“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Pour PPDA, invité d'honneur au 8e Salon du Livre de Monaco, "avoir un destin hors norme" était un rêve "d'enfant"

Mis à jour le 26/02/2019 à 08:16 Publié le 26/02/2019 à 08:15
Patrick Poivre d’Arvor est un fidèle de la Principauté, où il vient très régulièrement.

Patrick Poivre d’Arvor est un fidèle de la Principauté, où il vient très régulièrement. Photo Jean-François Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Pour PPDA, invité d'honneur au 8e Salon du Livre de Monaco, "avoir un destin hors norme" était un rêve "d'enfant"

L’auteur et journaliste est l’un des invités d’honneur du huitième Salon du livre de Monaco, samedi et dimanche. Il y présentera au public son dernier ouvrage, « La vengeance du loup »

Votre dernier ouvrage, "La vengeance du loup" est très romanesque. C’est un genre que vous aimez pratiquer ?
En effet, j’ai voulu me mettre dans la veine des écrivains du XIXe siècle, avec une écriture très feuilletonnée. J’aime l’idée qu’il se passe beaucoup de choses. C’est un roman à épisodes, sur l’ambition d’un jeune homme qui rêve de devenir président de la République ! Va-t-il y arriver…

Jeune homme, vous, quel était votre rêve ?
Enfant, les figures que je chérissais étaient Rimbaud, Surcouf, Bonaparte. J’avais envie d’un destin hors normes.

Vous l’avez eu ce destin hors normes…
À ma façon, mais je ne suis ni Rimbaud, ni Surcouf (rires).

Dans les salons du livre auxquels vous participez régulièrement, que vous disent les participants? Viennent-ils voir la star de télévision ou l’écrivain?
La télévision, tous les soirs à 20 heures, ça s’est arrêté il y a dix ans. Alors je ne pense pas, bien que certains me disent "vous nous manquez". Aujourd’hui, je vois bien que les gens ont lu mes livres. Certains ont des histoires personnelles avec mes ouvrages, donc nous échangeons sur ces sujets.

Vous avez écrit sur les grandes figures que vous avez rencontré au cours de votre carrière. Karl Lagerfeld était de ceux-là ?
C’était un personnage hors normes avec qui j’ai toujours eu de bons rapports. Je ne suis pas spécialiste de mode, mais je dois dire que j’avais été impressionné par la bibliothèque qu’il possédait, y compris à La Vigie, la villa qu’il a occupée un temps en Principauté.

Dans le domaine de la culture, vous avez exploré différents univers. En avez-vous d’autres à conquérir?
C’est vrai que j’ai fait beaucoup de choses : mis en scène des opéras, réaliser un film. Ce que j’aime beaucoup aujourd’hui, c’est faire le récitant sur scène. Comme je l’ai fait jeudi dernier, à la salle Gaveau avec Roberto Alagna en présence du souverain pour une soirée en l’honneur de sa fondation. J’y prends beaucoup de plaisir.

Vous êtes un fidèle de la Principauté. Qu’aimez-vous particulièrement à Monaco?
Cela me rappelle mes années d’enfance quand je venais chez mes grands-parents qui étaient résidents. J’y ai noué de belles amitiés. Je crois que je n’ai raté aucun tournoi de tennis des personnalités pendant les Masters de Monte-Carlo. J’aime aussi venir aux Masters de Piano. Et puis je suis membre du Yacht-club et je suis toujours heureux d’être là.

En fin observateur de l’actualité, que vous inspirent les nombreux actes de haine recensés ces dernières semaines en France?
Ça m’attriste profondément de voir des France qui se dressent les unes contre les autres. C’est épouvantable. À ceci s’ajoutent l’antisémitisme, le racisme et cette façon de se lâcher sans aucune retenue sur les réseaux sociaux. Cela ressemble à un pays qui perd ses repères. Il me semble que dans les années à venir, l’Éducation nationale aura un rôle à jouer face à des familles parfois défaillantes.

On reste optimiste ?
Évidemment, car la vie est toujours faite de cycles.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.