“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Thomas Fabius aurait laissé une dette de deux millions d'euros au casino de Monaco

Mis à jour le 04/11/2015 à 22:51 Publié le 04/11/2015 à 22:46
Thomas Fabius.

Thomas Fabius. Photo Luc Boutria

Thomas Fabius aurait laissé une dette de deux millions d'euros au casino de Monaco

Jeudi dernier, selon Le Point, Thomas Fabius était visé par un mandat d'arrêt aux Etats-Unis, pour avoir laissé des ardoises de plus de trois millions de dollars dans plusieurs casinos du Nevada. Selon Le Parisien, il doit maintenant une très grosse somme d'argent au casino de Monaco.

Au casino de Monte-Carlo, Thomas Fabius dispose d'une ligne de crédit d'un million d'euros... qui ne lui suffit pas. Le casino lui prête alors 650.000 euros pour se refaire, après négociation.

Il laisse finalement une dette de deux millions d'euros derrière lui.

Selon une enquête menée par Le Parisien, "la principauté aurait effacé une partie de l'ardoise et toujours pas encaissé le remboursement".

Le président délégué de la SBM affirme ne pas avoir effacé de dette

Cette information, livrée par le magazine Valeurs actuelles, n'avait pas manqué de faire réagir Jean-Luc Biamonti, président délégué de la SBM qui possède plusieurs casinos et hôtels de luxe sur le Rocher, qui, en 2013, affirmait n'avoir "jamais effacé la dette d'aucun joueur". Tout en admettant, concernant certains clients, une pratique "commune à tous les casinos du monde" de remises en fonction des pertes.

Le nom de Fabius pourrait-il avoir suffi à fermer les yeux, au point que Thomas Fabius ait une ardoise au casino monégasque? Interdit de jeu en France, il savait se lâcher à l'étranger, notamment en Principauté.

Comme nous l'avions révélé en mai 2013, le fils aîné du ministre des Affaires étrangères était capable, selon des témoins, de jouer trois millions d'euros en une seule soirée, abandonnant sur le tapis un pourboire de 200.000 euros.


La suite du direct