“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Affaire des sondages de Monaco: un procès médiatique

Mis à jour le 17/06/2014 à 08:52 Publié le 16/06/2014 à 19:53
Jean-François Robillon entouré de ses avocats Olivier Marquet et Franck Michel (à droite) à la sortie de l’audience hier soir.

Jean-François Robillon entouré de ses avocats Olivier Marquet et Franck Michel (à droite) à la sortie de l’audience hier soir. Michaël Alesi

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Affaire des sondages de Monaco: un procès médiatique

Le procès de l'ancien président du Conseil national de Monaco et son ex-chef de cabinet, s'est tenu ce lundi dans le cadre de l'affaire des sondages qui avait secoué la campagne électorale en été 2012.

Le procès de l'ancien président du Conseil national de Monaco et son ex-chef de cabinet, s'est tenu ce lundi au tribunal correctionnel de la Principauté pour des délits à la loi sur la protection des informations nominatives, suite à l'affaire des sondages qui avait secoué la campagne électorale en été 2012.

Jean-François Robillon et Jean-Sébastien Fiorucci ont assisté à plus de cinq heures d'audience ce lundi après-midi suite à l'affaire portant sur les conditions de réalisation d'un sondage effectué en juin 2012, et commandé à la société OpinionWay, afin de connaître les intentions de vote des Monégasques aux élections nationales de 2013.

Un procès très politique et médiatique qui a vu Me Dupont-Moretti (un des avocats de Jean-Sébastien Fiorucci) s'emporter vivement contre les manières de faire de la justice monégasque, et ce, à de multiples reprises.

>>LIRE AUSSI.

"Même en Ouganda on ne fait pas ça ! La manière dont vous avez traité ces hommes est indigne. Ils sont traités comme des criminels alors que leur faute a été de transmettre un annuaire téléphonique à une société de sondage ! On est chez les fous !" s'est insurgé le ténor parisien.

>>LIRE AUSSI.

Rappelons que la justice ne leur reproche pas d'avoir effectuer un sondage, pratique autorisée à Monaco, mais d'avoir communiqué des données à une société de sondage.

Le procureur général a requis une amende de 5400 euros chacun. Délibéré le 8 juillet.

>>LIRE AUSSI.


Le reportage complet sur iPad ou sur le Journal en ligne

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.