“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

À l'Est, le FN s'envole

Mis à jour le 08/12/2015 à 05:16 Publié le 08/12/2015 à 05:15
Participation en hausse dans les trois communes.

Participation en hausse dans les trois communes. J.-F. O.

Je découvre la nouvelle offre abonnés

À l'Est, le FN s'envole

Les électeurs de la Turbie et de Beausoleil ont placé Marion Maréchal-Le Pen largement en tête au premier tour, loin devant la liste menée par Christian Estrosi. À Cap-d'Ail, il est en tête de justesse

Ils s'y attendaient, mais le choc n'en est pas moins violent pour les élus locaux. A La Turbie et Beausoleil, les électeurs ont massivement voté pour le FN au premier tour des élections régionales. A Cap-d'Ail, Christian Estrosi garde la main à… 4 voix près.

À Beausoleil (7 607 inscrits), le FN est régulièrement bien placé dans les scrutins, nationaux comme locaux. Preuve en est les résultats du premier tour des dernières élections régionales : en 2010, la liste conduite par Jean-Marie Le Pen était arrivée en tête au premier tour, avec 27,94 % des suffrages exprimés, devançant la liste UMP menée par Thierry Mariani et ses 24,77 %. Aujourd'hui à Beausoleil, la nièce de Marine Le Pen caracole en tête avec 44,34 %. Un bon auquel il faut ajouter une nuance de taille : la participation, malgré l'abstention toujours très forte, a augmenté. Aux dernières Régionales, 28,52 % des électeurs beausoleillois s'étaient déplacés, contre 36,48 % ce dimanche. Des chiffres qui inquiètent le maire divers droite, Gérard Spinelli. Il appelle ses administrés « à moins de colère et davantage de raison », les invitant à voter pour la tête de liste des Républicains Christian Estrosi dimanche prochain.

Le conseiller municipal d'opposition Jean-Jacques Guitard, qui a démissionné du FN récemment, lui, votera blanc. Il émet « de très fortes réserves à voter pour la liste conduite par Olivier Bettati, qui se sert aujourd'hui du FN (qu'il a toujours combattu avec ardeur) comme d'un tremplin propice à relancer sa carrière sur Nice et la région ».

« Toutes les conditions sont réunies pour un vote d'exaspération », reprend Gérard Spinelli, mais « il faut être réaliste, la Région n'interviendra pas sur les thèmes nationaux ». « Il y a un mécontentement des Français qui s'exprime au premier tour », dit-il. En 2010, à Beausoleil, le second tour avait été différent. Jean-Marie Le Pen s'était alors retrouvé dernier, avec 30, 48 % des voix, et le socialiste Michel Vauzelle passait en tête avec 36,87 %, Thierry Mariani restait deuxième avec 32,65 %.

Même inquiétude à La Turbie (2 695 inscrits), où le FN s'envole à 45,80 %, loin devant les Républicains à 38,18 %. Des résultats bien différents des dernières Régionales,où Jean-Marie Le Pen avait réalisé 25,85 % contre 35,79 % pour Thierry Mariani. Et là encore, les chiffres de l'abstention viennent accentuer le score du FN : 38,48 % de votants en 2010, pour 49,13 % cette année. Pour Jean-Jacques Raffaele, le maire LR de la Turbie, les explications sont nombreuses. Il cite surtout « les attentats du 13 novembre, qui ont incité la population à se tourner vers les discours sécuritaires. Ces événements ont également écourté la campagne, alors que la dernière phase, de terrain, est cruciale pour les villages comme La Turbie », estime Jean-Jacques Raffaele qui pense cependant « que Les Turbiasques feront le bon choix dimanche ».

« Ils ne doivent pas confondre élections nationales et locales. C'est à nous de nous mobiliser pour faire passer le message, insiste-t-il, pour faire comprendre à la population à quel point c'est vital pour nous, petites communes, à l'heure où les subventions de l'État diminuent, de ne pas se priver d'un partenaire comme le conseil régional. »

Christian Estrosi reste en tête à Cap-d'Ail (3 328 inscrits), dans la ville du conseiller départemental LR Xavier Beck. Mais sa satisfaction ne peut être que de courte durée. Il mène avec 39,87 %, devant Marion Maréchal-Le Pen qui obtient 39,61 %. Quatre voix séparent le FN des Républicains dans ce premier tour !

En 2010 à Cap-d'Ail, Jean-Marie Le Pen avait obtenu 22,56 % au premier tour derrière Thierry Mariani et ses 36,87 %. Là encore, la hausse du FN est indéniable. « Ce sont les voix du PS qui sont allées au FN, estime Xavier Beck. Il s'est effondré. Michel Vauzelle faisait 20 % (19,49 % NDLR) en 2010, Christophe Castaner fait 9 % (9,74 % NDLR) aujourd'hui » poursuit le maire de Cap-d'Ail qui espère « une grosse mobilisation ».

« Je ne peux pas me faire à l'idée que notre région soit dirigée par un parti d'extrême droite. La majorité de ses électeurs sont sans doute de bonne foi, les explications on les trouve. Mais ils oublient la nature du FN : un parti d'extrême droite ! »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.