Rubriques




Se connecter à

Amir face aux lecteurs de Nice-Matin: "À chaque instant, je réalise mon rêve de gosse"

Vendredi après-midi à Cannes, le chanteur est allé à la rencontre de nos lecteurs. Dans une superbe suite de l’Hôtel Barrière Le Majestic, ceux-ci ont profité d’un moment privilégié avec l’artiste, en lice pour une nouvelle récompense aux NRJ Music Awards, ce soir au Palais des Festivals.

Jimmy Boursicot et Aurore Harrouis (magazine@nicematin.fr) Publié le 20/11/2021 à 15:19, mis à jour le 20/11/2021 à 15:21
Photo Patrice Lapoirie

La réédition de son album, "une envie de liberté"

Une version augmentée du dernier disque d’Amir, Ressources, est sortie le 12 novembre. Face à ses fans, il a expliqué pourquoi cette sortie, agrémentée de sept nouveaux morceaux, était importante à ses yeux.

"On a écrit l’album en se disant qu’on allait le préparer de façon posée. J’y ai mis énormément de cœur, je pouvais réfléchir à chaque thématique, à chaque mot que j’utilisais. Ce qu’on n’avait pas du tout envisagé, c’était l’arrivée de la Covid. Très vite, on a compris qu’on ne pourrait pas le défendre en tournée. Il y a eu de la frustration, de la douleur. Cette réédition, elle est née parce qu’il fallait qu’on s’exprime, qu’on extériorise."

Le chanteur, révélé par The Voice, estime avoir gagné en légèreté et en audace grâce à ce nouveau projet. "J’ai eu envie de liberté, de me réinventer, sans me demander si telle ou telle chanson me ressemblait ou pas. Avant, il y a toujours eu beaucoup de prudence. Là, je m’en foutais. J’avais envie de m’exciter, de m’éclater."

Un duo avec Sia né dans d’étonnantes circonstances

Au fil de la discussion, il a été demandé à Amir comment 1+1, son duo avec l’artiste australienne Sia avait pu voir le jour. "Je participais à On est en direct, l’émission de Laurent Ruquier. Pour la journée internationale des droits des femmes, il m’a demandé d’interpréter un morceau en piano-voix et j’ai choisi Unstoppable, un titre puissant de Sia. J’ai pensé à elle parce que je l’adore et qu’elle est souvent engagée. C’était un hommage à une artiste qui m’a beaucoup inspiré, ça s’arrêtait là pour moi. Sauf que j’ai découvert que Sia avait publié la vidéo sur son compte Instagram. Je n’en revenais pas!"

 

Assez naturellement, la connexion s’est établie sur Instagram, comme l’explique Amir.

"Je voulais surtout la remercier et on a commencé à bien discuter. Et de tout ça, l’idée folle de se retrouver sur un morceau un jour a été lancée. Il a fallu du temps, mais ça s’est fait. On a sorti la chanson en juillet et demain soir [ce soir, ndlr], elle sera candidate au prix de la chanson francophone de l’année aux NRJ Music Awards!"

"En réalité, je ne me suis jamais senti star"

Être solaire, lumineux, chaleureux... Au-delà de ses talents musicaux, nos lecteurs fans d’Amir louent unanimement l’âme de leur star.

"En réalité, je ne me suis jamais senti star, répond-il. Je sais seulement ce qu’est d’être quelqu’un qu’on écoute. Bien qu’il faille justifier ça par de la création, entretenir cette flamme, proposer des choses."

Sur sa bonhomie naturelle, Amir, explique, ému, qu’il s’agit pour lui "d’un comportement naturel... Dans cette situation où, à chaque instant sur scène, je réalise mon rêve de gosse, je ne parviens pas à masquer mon enthousiasme. Le public le nourrit à chaque seconde et le décuple de puissance. Forcément, j’ai envie de rendre cet amour et cette énergie à tous ceux qui m’en donnent. D’ailleurs, j’arrive sur scène en courant, comme si on libérait le cheval fou!"

"Enfant, je ne tenais pas en place"

Docteur en chirurgie dentaire de formation, un métier qu’il n’a finalement pas exercé, Amir avait déjà envie d’embrasser la scène tout jeune. "Bébé, je commençais à chanter! J'avais envie de monter sur scène, mais je ne savais pas de quelle façon. Je ne savais pas si c'était plus chanteur que danseur ou comédien. Très souvent, je montais sur la table du salon et je demandais à ma famille de s'asseoir pour monter des spectacles. Je voulais faire rire et qu'on m'applaudisse. Ce métier ne s'invente pas, il a toujours été là."

 

Enfant hyperactif, le chanteur s’est encore confié sur ce trouble qu’une de ses maîtresses avait vite perçu. "J’étais un enfant bruyant, très agité, très dynamique mais j’avais ce sourire qui pardonne tout. Plus tard j’ai compris que j’avais un petit problème d’hyperactivité, je ne tenais pas en place. À l’école, je comprenais assez vite les cours. La maîtresse avait compris ça et m’avait fait un coin à moi avec des livres. C’était le coin d’Amir. Je pouvais travailler et avancer comme ça..."

Aujourd’hui, l’artiste met son hyperactivité au service "de ma carrière, de ma famille, de l’essentiel en somme".

Cannes et lui, une longue histoire

Quand Amir pense à Cannes, c’est toujours avec un petit parfum de nostalgie. "Tous les étés, on descendait en voiture, à Cannes, on traversait la France depuis Sarcelles. J’ai des souvenirs du manège, des aires de jeux, de la plage, du Palais des Festivals... Je connais cette ville par cœur et c’est l’une de mes préférées au monde. Revenir pour les NRJ Music Awards a toujours une odeur de l’enfance et du plaisir. Et très souvent, ça s’est bien passé pour moi ici!"

Avec son premier album certifié triple disque de platine, Au cœur de moi, il avait remporté deux récompenses aux NRJ Music Awards 2016 ("révélation francophone de l’année" et "chanson francophone de l’année" pour J’ai cherché). En 2017, il avait à nouveau triomphé dans la catégorie "chanson francophone de l’année", avec On dirait.

Cette fois, il est nommé dans la catégorie "collaboration francophone de l’année", pour son duo avec Sia, 1+1. L’un de ses fans a demandé à l’artiste franco-israélien comment il réagirait s’il s’imposait à nouveau lors de cette édition 2021.

"J’aurais bien aimé savoir pleurer, mais ce n’est pas le cas... Pour moi, c’est particulier de me présenter à ces NMA avec une artiste que j’admire tant. Cette chanson, c’est déjà une fierté. être nommé dans cette catégorie aussi. Gagner un prix, ça marquerait le coup de manière encore plus indélébile. Mais au-delà de ça, je dirais que si je l’emportais une nouvelle fois, j’aurais l’impression de tenir entre les mains la fidélité et l’amour du public. Peut-être qu’on prend la lumière plus que les autres, parce qu’on ramène de la fraîcheur, tout le monde nous découvre. Après plusieurs années, c’est difficile d’être toujours là, d’avoir du soutien."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.