Rubriques




Se connecter à

"Top Gun: Maverick": ces suites de films qui sont aussi bonnes voire meilleures que les premiers volets

"Top Gun : Maverick" est présenté ce mercredi 18 mai en avant-première au Festival de Cannes et arrivera dans les salles le 25 mai. En attendant de savoir ce que vaut le film de Joseph Kosinski avec l'inoxydable Tom Cruise, on se penche sur ces suites aussi bonnes ou meilleures que le premier volet.

Jimmy Boursicot Publié le 18/05/2022 à 14:45, mis à jour le 18/05/2022 à 14:21
Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre DR

Donner une suite à un film, c'est souvent une bonne idée... pour les producteurs, alléchés en pensant à tous les dollars qu'ils pourront engranger en surfant sur la notoriété d'un acteur ou la réussite d'une franchise naissante. 

Mais parfois, tout s'enclenche comme il faut. Les membres du casting ne traînent pas des pieds pour rempiler, les scénaristes sont inspirés, la matière initiale n'est pas déclinée jusqu'à l'écœurement. Et ça donne de grands moments de cinéma. Voici une liste, forcément non-exhaustive et subjective de ces suites qui s'en sortent plus que bien.

Terminator 2 : Le Jugement dernier

La franchise a fini par être usée jusqu'à la corde. Mais en 1991, lorsque James Cameron revient avec le super bankable Schwarzy et Linda Hamilton, sept ans après Terminator 1, il marque l'histoire de la pop culture. Malgré plusieurs problèmes en pré-production, le film raflera quatre Oscars "techniques (maquillage, mixage sonore, son, effets spéciaux). Et deviendra surtout l'un des plus gros succès de tous les temps au box-office, avec 520 millions de dollars de recettes.

L'Empire contre-attaque

Bien sûr, évoquer Star Wars, c'est s'embarquer dans d'interminables débats, où chaque fan hardcore défend ses positions comme sa vie en dépendait. Mais de manière assez large, beaucoup de fidèles de la franchise initiée par George Lucas s'accordent à dire que L'Empire contre-attaque (1980). Plus sombre et profond que le précédent, le film réalisé par Irvin Kershner passe dans une autre dimension en creusant vraiment la personnalité des protagonistes, Luke Skywalker en tête.

Le Parrain 2

Francis Ford Coppola n'était pas chaud pour rempiler, vraiment pas. Mais la Paramount a su poser un chèque assez gros sur la table pour plier la discussion. En définitive, de nombreux fans préfèreront Le Parrain 2 au premier, parfois jugé trop lent, et au 3, pas à la hauteur. Ce copieux long-métrage de 3 h 22 fera aussi une razzia aux Oscars de 1975 (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario adapté, meilleur acteur pour un second rôle pour Robert De Niro, meilleure musique et meilleure direction artistique).

Et pour quelques dollars de plus et Le Bon, la brute et le truand

1964, 1965, 1966. Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, puis Le Bon, la Brute et le Truand. En trois ans et trois films, Sergio Leone, épaulé par le tout aussi géant Ennio Morricone, deviendra le maestro du western spaghetti.

Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre

Un réalisateur génial, un casting incroyable (Depardieu, Debbouze, Bellucci, Marina Foïs, Edouard Baer, Gérard Darmon...), des décors fous... Tous les ingrédients sont réunis pour qualifier ce film de "classique" de la comédie. Il faut dire que le principe "une réplique, un fou rire" est diablement efficace

Les Bronzés font du ski 

Chaque hiver, on sait qu'on va revoir "Le Père Noël est une ordure" et "Les Bronzés font du ski", suite hivernale des "Bronzés" pour la énième fois à la télévision. Deux films cultes, de bande, avec des dialogues évidement cultes. Comment ne pas rire des dialogues comme: "Vous avez de la pâte! Vous avez du suc’! Alors avec la pâte vous faites une crêpe et vous mettez du suc’ dessus!", ou encore, "la neige elle est trop molle pour moi! J’y vais mais j’ai peur!". 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.