“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

1945 : un scrutin reporté à l’automne 1989 : J.-C. Guibal est élu pour un premier mandat 2001 : trois listes menées par des femmes 2001 : les étrangers autorisés à voter 2008 : le FN aux abonnés absents

Mis à jour le 03/03/2020 à 11:05 Publié le 03/03/2020 à 11:04
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

1945 : un scrutin reporté à l’automne 1989 : J.-C. Guibal est élu pour un premier mandat 2001 : trois listes menées par des femmes 2001 : les étrangers autorisés à voter 2008 : le FN aux abonnés absents

Au printemps 1945, seuls les citoyens de deux secteurs du département ne se rendent pas aux urnes pour les élections municipales : les habitants de la vallée de la Roya...

Au printemps 1945, seuls les citoyens de deux secteurs du département ne se rendent pas aux urnes pour les élections municipales : les habitants de la vallée de la Roya... et de Menton. Le 24 mars, le Conseil municipal avait en effet demandé à ce que le scrutin soit reporté, en raison de l’évacuation de la plupart des électeurs (pendant un moment, la mairie de Menton avait même été déplacé à Prades dans les Pyrénées orientales). Le ministre de l’Intérieur avait répondu favorablement à cette requête. Ce n’est donc qu’au mois de septembre que deux consultations électorales simultanées sont organisées pour désigner un conseiller général, d’une part, et une nouvelle municipalité, d’autre part.

Le 7 octobre, le socialiste Pierre Parenthou-Dormoy - qui conduisant une liste républicaine, antifasciste et d’intérêt local - est élu maire à l’unanimité. Le renouveau du personnel politique s’avère sensible à Menton comme ailleurs puisque la nouvelle municipalité ne comprend aucun élu de 1935 mais qu’elle accueille pour la première fois des femmes et des communistes.

Le maire - qui brigue un 6e mandat - n’était clairement pas le favori quelques semaines avant que les clés de l’Hôtel de Ville ne lui reviennent, en 1989. Et pour cause : le général Aubert, à qui il se frotte alors, était donné gagnant au premier tour. Mais c’est bien le jeune candidat UDF qui réunit dans un premier temps 40,55% des suffrages, avant de l’emporter avec près de 70% des votes.

contraint à un second tour en 2008 (48,62% contre 54,41 en 2001).

la gauche a décidé de faire front uni, sous la conduite de Pascale Gérard - au départ c’est François Séïté, déjà candidat en 1995 qui devait faire campagne. Conseillère régionale responsable d’un des plus importants budgets de la Région (la formation), la tête de liste de la gauche s’est très lancée dans une campagne de proximité, multipliant les réunions de quartiers.

Fidèle au FN, Monique Mathieu a déjà brigué à plusieurs reprises des mandats cantonaux mais elle est pour la première fois tête de liste aux municipales

le Dr Walton-Giaccardi qui s’engageant d’abord sans étiquette, participe finalement à ces élections sous la bannière du RPF-CNI.

Pour une ville frontalière comme Menton, la décision était assurément plus symbolique que pour un village de la France profonde. Conséquence du traité de Maastricht (1992), l’autorisation de voter - et de se présenter) aux élections municiplaes - pour les résidents européens ne date «que» de 2001. Cette année-là, rares sont les citoyens italiens à être au courant. Aussi le consul d’Italie

Après le ralliement de Monique Mathieu à Jean-Claude Guibal, plus de figure du Front national.

Il faudra attendre 2014 pour que le parti de Jean-Marie Le Pen se trouve une nouvelle tête de liste, en la personne de Lydia Schenardy, alors secrétaire départementale du parti dans les Alpes-Maritimes, ainsi que vice-présidente du groupe frontiste à la Région. quittera à son tour la maison en 2015

entrée en 1984.

liste obtient 26,65 % au second tour, rafle cinq sièges au conseil municipal de Menton. Retrait du groupe rassemblement bleu marine début 2017.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.