Rubriques




Se connecter à

En 2015, les bonheurs de la famille princière

Marquée par l’anniversaire des dix premières années de règne du souverain, l’année qui s’achève chez les Grimaldi est celle aussi des premiers pas des jeunes jumeaux princiers

C.V. Publié le 24/12/2015 à 05:04, mis à jour le 24/12/2015 à 05:04
Cyril Dodergny

Une année particulière. En 2005, Monaco tournait une page de son histoire avec la disparition du prince Rainier III et l’avènement d’un nouveau souverain, Albert II. Une décennie plus tard, l’année 2015 aura été pour la famille princière, une année résolument tournée vers l’avenir et l’évolution. Un avenir symbolisé par les jumeaux princiers, Gabriella et Jacques que l’on voit grandir et évoluer et qui ont fêté, avec beaucoup d’entrain, leur premier anniversaire. Un avenir aussi marqué par le renouvellement du soutien des Monégasques à leur souverain lors des festivités des dix ans de règne.
Et, comme dans toutes les familles, la joie des bonnes nouvelles : le mariage de Pierre Casiraghi et Béatrice Borromeo. Et la naissance d’India, le 12 avril dernier, deuxième enfant de Tatiana et Andréa Casiraghi.

Tu es le prince de mon coeur

 

C'est par surprise, que le 11 juillet dernier, la princesse Charlène a saisi la place du Palais.

 

Le secret avait été bien gardé. À l'occasion des festivités des dix ans de règne du prince Albert II, 6 000 Monégasques sont réunis sur la place du Palais. Alors que tous attendent le discours du souverain, c'est la princesse Charlène qui s'empare du micro.

Pour la première fois en public, la princesse prononce en français un discours pour saluer le travail et la personnalité de son époux.

« Plus que personne je connais la force de ton engagement auprès de ton peuple, plus que personne je connais ton engagement pour les grandes causes. »

En terminant sur cette phrase : « Albert Ier était le prince explorateur. Rainier III, le prince bâtisseur. Toi, tu es le prince du cœur, le prince de mon cœur ! »

Des mots qui provoquent l'émotion du souverain… mais aussi de toute la foule réunie sur la place du Palais. Un instant particulier, dont beaucoup se souviendront cette année…

(Photos Cyril Dodergny)

 
Cyril Dodergny.

L’ anniversaire

(Photo Palais princier).

Un an dejà ! L’année 2015 s’acheve en Principauté sur la celebration du premier anniversaire des jumeaux princier : Gabriella et Jacques. Les premiers enfants du couple princier, qui sont apparus plusieurs fois en public l’année ecoulée ont celebré leur anniversaire sur la place d’Armes. Un rendez-vous populaire, avec gateaux roses et bleus. Et folklore monégasque qui a particulièrement plu au jeune prince héréditaire qu’on a vu esquisser quelques pas.

Baptême princier pour les bébés

(Photo Palais princier).

Ce fut le premier événement officiel de leur jeune vie. Le 10 mai dernier, le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella sont baptisés catholiques en la cathédrale. L’occasion d’une grande journée de fête sur le Rocher, marquée notamment par les visages souriants de deux jeunes enfants, montrant leur complicité. Et par le bain de foule que s’est offert le couple princier.

Les mariés

Cyril Dodergny.

Deux ans après son frère aîné Andréa, Pierre Casiraghi a choisi aussi le Palais princier, pour célébrer son mariage civil, le 25 juillet dernier, avec Béatrice Borromeo. Un mariage chic et glamour, à l’image du couple. La semaine suivante, les mariés ont convié leurs invités en Italie, au bord du lac Majeur, pour le mariage religieux cette fois-ci, célébré dans le château de la famille Borromeo.

 

Fête nationale familiale

Cyril Dodergny.

Le 19 novembre, la famille princière s’est retrouvée aux fenêtres du Palais princier, suivant la tradition de la Fête nationale. Instant complice entre les princesses Caroline et Stéphane entourées de leurs enfants, la princesse Alexandra de Hanovre, Charlotte et Pierre Casiraghi et Louis Ducruet.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.