Rubriques




Se connecter à

VIDEO. Le titre plein d'espoir des musiciens (confinés) de l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo

La musique adoucit les mœurs, dit-on. En ces temps de confinement, nombreux sont les musiciens qui ont pris l’adage au pied de la lettre pour partager sur les réseaux sociaux des prestations depuis leur maison. Comme un trait d’union avec le public, en attendant que les salles de spectacles puissent à nouveau se remplir.

Cédric Vérany Publié le 30/04/2020 à 12:48, mis à jour le 30/04/2020 à 13:55
Confinement oblige, les musiciens de l'Orchestre philharmonique de Monaco se réunissent par écran interposé. Capture écran Youtube

À l’instar de nombreuses formations dans le monde, l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo (OPMC) vient d’apporter sa partition à ce grand concert mondial en dévoilant une vidéo où les musiciens jouent ensemble, mais chacun chez soi, un morceau inédit.

"Depuis le début du confinement, beaucoup d’orchestres ont été créatifs. Nous voulions l’être aussi et c’était nécessaire car au bout de quelques jours à la maison, les musiciens commençaient à s’ennuyer! Alors nous avons réfléchi, avec David Lefèvre notre premier violon, pour développer un projet et se démarquer", détaille Frédéric Vitteaud, régisseur général de l’OPMC.

La bonne idée lui vient en se souvenant alors d’une chanson de Donny Hatthaway, un standard de la musique soul de 1973, que l’orchestre avait joué en 2008 sur scène lors de sa toute première collaboration avec le jazzman Marcus Miller.

Le titre plein d’espoir, Someday we’ll all be free (littéralement: un jour, nous serons tous libres) résonne, de surcroît, particulièrement bien avec la situation actuelle.

 

"En plus, nous avions fait pour ce concert, une orchestration très particulière qui mettait pleinement l’orchestre en valeur."

Des guest prestigieux

A partir d’un enregistrement de cette soirée de 2008, l’équipe a préparé une vidéo avec des repères pour que chacun des 80 musiciens puisse jouer et enregistrer depuis chez lui sa partie.

Aux membres de l’orchestre s’ajoute un casting inédit réuni avec la complicité de Jean-René Palacio: Marcus Miller d’abord, qui était sur scène en 2008, dont les riffs de basse ouvrent le morceau.

Le titre est ensuite chanté par un quatuor de voix VIP: les timbres soul de Robin McKelle et Raul Midon se mêlent à ceux de Charles Pasi, de la jeune chanteuse Neima Naouri. Mais aussi de la contre-alto canadienne Marie-Nicole Lemieux, qui était en résidence cet hiver avec l’orchestre monégasque et dont les derniers concerts ont été annulés au début de la crise. Le tout saupoudré de quelques notes d’Yvan Cassar au piano!

"Tous ont fait une prise vidéo avec ce qu’ils avaient sous la main: un téléphone, une tablette. Certains musiciens, par chance, ont un home studio ou un peu de matériel technique."

 

À partir de cette base, Sylvain Denis, ingénieur du son pour l’orchestre, a passé trente heures pour réunir, harmoniser les bandes et trouver un son mélodieux à la vidéo.

"Ensuite, nous nous sommes retrouvés avec 80 vidéos de différents formats. Heureusement, la direction de la communication a mis à notre disposition un monteur pour créer ce clip", continue Frédéric Vitteaud.

Qui a d’ailleurs établi un story-board précis pour qu’à l’image, à chaque note, on voie le musicien et l’instrument qu’il joue. Une cohérence à laquelle il tenait.

Cerise sur le gâteau, le souverain, informé du projet, a accepté de dire quelques mots en lever de rideau pour introduire la vidéo, et rappeler le message de la Principauté, face à cette crise: Strong Together, soyons forts ensemble. Un projet qui en est le reflet!

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.