“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Auschwitz est devenu "une attraction pour les touristes" selon la demi-soeur d'Anne Frank

Mis à jour le 11/04/2018 à 14:36 Publié le 11/04/2018 à 13:29
Eva Schloss : "Partout, il y a des préjudices contre les juifs, les musulmans, les chrétiens, les noirs… Beaucoup de guerres aussi.Il reste beaucoup à faire."

Eva Schloss : "Partout, il y a des préjudices contre les juifs, les musulmans, les chrétiens, les noirs… Beaucoup de guerres aussi.Il reste beaucoup à faire." Photo Michael Alesi

Auschwitz est devenu "une attraction pour les touristes" selon la demi-soeur d'Anne Frank

Eva Schloss, la demi-sœur posthume d’Anne Frank devenue célèbre pour son journal clandestin, tient une conférence, ce mercredi à 19 h, au Lycée technique et hôtelier de Monaco. Rencontre…

Elle a longtemps gardé le silence sur l’horreur de l’Holocauste.

Quatre décennies, claquemurée dans un profond mutisme. À peine quelques bribes de souvenirs lâchées à son cercle proche.

Aujourd’hui, Eva Schloss, demi-sœur posthume d’Anne Frank et rescapée d’Auschwitz, prend son bâton de pèlerin pour prêcher la bonne parole. Celle de la tolérance, de la paix, comme guidée par un devoir de mémoire.

Ce mercredi, à 19 heures, ce petit bout de femme de 88 ans tient une conférence publique au Lycée technique et hôtelier de Monaco.


Vous avez longtemps gardé le silence sur votre histoire. Vous la racontez désormais aux jeunes générations. Que fut le déclic?
À Londres en 1986, il y avait une exposition autour du journal d’Anne Frank. J’étais invitée juste pour y participer. Et puis, l’organisateur a dit : "Maintenant, Eva Schloss va vous dire quelque chose".
Je voulais me cacher sous la table, je n’avais jamais parlé en public. J’étais timide et nerveuse et je ne voulais pas évoquer l’Holocauste. Et puis, pour la première fois, j’ai raconté des choses que je n’avais jamais dites à mes proches.


Depuis, vous vous sentez investie d’une mission…
Exactement, celle du devoir de mémoire. Après 1945, les gens ont dit "Plus jamais ça!". Je constate que la leçon n’a pas été retenue. Partout, il y a des préjudices contre les juifs, les musulmans, les chrétiens, les noirs… Beaucoup de guerres aussi. Il reste beaucoup à faire.

"une infirmière qu'on croyait résistante nous
a trahis"

Comme la famille d’Anne Frank, vous êtes restés cachés pendant deux ans avant une dénonciation.Racontez-nous…
J’étais avec ma mère à Amsterdam. Mon frère, lui, était avec notre père. On était cachés chez des résistants dans une petite chambre, sans pouvoir aller dehors. A 13 ans, moi qui étais sportive, je ne pouvais rien faire, ni parler, jusqu’à ce que les gens reviennent du travail.
De juin 1942 à mai 1944, on a changé sept fois de planque car la Gestapo traquait les juifs. Et puis, une infirmière hollandaise qu’on croyait résistante nous a trahis. Elle a peut-être reçu de l’argent ou peut-être était-elle une nazie? On a été déporté le 11 mai, jour de mes quinze ans.


Commence l’horreur… Que racontez-vous aux gens pour leur faire prendre conscience
de la barbarie nazie?

On a été placé dans un camp d’internement en Hollande, puis déporté à Auschwitz. On ne connaissait pas la destination. Je me souviens d’un camp immense… Les hommes et les femmes étaient séparés.
À la sortie du train, le Dr Josef Mengele faisait le tri.Il nous regardait une seconde et nous mettait d’un côté ou d’un autre. La vie ou la mort. Plus de la moitié n’a pas survécu à ce tri: les enfants, les bébés, les vieillards… On nous a mis nu, on nous a rasés puis on nous a tatoués un numéro.

"j'avais 15 ans,
je ne voulais pas mourir"


Comment avez-vous tenu bon ?
J’avais quinze ans, je ne voulais pas mourir.J’ai toujours gardé espoir. Et puis, il y a eu des miracles. Par exemple, ce manteau à capuche que m’avait donné ma mère. Le Dr Mengel n’a pas vu que j’étais jeune sinon il m’aurait gazé…
Une de mes cousines travaillait à l’hôpital, elle me donnait des médicaments lorsque j’ai eu une attaque de typhus. J’ai aussi travaillé trois semaines dans un endroit où on dispatchait les effets personnels des déportés. On y a trouvé de la nourriture et les conditions de travail étaient moins pénibles. En janvier 1945, après neuf mois de déportation, les Russes nous ont libérés.


Après avoir perdu leurs compagnons respectifs, votre mère et Otto Frank, le père d’Anne, se sont rapprochés…
On se connaissait car on habitait à côté.Durant le transport avec les Russes, Otto était avec nous tout le temps. Ce n’est qu’après qu’on a appris, par une lettre de la Croix-Rouge, que mon père, mon frère, Anne et la femme d’Otto étaient décédés. Otto et ma mère se sont mariés en 1953.

"la philosophie de vie" d'anne frank


Avant de devenir votre demi-sœur posthume, Anne Frank était avant tout votre amie…
Quand on a quitté Vienne pour Amsterdam en février 1940, on habitait sur une petite place. Avec tous les enfants de l’école, on jouait sur une grande place. Anne était là et avait un mois de moins que moi. On a joué à la corde à sauter, on faisait des tours de bicyclette.Anne s’intéressait beaucoup aux garçons et aux vêtements. Moi, j’étais plutôt un garçon manqué…


Après coup, en lisant son journal, avez-vous reconnu la fille que vous connaissiez?
Non, je ne l’ai pas reconnu. Je ne lui connaissais pas cette qualité de philosophie de vie. Plus tard, en vivant avec Otto, j’ai compris qu’elle avait été influencée par la pensée de son père. Leurs conditions de vie étaient différentes de la nôtre. Nous étions 2, eux 8. Ils sont restés cachés deux ans au même endroit, pas nous.

"c'est une attraction... les gens rient, filment..."


Qu’avez-vous ressenti en retournant à Auschwitz pour la première fois?
J’y suis retourné avec mon mari pour une télévision. C’était en hiver, ce fut très dur. J’ai pleuré tout le temps. Lui, ne pouvait rien manger. À l’époque, ce n’était pas encore un musée. C’était presque trop réel. Maintenant, c’est une attraction pour les touristes. Les gens rient, filment…
À l’époque, il n’y avait pas de fleurs, ni d’herbe ou d’arbres.


À New York, les visiteurs du Museum of Jewish Heritage peuvent poser des questions
à votre hologramme…

Pendant une semaine, j’ai répondu à des milliers de questions. C’est crucial que les témoignages de survivants de la Shoah perdurent dans le temps. Les jeunes ne doivent pas oublier cette tragédie et quand je ne serai plus là, l’hologramme continuera à répondre. J’ai pu me demander à moi-même quel était mon numéro de tatouage sur le bras (rires).

à partir de 1 €


La suite du direct