“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Un "Nabucco" de toute beauté au Grimaldi Forum

Mis à jour le 14/11/2016 à 05:07 Publié le 14/11/2016 à 05:07
Hier après-midi, c'était la représentation officielle de cet opéra de Verdi mis en scène par Leo Muscato à l'occasion de la Fête nationale. Il sera donné jusqu'à samedi au Grimaldi Forum.

Hier après-midi, c'était la représentation officielle de cet opéra de Verdi mis en scène par Leo Muscato à l'occasion de la Fête nationale. Il sera donné jusqu'à samedi au Grimaldi Forum. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un "Nabucco" de toute beauté au Grimaldi Forum

Fête nationale (J-5) Splendide représentation de l'opéra de Verdi avec son célèbre chœur des esclaves et Leo Nucci dans le rôle du roi de Babylone

Que le roi de Babylone débarque à Monaco pour célébrer la Fête nationale, et cela donne un spectacle puissant, grandiose, de toute beauté au Grimaldi Forum ! Le roi de Babylone est, bien sûr, le légendaire Nabuchodonosor, à qui le compositeur d'opéra Giuseppe Verdi a donné le diminutif de Nabucco.

Cet opéra, les Monégasques l'ont vu vendredi soir lors de la générale publique et hier lors de la première représentation officielle.

Il sera donné jusqu'à samedi pour la Fête nationale.

Oh, le beau Nabucco ! Quatre voix d'élite, un chœur au meilleur de sa forme, un orchestre magnifique, des décors admirables, des lumières qui transforment le tout en tableaux de maîtres : ce spectacle est une totale réussite.

Dans le rôle de Nabucco, roi qui tient les juifs en esclaves mais qui se convertit à la fin et les libère, on trouve Léo Nucci. Son arrivée est spectaculaire entre deux pans de mur qui s'ouvrent comme la Mer Rouge devant Moïse. Dire que ce chanteur a commencé sa carrière internationale il y a un demi-siècle et qu'il est toujours là à nous impressionner ! Total respect !

À ses côtés, une soprano de premier ordre, Anna Pirozzi. Il y a de la pyrotechnie en Pirozzi : sa voix est un feu d'artifice. Sa partenaire Uria Monzon est toute en classe et en musicalité.

Un hymne à la liberté qui donne le frisson

Pour galvaniser les ardeurs de ces deux héroïnes surgies du fond de l'histoire et des tréfonds de la tessiture vocale, une formidable basse, Vitali Kowaliov.

Le chœur, à présent. Superbe ! Soutenu par le magnifique Orchestre Philharmonique, il vous donne le frisson en entonnant cet hymne à la liberté qu'est le célèbre « chœur des esclaves ».

Là, l'excellent chef d'orchestre Giuseppe Finzi, au lieu de marteler ce passage avec une ardeur militaire, fait lever la musique comme aurore. On se laisse soulever par la douceur et par la force qui est en elle.

La belle leçon que voilà : la musique vaut par l'intensité de son message et non par son tapage !

Enfin le décor. Rien de concret, de carton-pâte.

Tout est dans le symbole abstrait de pans de murs ou de rideaux qui se déplacent. Les lumières transforment la scène en tableaux de musée. L'artiste de la mise en scène est ici Leo Muscato. Leo Nucci et Leo Muscato : deux Leo pour ce beau « Nabucco » de Monaco !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.