Rubriques




Se connecter à

Il y a 29 ans, Michel Berger s'éteignait dans le Var après un malaise fatal sur un court de tennis

Le chanteur Michel Berger est décédé d'un malaise cardiaque pendant une partie de tennis à Ramatuelle. C'était le 2 août 1992.

Bruno Quivy Publié le 02/08/2021 à 19:00, mis à jour le 30/07/2021 à 15:44
Michel Berger avait ses habitudes à Saint-Tropez (Photo Sophie Louvet)

L'été est chaud. Étouffant. Michel Berger, France Gall, leurs enfants Pauline et Raphaël ont posé leurs valises dans la belle propriété de Ramatuelle, à la Capilla, où la famille a l'habitude de se retrouver chaque été.

Dans la vaste maison dominant la baie de Pampelonne, les journées s'étalent entre baignades, parties de tennis, balades, et se terminent par des dîners entre amis ou un tour au festival de théâtre. Des vacances tranquilles, presque banales.

C'est un dimanche comme les autres. Le midi, on est allé faire un tour au bord de la plage, manger un bout à Tropezina, le restaurant sur la mer où Michel Berger a ses habitudes.

"Il s'est assis avec ses proches et ses amis comme toujours, à la même table, explique le patron des lieux, Patrick Germain. Dos à la foule pour être tranquille". Poisson grillé, un peu de rosé sans excès. Et puis retour à la maison, là-haut, sous les pins. Un vrai dimanche de vacances.

 

Malaise fatal

Comme tous les jours, Michel Berger va taper la balle. Un match entre amis, où, sans doute, on se dépense un peu plus que d'habitude.

La partie de tennis se prolonge. Il fait chaud. Soudain, c'est le drame: le chanteur fait un malaise. À peine le temps d'être transporté dans la maison que, de nouveau, les malaises se succèdent. Le cœur lâche.

Le médecin urgentiste et les pompiers accourent de Saint-Tropez, mais il est trop tard. Les efforts pour réanimer Michel Berger sont vains. Sous les yeux de France Gall, celui qui chante quitte la scène sans un bruit, dans le silence ouaté d'une nuit d'été rythmée par le bruit des grillons.

Au théâtre de verdure, à Ramatuelle, il est 22h, le spectacle commence et les places réservées pour la petite famille restent vides.

 

Le corps de l'artiste transféré à l'hôpital de Saint-Tropez

La nouvelle se propage mais personne ne veut y croire. Les rumeurs les plus folles commencent à circuler. Mais c'est une fin presque banale pour un homme de 44 ans à la vie intense, qui travaillait beaucoup, trop peut-être, et dont les problèmes cardiaques étaient connus.

Dès le lendemain, le corps de l'artiste est transféré à l'hôpital de Saint-Tropez. Les touristes se mêlent aux paparazzis, tentant d'apercevoir des têtes connues. France Gall reste cloîtrée dans la villa. Elle ne réapparaît que quelques jours plus tard, lors des obsèques à Paris, cimetière Montmartre.

Une carrière majuscule s'achève sans préavis.

La maison de Ramatuelle, La Grande Baie, se referme sur un été meurtrier. Après Michel, ce fut Pauline, disparue en 1997, frappée par la mucoviscidose, comme Bernard, le frère de Michel, mort en 1982 de la sclérose en plaques.

À Ramatuelle, près de trente ans après, les pins protègent toujours la maison et son court de tennis du chaud soleil d'été. Quelque part, en bas, sur la mer, les vaguelettes du matin rejouent à coups d'écume les mélodies d'un poète disparu. Tant de mots à écrire. Tant de notes à jouer. La musique et la chanson ont perdu un grand.

 

Qu'a gagné le paradis blanc.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.