“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

À quand le vote de la loi pour les fonctionnaires?

Mis à jour le 09/02/2016 à 05:06 Publié le 09/02/2016 à 05:06

À quand le vote de la loi pour les fonctionnaires?

Patrick Rinaldi, président de l'Association des fonctionnaires monégasques (ADFM), tient à réagir après les dernières déclarations de Laurent Nouvion à l'occasion des vœux à la presse le 28 janvier dernier au Conseil national.

Patrick Rinaldi, président de l'Association des fonctionnaires monégasques (ADFM), tient à réagir après les dernières déclarations de Laurent Nouvion à l'occasion des vœux à la presse le 28 janvier dernier au Conseil national.

« Nous avons pris connaissance des déclarations récentes du président du Conseil National à l'occasion des vœux à la presse. Nous avons été pour le moins surpris, pour ne pas dire déçus, de constater que, parmi les priorités de Laurent Nouvion, ne figure pas le vote du projet de loi réformant le statut des fonctionnaires. Cette absence étonnante de l'étude de ce projet de loi marque une rupture avec l'esprit dans lequel nous avions pourtant travaillé efficacement avec le président de la commission des Intérêts Sociaux et des Affaires diverses du Conseil National, Thierry Poyet. Nous rappelons que les fonctionnaires attendent une modernisation de leur statut et un certain nombre de clarifications sur le sujet depuis de trop nombreuses années. »

Notons que Patrick Rinaldi, auteur de ce communiqué, est également président du parti UP, dans la majorité Horizon Monaco conduite par Laurent Nouvion.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct