizon Monaco et ce choix collégial ? Chacun jugera…

«Soudés derrière notre président»

Dans son discours, le président sortant a noté, par ailleurs, les difficultés auxquelles R&E a dû faire face. Et de lancer: «Il ne faut pas se le cacher: même si nous restons soudés derrière notre président, nos élus et la majorité HM, nous devons faire face depuis un bon moment à une campagne de déstabilisation sans précédent, orchestrée par quelques fossoyeurs politiques (...).» Alain Ficini a ensuite souligné : « Nous pouvons nous féliciter d'avoir à ce jour réussi plus de 80 % de notre programme politique en trois ans.»

Plus tard dans la soirée, ce fut au tour du nouveau et jeune président de R&E - Antoine Bellando de Castro - de dresser les grandes lignes de l'action qu'il compte mener, avec le nouveau bureau exécutif (1). Et d'emblée de noter que le mouvement est «en ordre de marche. (...) Si, depuis sa fondation en 2008, le succès de R&E ne s'est jamais démenti, il faut se référer bien évidemment à nos valeurs fondatrices : fidèles à l'équilibre institutionnel défini par la Constitution et respectueuses des usages particuliers du jeu politique à Monaco, auxquelles nos compatriotes adhèrent dans une immense majorité».

Et d'envoyer un message, non pas subliminal, juste discret: «Veiller à ce que les élus de la majorité n'outrepassent pas leurs prérogatives, et que leurs actions rentrent toutes dans le cadre du pacte majoritaire, amènera inéluctablement notre mouvement à traiter sans ménagement les tentatives malveillantes de certains loups solitaires pouvant porter préjudice à l'action collective de la majorité.» Les «loups» sont prévenus.

Les six nouveaux du comité politique

Six membres sont rentrés mardi dans le Comité politique de R&E.

Élodée Kern, mère de famille, et Bertrand Crovetto, directeur des Caisses sociales. Tous deux ont déjà été candidats de R&E aux élections de 2008.

Catherine Orecchia, ex-directrice de l'Expansion économique puis administrateur des Domaines. «Elle nous sera d'une aide précieuse sur les dossiers techniques», affirme Alain Ficini.

Morgan Borgia, jeune diplômé actuellement inspecteur du Travail au département des Affaires sociales et de la Santé.

Le docteur Jacques Jobart, chef de service au CHPG. « Il nous apportera son éclairage en matière de santé », note Alain Ficini.

Antony Hermenier, jeune entrepreneur monégasque.

Laurent Nouvion: «J’ai besoin de vous»

Mardi soir, Laurent Nouvion, président du Conseil national, était au premier rang pour suivre le déroulement de l'assemblée générale annuelle du mouvement politique dont il est le fondateur.

Devant la centaine de membres présents, le président d'honneur de Rassemblement & Enjeux a prononcé un long discours pour évoquer le bilan des derniers mois et les perspectives.

Laurent Nouvion n'a pas attendu pour évoquer les difficultés auxquelles il est confronté au sein même de la majorité Horizon Monaco. «Plus que jamais en ce début 2016, j'ai besoin de vous. (...) J'ai besoin de vous pour réagir aux attaques dont a fait l'objet la majorité ; parfois celles-ci se sont transformées en chasse à l'homme, avec pour objectif une tentative de déstabilisation de celui qui est devant vous et de sa majorité en essayant de la faire douter.»

Puis il a remercié les fidèles d'Horizon Monaco, présents à ses côtés mardi soir : Claude Boisson (Synergie Monégasque), Jacques Rit (SE) et Béatrice Fresko (R&E). «Je veux les remercier ici, aussi de me supporter, ce qui, je l'avoue, allez, je le confesse, est un défi. Si je suis parfois difficile à suivre, je travaille à mieux les écouter et à optimiser notre mode de fonctionnement au Conseil national. Je m'y suis engagé et je le ferai.»

À propos des tensions nées durant les séances du budget rectificatif en octobre, le président du Conseil national tente un mea culpa.

«J'assume les décisions prises sur le fond (...). La forme, je vous le concède, a été douloureuse. Mais le dialogue et la réactivité du gouvernement se sont améliorés car personne ne veut plus prendre le risque que cela se reproduise.»

Le président d'honneur a ensuite évoqué sa priorité: «l'enjeu européen des négociations». «Nous ne voulons pas d'une Europe qui harmonise, qui dilue, qui parfois broie.»

Enfin, Laurent Nouvion est revenu sur «la campagne de bashing» qu'il a «essuyée ces derniers mois». «Certains mauvais génies travaillent au quotidien pour leurs intérêts afin de saboter, je dis bien de saboter le travail et les avancées de toute une majorité.»

La réponse des «mauvais génies» ne devrait pas tarder…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.