Pourquoi le prince Albert II de Monaco sera en visite officielle dans le Var en mars

La première visite d’un chef d’Etat étranger dans la commune a été annoncée en conseil municipal. Le 10 mars, le prince souverain dévoilera des plaques à la mémoire de prestigieux cousins éloignés.

Article réservé aux abonnés
Jean-Marc Vincenti Publié le 14/12/2022 à 15:30, mis à jour le 14/12/2022 à 15:15
Le prince Albert II sera à Ollioules le 10 mars prochain. Photo Jean-François Ottonello

Royal! Son altesse sérénissime (SAS) le prince Albert II de Monaco sera officiellement reçu avec les honneurs à Ollioules, le 10 mars. Il dévoilera des plaques en mémoire de deux de ses ancêtres. L’un était établi au XVIIIe siècle dans la cité de l’Olivier, à l’actuelle école "Le Château", et le second, évêque de Rodez, y est enterré dans l’église paroissiale.

À la faveur de la révélation récente et inattendue de cette filiation qui a failli tomber dans l’oubli, ce sera la première visite d’un chef d’État étranger dans la ville.

L’annonce a été faite lundi soir par le maire, Robert Bénéventi, lors du conseil municipal qu’il a présidé salle Brémond. Cela à l’occasion du vote à l’unanimité d’une délibération portant sur l’adhésion de la commune à l’association des Sites historiques Grimaldi, pour un montant de 400 euros.

Le bâtiment qui abrite l’actuelle école "Le Château" fut au XVIIIe siècle la propriété d’un cousin très éloigné de Son altesse sérénissime, (S. A. R.) le prince Albert II de Monaco, qui lui rendra hommage, ainsi qu’à son frère évêque de Rodez, le 10 mars 2023. Photo J. -M .V..

La découverte historique d’Edmond Fenouillet

La découverte historique est due à la perspicacité d’Edmond Fenouillet, passionné par les registres paroissiaux, membre émérite du Groupe de recherche sur le patrimoine ollioulais (GRPO), qui, il y a deux mois, est venu trouver Pierre-Marie Gasquy, responsable des archives municipales (et secrétaire du GRPO), avec une photo du registre paroissial de 1770 en lui annonçant: "Nous avons un évêque de la famille Grimaldi enterré à Ollioules!"

L’acte de décès, très clair, renseigne effectivement l’identité d’un certain Jean-Charles "Charles" de Grimaldi d’Antibes, né à Cagnes en 1705 et mort à Ollioules le 10 mars 1770, à l’âge de 65 ans.

Sur la base de cette pièce décisive, l’archiviste se lance sur les traces du dignitaire. Sur un site de généalogie, il retrouve même la photo de la plaque funéraire - le cliché date des années 1930 - qui était posée dans l’église Saint-Laurent, où le prélat a été inhumé. La plaque y est restée jusqu’au concile de Vatican II, qui s’est terminé en 1965. L’édifice a alors été entièrement réaménagé et la plaque, enlevée, a été perdue.

En visite à son frère l’évêque décède

Mgr Charles de Grimaldi d’Antibes appartenait à la branche Grimaldi des marquis de Cagnes. Il a été consacré évêque de Rodez le 11 septembre 1746 et a exercé son sacerdoce jusqu’à son décès, en mars 1770.

"Dans l’hiver, il était venu visiter son petit frère, Charles de Grimaldi, dont il se faisait appeler du même prénom, qui habitait à Ollioules, où il était propriétaire du bâtiment qui est aujourd’hui l’école "Le Château"", dévoile Pierre-Marie Gasquy. Et il a eu le malheur de mourir sur la commune."

Saisi de cette découverte, Robert Bénéventi (avec Didier Martina-Fieschi, adjoint au patrimoine) a alors souhaité poser une nouvelle plaque, calquée sur l’ancienne, dans l’église Saint-Laurent.

C’est avec espoir que le maire a même écrit au prince Albert II de Monaco, illustre représentant de la dernière branche des Grimaldi et cousin très éloigné des Grimaldi d’Ollioules, pour lui demander de venir dévoiler cette plaque à l’issue d’une grande messe en l’église paroissiale.

Le souverain, enthousiasmé par cette perspective, a accepté et sera à Ollioules le 10 mars prochain, jour du 253e anniversaire du décès de Mgr Charles de Grimaldi d’Antibes. Il y passera une journée et dévoilera également une seconde plaque à l’école "Le Château".

L’école "Le Château" construite par les seigneurs de Bandol

L’actuelle école "Le Château" est une maison construite par la famille des Boyer Bandol (les anciens seigneurs de Bandol) au XVIIe siècle, à qui elle a été rachetée par le frère de l’évêque de Rodez, le conte (1) Charles de Grimaldi, chevalier de l’Ordre de Malte (1713-1774) au début du XVIIIe siècle, probablement entre 1718 et 1740.

Lui-même était marié à Marie-Victoire de Mine de Quinson (1749-1794), originaire d’Ollioules, dont la famille possédait la bastide de La Demine, à côté de l’actuel pôle mer de Naval Groupe.

Le 9 mai 1881, une délibération du conseil municipal d’Ollioules acte l’achat de la propriété à la famille Laborde, pour l’installation des écoles laïques du château Laborde, le 13 août 1881, au prix de 30.000 francs.

1. Conte est ici un titre de courtoisie que portait Charles de Grimaldi, cadet de la fratrie dont l’aîné Honoré IV Grimaldi était marquis

Au fil du conseil

La tour, prends garde!

Poursuivant sa politique de mise en valeur du patrimoine communal, la Ville va acheter un appartement de type 4 (78,18 m2) situé au 3e étage de la tour du Rempart, au prix de 265.000€ (avec l’électroménager). "La seule tour de rempart d’Ollioules, datant du XIVe siècle, dont la commune possédera deux des trois appartements", a relevé le maire Robert Beneventi, qui espère un jour arriver à la pleine propriété communale.

Les infractions au Code de l’urbanisme vont coûter cher

Les élus ont voté la mise en place d’astreintes financières pour cinq infractions au Code de l’urbanisme. De 25€ pour non-conformité des travaux à une déclaration préalable ou autorisation de travaux et travaux régularisables (délai de 15 jours) à 100€ pour une infraction aux dispositions du PLU (délai de 15 jours).

Votre permis de louer SVP!

Une convention de partenariat va être conclue avec la Caf pour optimiser et mieux exploiter la mise en place du Permis de louer (pour l’accès au logement et à un urbanisme rénové) mis en place à Ollioules depuis le 22 mai 2018. À ce jour, 311 dossiers de demandes ont été déposés et 287 ont donné lieu à décisions. Sur ce total, 22 demandes ont fait l’objet d’un refus de louer et 146 d’un avis favorable avec réserves.

Des subventions

CIl Ouest Ollioulais: 8.000€ (mur de soutènement); La Lyre provençale: 500€; Tony Di Gasparro (championnat MMA à Colchester): 300€; Externat Saint-Joseph: 360€ (séjour pour douze Ollioulais Saint-Michel); association "En chemin" (Terrain Roman): 10.000€.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.