Rubriques




Se connecter à

Plongez en images au cœur du Bal de la Rose made in Christian Louboutin à Monaco

En convoquant l’esprit des Années Folles, infusé dans l’imagination de Christian Louboutin, la soirée caritative a tourné, vendredi soir, une nouvelle page dans son style et dans son public.

CEDRIC VERANY cverany@monacomatin.mc Publié le 09/07/2022 à 21:55, mis à jour le 09/07/2022 à 21:53
photos
Le souverain et la princesse de Hanovre accueillis à leur arrivée par Christian Louboutin. Photo JFO

Bon pied, bon œil. Du haut de ses 68 ans, le Bal de la Rose s’est offert une cure de jouvence vendredi soir.

Avec le créateur Christian Louboutin comme nouveau chef d’orchestre, la soirée caritative impulsée par la princesse de Hanovre s’est déroulée dans une version revue et corrigée.

Les fondamentaux demeurent: 14.000 roses embaumaient l’intérieur du Sporting d’été, le tout-Monaco portait sa tenue de soirée et les équipes de la Société des Bains de Mer avaient concocté un menu en cinq actes avec caviar impérial, turbot soufflé, bœuf sous la cendre et pavlova aux fraises des bois.

Mais derrière le classicisme d’un soir de gala, c’est un parfum de nouveauté qui s’est répandu. À l’image du tubesque I feel love bourdonnant dès l’entrée alors que les convives défilaient sur un tapis rouge savamment pailleté. Foulé entre autres par le prince Albert II, la princesse Caroline et sa famille.

 

Mais aussi la chanteuse Janet Jackson, l’actrice Fanny Ardant, la styliste de la maison Chanel Virginie Viard et tout un aréopage de personnalités de la Principauté attendues pour célébrer cette reprise des grands événements mondains.

Cabaret et strip-tease

Si on n’entend que son célèbre grain de voix dans l’exposition du créateur au Grimaldi Forum, c’est bien en chair et en os que Fanny Ardant est apparue sur le tapis rouge. Photo JFO.

Le thème de cette édition 2022 - marquant le grand retour du Bal après deux années sous cloche pour cause de pandémie - était "Les Années 20, le retour".

De cette évocation des Années Folles du début du XXe siècle, Christian Louboutin en a pris son parti en transposant l’insouciance de cette époque à celle que nous traversons actuellement, où les confinements ont fait basculer la société vers d’autres quêtes.

La sienne, vendredi soir sur la scène de la Salle des Étoiles, était de présenter un spectacle d’un nouveau genre.

Dopant le baromètre people de la soirée, l’incomparable Janet Jackson a fait une apparition remarquée, invitée par son ami Christian Louboutin avec qui elle est complice. Photo JFO.

Léger et divertissant avec les extravagantes créatures, Isadora Gamberetti et Lola comme maîtresses de cérémonies d’une scène où se sont succédé tour à tour des performeurs hauts en couleur dans l’esprit cabaret comme la jeune Américaine Lana qui a convoqué dans la Salle des Étoiles l’esprit de Joséphine Baker.

 

Elle a offert un numéro de danse digne de l’artiste panthéonisée… qui s’est achevé dans le plus simple appareil, avec seulement quelques strass de pudeur.

Les enfants de la princesse Caroline et leurs conjoints, tous réunis pour ce gala qui tient à cœur à leur mère, de gauche à droite : Pierre et Béatrice Casiraghi, Andréa et Tatiana Casiraghi, Charlotte et Dimitri Rassam, la princesse Alexandra de Hanovre et son ami Ben-Sylvester Strautmann. Photo JFO.

Un effeuillage qui en annonçait un autre. Celui de la star de la soirée, Dita von Teese, maîtresse ès strip-tease venue proposer sa prestation fétiche où son ondulation sensuelle s’achève dans une coupe de champagne géante, dans laquelle elle se baigne langoureusement.

Un numéro éclaboussant qui a fait monter la température d’un cran.

Du jamais vu assurément pour un rendez-vous bon chic bon genre mais qui a remporté l’adhésion des 800 convives ayant déboursé 850 euros pour leur place à bord de cette soirée caritative organisée au profit de la Fondation Princesse Grace, présidée par la princesse Caroline qui œuvre au profit notamment des enfants hospitalisés en France et de leur famille pour leur assurer du confort dans cette épreuve.

Nouvelle ère

Impeccable toujours, malgré l’improbable costume choisi pour lui par Christian Louboutin, Stéphane Bern a animé la tombola d’une main de maître. Photo SBM/Pierre Villard.

La place pour le dîner allait de pair avec un ticket de tombola dont le tirage a été pris en mains par Stéphane Bern qui a eu maille à disperser les cinq lots prestigieux (escarpins Louboutin en cuir et strass, collier Chanel, vol en jet privé ou séjour en palace).

Reine de la soirée, Dita von Teese. Son effeuillage a fait monter la température. Photo SBM/Pierre Villard.

Certains convives n’entendant pas que leur numéro a été tiré, d’autres préférant remettre leur gain en jeu pour d’autres tombolas.

Le collectif d’artiste House of drama, pièce maîtresse du show. Photo SBM/Pierre Villard.

Ces lots attendront donc d’autres bals, ou immuablement la tombola demeurera.

 

Mais au terme du dîner vendredi soir, alors que les enfants de la princesse de Hanovre ont pris d’assaut la piste de danse, entraînant la salle derrière eux pour une ouverture de danse plus disco que jamais, le sentiment qu’une nouvelle ère s’ouvrait dans ces grands rendez-vous de charité a traversé les invités.

La danseuse Amélie Poulain, à mille lieues de l’héroïne de Jean-Pierre Jeunet. Photo SBM/Pierre Villard.

Le DJ Amina l’a peut-être senti en propulsant alors dans les enceintes, la chanson de Madonna, Like a virgin, touched for the very first time

Lana, une jeune danseuse qui a convoqué l’esprit de Joséphine Baker sur scène. Photo SBM/Pierre Villard.
Le calme avant la tempête dans la Salle des Etoiles parée d’un décor "Années Folles". Photo SBM/Pierre Villard.
Après le dîner, les tables deviennent des podiums! Photo SBM/Pierre Villard.
Il fait chaud à Monaco a interprété la disco queen Corine. La température sur le dancefloor lui a donné raison. Photo SBM/Pierre Villard.
Pas de bal sans feu d’artifice… Photo SBM/Pierre Villard.
Alexandra, Charlotte et Béatrice, reines du Bal. Photo SBM/Pierre Villard.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.