“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Alain Ficini veut "remettre R&E en marche"

Mis à jour le 10/11/2014 à 08:16 Publié le 10/11/2014 à 08:08
Alain Ficini, président par intérim de Rassemblement et Enjeux jusqu’en 2016.

Alain Ficini, président par intérim de Rassemblement et Enjeux jusqu’en 2016. Conseil national

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Alain Ficini veut "remettre R&E en marche"

Le président par intérim de Rassemblement et Enjeux, mouvement fondé par Laurent Nouvion revient sur la démission de Jean-Charles Allavena et évoque l’avenir du parti

Le président par intérim de Rassemblement et Enjeux, mouvement fondé par Laurent Nouvion revient sur la démission de Jean-Charles Allavena et évoque l’avenir du parti

Successeur « par intérim » de Jean-Charles Allavena à la présidence du mouvement politique Rassemblement & Enjeux (R&E), Alain Ficini revient sur ces dernières semaines politiques dont la ligne d’horizon fut agitée par quelques vagues.

Le conseiller national de la majorité explique également la mission qu’il compte poursuivre jusqu’en 2016 pour relancer la machine R&E.

Que s’est-il passé au sein de R&E après les séances publiques du Conseil national ?
Dix-sept membres du comité politique sur un total de vingt et un ont envoyé un courrier le 7 octobre à Jean-Charles Allavena qui expliquait que, suite à ses prises de position en séances publiques et dans la presse, nous lui demandions de convoquer en urgence un comité politique dont l’ordre du jour était sa présidence. Dans cette lettre, on lui rappelait ses manquements.

Lesquels ?
Des manquements liés à son management du mouvement. Il semble que Jean-Charles Allavena ne soit responsable de rien. En politique comme ailleurs, le titre et la fonction sans la responsabilité qui va avec, cela ne marche pas!

Quelles prises de positions sont contraires à votre mouvement?
Comme dans un couple, c’est le petit détail qui crée l’événement. Jean-Charles Allavena a organisé un comité politique pour le 25 septembre et il ne s’y est pas rendu. C’était après les réunions plénières sur le budget et il avait fait des déclarations dans la presse sans les faire valider par le comité politique.

Pensez-vous que Jean-Charles Allavena est « européiste » et « parlementariste », pour reprendre les termes de Laurent Nouvion et de votre comité politique?
Je ne souhaite pas répondre. Les propos qu’il a tenus n’engagent que lui. Ceux qui ont écouté les séances publiques et lu ses propos dans la presse peuvent se faire leur propre idée. Je tiens à souligner que je trouve désobligeant les paroles de Jean-Charles Allavena qui taxe le comité politique de « fan-club », considérant que ce comité politique représente le mouvement politique le plus important de Monaco.

>>A LIRE AUSSI.

Dans nos colonnes le 20 octobre, l’UP demandait « des preuves » de ce qui est avancé par Laurent Nouvion et Jean-Charles Allavena et qui les oppose aujourd’hui. Qu’est-ce qui est sorti de la réunion Horizon Monaco de lundi au Conseil national?
Rien. Chacun a gardé ses positions. Aucune preuve n’a été apportée. Aucune décision n’a été prise. Il n’a pas été question d’exclure Jean-Charles Allavena ni d’Horizon Monaco ni de la présidence des Relations extérieures.

Comment s’est déroulé le comité politique de mercredi soir?
Très simplement. Je dirais même élégamment. Jean-Charles Allavena a d’abord a expliqué toute la problématique de R&E jusqu’à aujourd’hui et a démissionné. Après son discours, j’ai pris la parole en qualité de vice-président. Je l’ai remercié pour sa sage décision. Il a eu le courage politique de la prendre. Je lui ai fait mes remarques. Puis nous sommes passés au vote pour désigner un président par intérim. Antoine Bellando de Castro a été nommé vice-président. Ensuite, nous avons dîné tous ensemble.

Y a-t-il eu un vote de défiance?
Non. Absolument pas.

Une erreur s’est donc glissée dans le communiqué R&E de mercredi soir?
Effectivement. Il n’y a pas eu de vote. Cette défiance s’est traduite dans la lettre du 7 octobre signée par 17personnes.

Qui a rédigé ce communiqué?
Je ne sais pas.

Jean-Charles Allavena parle d’autres départs. Lesquels?
Un seul autre départ a été acté. Il est, à mon sens, sans rapport avec Jean-Charles Allavena. Cette démission aurait pu s’intégrer dans un autre planning.

Y a-t-il eu une érosion de R&E qui a fait passer le nombre d’adhérents de près de 500 à 150?
Il y a eu des manquements dans le management et, plus globalement, dans la gestion des adhérents. Ceci explique cela. Nous connaissons nos sympathisants et savons qu’il s’agit juste de problèmes administratifs internes qui seront réparés à partir de janvier, c’est-à-dire après notre prochaine assemblée générale.

Serez-vous alors candidat pour rester président?
Les élections se passeront en 2016. D’ici là, des personnes nouvelles auront certainement intégré le comité politique. De l’eau aura coulé sous les ponts.

Considérez-vous que la nomination de Jean-Charles Allavena par Laurent Nouvion a été une erreur du président du Conseil national?
Jean-Charles Allavena a été coopté en tant que président par intérim, le 1er octobre 2012, par Laurent Nouvion, démissionnaire conformément à son engagement. Puis il a été élu président à l’unanimité en 2013. Ce n’est pas une erreur de la part de Laurent Nouvion. J’estimais, à l’époque, que c’était la bonne personne.

Que comptez-vous faire d’ici 2016?
Il faut remettre R&E en marche et dans son rôle de premier mouvement politique de la Principauté, soutien majeur de la liste Horizon Monaco (HM). La loyauté vis-à-vis de HM est essentielle. Une réorganisation interne s’impose afin de renouer les liens qui nous unissent à nos adhérents. Il s’agit également de mettre en place des groupes de travail afin d’apporter des idées et des propositions à la liste HM, d’organiser les divers événements qui marquent la vie d’un mouvement (assemblées, cocktails d’été, réunion de quartier au sein de HM). Nous comptons aussi remettre en route la communication du mouvement par des newsletters, redonner une âme à ce comité politique ; laquelle s’était un peu éteinte ces derniers mois sous la présidence de Jean-Charles Allavena. Aujourd’hui, le but est de tourner la page et de remettre R&E en marche.
 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.