Rubriques




Se connecter à

Le prince Albert II met un terme aux spéculations sur la santé de la princesse Charlène

Dans un entretien au magazine américain People, le souverain explique que son épouse suit "un vrai traitement encadré médicalement" face à un épuisement physique et émotionnel.

CEDRIC VERANY Publié le 19/11/2021 à 19:00, mis à jour le 19/11/2021 à 21:22
Le prince Albert II est apparu ce vendredi midi aux fenêtres du Palais, à l'occasion de la Fête nationale, entouré par ses enfants le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella. Photo Cyril Dodergny

Sans surprise, comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, l’état de santé de la princesse Charlène est au cœur de nombreuses spéculations de la presse trash un peu partout en Europe. Une situation qui a amené le souverain à prendre la parole à nouveau sur ce sujet, cette fois dans l’hebdomadaire américain People, pour se confier longuement auprès du journaliste Peter Mickelbank.

Si dans les colonnes de Monaco-Matin, ce jeudi, le souverain a évoqué mezzo voce les problèmes que traverse son épouse, plaidant la discrétion que requièrent les questions de santé, cette fois, il étoffe ses propos, expliquant que la princesse Charlène a fait le choix de rejoindre un établissement de soins, une décision entérinée en famille avec son époux et ses frères.

"Elle a réalisé qu’elle avait besoin d’aide"

"Elle savait que la meilleure chose à faire était d’aller se reposer et de suivre un vrai traitement encadré médicalement. Et pas à Monaco, pour des raisons de confidentialité. Elle était très calme et très compréhensive. Elle a réalisé elle-même qu’elle avait besoin d’aide. Nous voulions lui dire que nous l’aimons, que nous étions là pour elle, et que l’aspect le plus important est sa santé" détaille en anglais le prince Albert II au fil de cette longue interview où il s’est épanché.

Il explique que les premières heures de son retour en Principauté, le 8 novembre dernier se sont bien déroulées. La présence de la princesse Charlène était d’ailleurs pressentie pour plusieurs événements dans les jours à venir. "Puis il est devenu évident qu’elle n’allait pas bien", admet le Prince au micro de Peter Mickelbank. "Elle était épuisée, physiquement et émotionnellement et ne pouvait pas faire face à ses fonctions officielles, à la vie en général ou même à la vie de famille".

 

"Il ne s’agit pas de problèmes entre nous"

Cette prise de parole était aussi l’occasion pour Albert II de contrer les rumeurs récurrentes: "Je vais probablement le dire plusieurs fois, il ne s’agit pas de problèmes au sein de notre relation. C’est d’une nature différente et parce que je sais qu’il y a des rumeurs qui circulent, laissez-moi vous dire: ce n’est pas la Covid, ce n’est pas lié au cancer et ce n’est pas du tout lié à la chirurgie plastique".

Opérée à plusieurs reprises pour des problèmes ORL lors de son séjour de huit mois en Afrique du Sud, la princesse Charlène aurait souffert des conséquences de cette infection, un facteur supplémentaire à ses maux. "Elle souffrait d’une fatigue incroyable, n’avait pas bien dormi depuis plusieurs jours et elle ne mangeait pas bien du tout. Elle a perdu beaucoup de poids, ce qui la rend vulnérable à d’autres maux potentiels".

Le traitement médical établi - dans un lieu toujours tenu confidentiel - devrait requérir plusieurs semaines.

"Nous allons nous en sortir"

Dans les colonnes de Monaco-Matin jeudi, le souverain espérait pouvoir aller visiter son épouse avec ses enfants très prochainement. Il confirme à People que le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella savaient que leur mère était fatiguée. "Je leur ai dit qu’elle avait besoin de temps pour se reposer, et qu’elle est maintenant quelque part pas trop loin, que nous pourrons aller la voir un jour. Ils l’ont compris".

À plusieurs reprises ces derniers jours, le souverain a lancé un appel plaidant le respect de leur vie privée. Un appel qu’il réitère dans cet entretien à l’hebdomadaire américain, diffusé dans le monde entier. "Charlène n’a jamais demandé à avoir ces problèmes, mais ils sont là, malheureusement, et nous avons besoin d’espace et d’intimité pour les résoudre. Je prie donc tout le monde de comprendre cela et de laisser ma famille tranquille pendant les semaines à venir. Bien sûr, je suis attristé par la situation, mais je sais qu’elle est dans un bon endroit maintenant et que nous allons nous en sortir".

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.