“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

A cause du coronavirus, les nouveaux maires vont être intronisés à huis clos

Mis à jour le 18/03/2020 à 10:02 Publié le 18/03/2020 à 09:50
Lors du premier tout à Menton.

Lors du premier tout à Menton. Photo J.F.O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

A cause du coronavirus, les nouveaux maires vont être intronisés à huis clos

Ce week-end, les vainqueurs du premier tour des municipales devront être officiellement institués par les conseillers municipaux. Pour la première fois, la cérémonie se fera sans public à cause de la pandémie de coronavirus.

Comment réunir un conseil municipal en pleine crise sanitaire ? C’est la question que ce sont posées toutes les communes azuréennes dans lesquelles le conseil municipal a été élu au complet au premier tour et qui doivent élire leur maire et son équipe ce week-end.

« On n’a pas eu de consignes de la préfecture, indiquait hier Francis Tujague, maire de Contes, mais on va demander aux gens de ne pas venir dimanche matin et faire une réunion en huis clos dans la salle hélice qui est plus grande et qui nous permet de garder une distance d’un mètre. »

Une première pour l’édile qui brigue un cinquième mandat. « Normalement, c’est un moment très solennel et de fête aussi parce que la population est rassemblée. En 2014, on était 500. Cette année, on fera sans. Mais il faut s’y plier. C’est un problème sérieux. »

Un problème que ne prend pas non plus à la légère le maire de Saint-Laurent-du-Var, Joseph Segura, réélu pour un second mandat.

Son directeur de cabinet a indiqué avoir reçu des consignes de la préfecture hier après-midi (lire par ailleurs). L’élection du maire et de ses adjoints se tiendra samedi à 11 heures à huis clos en mairie. « Toutes les mesures de précaution seront prises, affirme-t-il. Les élus se tiendront à 1,50 mètre les uns des autres, du gel sera mis à disposition, ainsi que des gants. »

"Pincement au cœur"

Et de confier : « C’est un moment fort dans les élections auquel n’auront pas accès les Laurentins. On a un pincement au cœur mais on est obligés de prendre ces mesures. »

Ladislas Polski, le nouveau maire de La Trinité, a donc envisagé de retransmettre la réunion en direct (lire par ailleurs).

Ce médecin généraliste, qui était jusque-là conseiller municipal d’opposition arrive dans une ambiance tendue. Il doit succéder à son ancien adversaire, le maire sortant Jean-Paul Dalmasso, tout en gérant la crise sanitaire. « C’est un baptême du feu, estime l’élu qui sera institué dimanche. Il poursuit : Lundi matin, on organisera une réunion de crise avec tous les directeurs des services municipaux pour qu’ils puissent déterminer quelles mesures on peut prendre pour faciliter la vie des administrés. »

Rediffusion en direct

Pour associer les administrés à l’installation du maire et de son équipe, Ladislas Polski, le nouveau maire de La Trinité a demandé à la direction générale des services de retransmettre en direct, sur les réseaux sociaux ou le site de la Ville, la réunion qui se tiendra dimanche matin en mairie « pour que les citoyens ne soient pas privés de ce beau moment démocratique ».

Saint-Laurent-du-Var envisage, quant à elle, de faire un Facebook live à certains moments de la cérémonie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.