“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Alain Chouraqui : "Le doigt dans quel engrenage ?"

Mis à jour le 10/12/2015 à 05:14 Publié le 10/12/2015 à 05:13
« Dans les périodes de crise, la recherche de boucs émissaires, la xénophobie et les racismes constituent une dynamique puissante qui peut vite devenir impossible à maîtriser. »

« Dans les périodes de crise, la recherche de boucs émissaires, la xénophobie et les racismes constituent une dynamique puissante qui peut vite devenir impossible à maîtriser. » AFP

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Alain Chouraqui : "Le doigt dans quel engrenage ?"

Le directeur de recherche émérite au CNRS et président de la Fondation du camp des Milles lance un avertissement : « Une minorité qui se crispe suffit à faire basculer une société »

Directeur de recherche émérite au CNRS et président de la Fondation du camp des Milles « Mémoire et Éducation », Alain Chouraqui pose un regard de scientifique sur les extrémismes de tous horizons. Dans un pays confronté « à la pression terrible du terrorisme islamiste », il met en garde contre l'engrenage qui peut mener au pire : « L'aspiration extrémiste à un ordre trop simple face à des problèmes complexes aboutit finalement à des désordres qui peuvent aller jusqu'à la guerre civile. »

Quel message souhaitez-vous transmettre?
Notre pays vit un moment important où beaucoup de nos concitoyens se posent des questions légitimes. Notre fondation souhaite alors apporter, au plus grand nombre, le fruit des recherches qu’elle a développées depuis une quinzaine d’années sur les mécanismes humains individuels et collectifs qui ont déjà conduit au pire. Car ce sont des mécanismes universels qui fonctionnent toujours de la même façon. L’homme n’a pas changé; mais l’histoire des régimes autoritaires du XXe siècle peut aujourd’hui nous éclairer et nous éviter de remettre le doigt dans le même engrenage.

Comment?
Le nazisme n’est arrivé au pouvoir qu’avec 33,1 % de voix d’électeurs inquiets qui ne croyaient plus aux partis démocratiques face aux crises. Mais ils n’auraient jamais voté pour lui s’ils avaient su l’engrenage qui allait conduire à 60 millions de morts, y compris parmi eux-mêmes. Une minorité qui se crispe suffit à faire basculer une société. Si la majorité ne se rassemble pas… Dans les périodes de crise, la recherche de boucs émissaires, la xénophobie et les racismes constituent une dynamique puissante qui peut vite devenir impossible à maîtriser. Et ceux qui ont nourri ces idées sont eux-mêmes rapidement dépassés et amenés à se radicaliser encore.

Pourquoi?
Paradoxalement, l’aspiration extrémiste à un ordre trop simple face à des problèmes complexes, aboutit finalement à des conflits et à des désordres qui peuvent aller jusqu’à la guerre civile. En outre, nous sommes actuellement sous la pression terrible du terrorisme islamiste qui souhaite nous diviser et nous affaiblir. Les extrémismes se nourrissent ainsi les uns les autres.

Le Camp des Milles à Aix-en-Provence, ancien camp d’internement et de déportation transformé en un site mémorial unique au monde, sera gratuitement ouvert au public ces vendredi, samedi et dimanche, de 10 heures à 19 heures. Site web : www.campdesmilles.org

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.