“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quand Foucault retrouve les anciens de RMC le temps d'une interview

Mis à jour le 15/12/2016 à 05:03 Publié le 15/12/2016 à 16:03
Bienveillant, charmant, gentil… « Il est comme ça dans la vraie vie », assure un ami.

Bienveillant, charmant, gentil… « Il est comme ça dans la vraie vie », assure un ami. PhotoAlberto Colman

Quand Foucault retrouve les anciens de RMC le temps d'une interview

Invité par le Monaco Press Club, Jean-Pierre Foucault était au Yacht-Club hier matin, où il a retrouvé quelques-uns des anciens de Radio Monte-Carlo. Un joli moment de retrouvailles

Il a définitivement coupé le micro de la radio en juin dernier avec la fin de l'émission Les pieds dans le plat "parce qu'[il] ne s'amusait plus". Mais des millions de téléspectateurs le retrouveront après-demain soir, samedi, sur TF1, pour l'élection de Miss France, en direct à Montpellier. Bien sûr, c'est Jean-Pierre Foucault. Il a peut-être décidé de cesser sa carrière radiophonique mais il continue de travailler, de signer des autographes, de se prêter au jeu des photos. Toujours avec courtoisie, chaleur humaine.

À Monaco en 1969

D'ailleurs, de ce tempérament qui le caractérise, il a fait carrière. "Comme métier, je voulais être de bonne humeur tous les matins."

Et il le fut, durant quelque 25 ans, sur la Matinale de Radio Monte-Carlo, même si les années durant lesquelles il fut directeur des programmes, entre 1994 et 1998 furent particulièrement dures, après "le virage de 1981 et les radios libres où certains directeurs généraux n'ont pas compris le danger qui arrivait."

Jean-Pierre Foucault, le Marseillais devenu l'enfant de Monaco, était alors bien loin de 1969 où, rentrant à RMC comme animateur avec Patrick Topaloff, il gagnait 1.000 francs par mois, logé au dernier étage sans ascenseur d'une annexe du Monte-Carlo palace Hotel situé sur le boulevard des Moulins.

"Je ne suis pas à la mode"

Celui qui a incarné quelques-unes des plus belles heures de l'histoire de Radio Monte-Carlo garde de la Principauté de très heureux souvenirs. D'ailleurs, il a conservé un appartement à Beausoleil où il séjourne régulièrement, lorsqu'il n'est pas convié sur le bateau d'un de ses amis dans le port Hercule. Cet endroit, il l'a aimé et l'aime encore. Le boulevard Princesse-Charlotte, la place du Casino…

"C'est un pays qui a toujours été tourné vers l'avenir. Ce fut marquant avec la protection de l'environnement marin et c'est encore le cas aujourd'hui avec le soutien du projet Solar Impulse et le tour du monde en avion solaire."

Aux côtés de nombre de ses anciens collègues de travail, dont le journaliste monégasque Bernard Spindler, fondateur et président honoraire du Monaco Press Club, Jean-Pierre Foucault a évoqué ses meilleurs souvenirs ; mais aussi l'avenir. Mais comment l'homme de la Française des Jeux, de Sacrée soirée ou encore de Qui veut gagner des millions?, aujourd'hui encore un des très rares animateurs à être salarié en CDI à TF1, a-t-il traversé les tempêtes économiques et les réformes structurelles des médias sans jamais être écarté? "Les animateurs et les émissions à la mode se démodent… forcément. Moi, je ne suis pas à la mode."

Lui, il est aussi et peut-être d'abord agréable, souriant, aimable, bienveillant, gentil. Et son ancien collègue André-François Pellegrin est catégorique: "Il est comme ça dans la vraie vie!"

Evidemment, pour parvenir à divertir des millions de personnes, chaque jour durant un demi-siècle, il faut "être soi-même". Et outre cette bonne nature, il faut savoir aussi être persévérant, talentueux et humble. Des qualités que Jean-Pierre Foucault a démontrées encore hier matin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct