Rubriques




Se connecter à

Première partie de Disiz, thèse de géographie, ateliers d'écriture: la vie bien remplie de Killian Alaari

Attendu aux Nuits Carrées, puis en première partie de Caballero & JeanJass cet été au Théâtre de Verdure et au Crossover Festival avec IAM, Killian Alaari fait partie des valeurs sûres de la scène azuréenne. Biberonné au hip-hop, il tend de plus en plus à donner une dimension universelle à sa musique, sans jamais négliger ses textes. Rencontre sur le sable, à Cannes.

Jimmy Boursicot Publié le 17/06/2022 à 22:50, mis à jour le 17/06/2022 à 22:40
Killian Alaari sera très présent sur les scènes azuréennes cet été. Photo Romain Arteau Fofana

On l'a retrouvé sur la plage de l'hôtel 3.14 à Cannes, en marge de la présentation de la programmation des Plages électroniques, à laquelle il assistait en "civil", avant de profiter de la soirée donnée pour l'occasion.

Killian Alaari savoure les plaisirs de la vie. Après quelques verres, on aura finalement dévié de la musique à la cuisine, l'une de ses autres passions.

En voyant le garçon arriver avec sa chemisette bien coupée, son short smart, ses Paraboots en cuir et ses chaussettes jaune Ricard (sans doute une illusion d'optique due à l'open bar), on a compris qu'il aimait aussi les sapes.

"Sans prétention, j'ai un goût pour les belles choses, bien travaillées. Pas forcément ce qui est cher, mais ce qui est équilibré", nous dit Killian, 30 ans.

 

allier le fond et le forme

Pour ses morceaux, cette notion d'équilibre est encore au centre du processus.

"J'ai toujours été créatif. Le rap, c'était la discipline qui me permettait de m'exprimer le mieux. On pourrait se dire qu'à quinze ans, on parle de choses légères. Mais c'était l'inverse. Quand j'ai commencé, ado, il fallait écrire sur des faits de société pour être crédible. Il n'y avait que ça. En grandissant, je me suis rendu compte qu'il fallait aborder ce qu'on vit, ce qui nous anime." 

Avancer. Sans se renier, sans mégoter sur la qualité des lyrics. Tout en allant vers une dimension plus directe.

"Je ne commence pas un morceau sans avoir des images en tête. La dimension esthétique est très importante. Aujourd'hui, j'ai envie de quelque chose de plus universel, avec une mélodie qui peut te toucher, même si tu ne comprends pas les paroles. J'ai envie de m'adresser à des gens qui ne sont pas forcément des puristes. C'est tellement magique d'arriver à proposer des choses cohérentes à tous les niveaux. Si tu es un vrai artiste, tu as quelque chose à défendre qui va au-delà d'un simple texte."

répandre plus de love

Sur Contradictions, son EP sorti l'an dernier, Killian Alaari alternait les phases kickées (sur une séries de titres rassemblés sous l'étiquette #MotsDeTête) et les refrains chantés, tout en s'offrant quelques virées sensibles sous le soleil, comme sur Distance ou Money Time. Rappeur ascendant lover ? Affirmatif, répond celui qui vit du côté de Mougins.

 

"Si tu fais une soirée avec dix mecs, il y aura des heures de discussions consacrées à l'amour, au sens large. Les difficultés dans un couple, la séduction sous toutes ses formes. Certains trouvent que l'amour est un thème trop léger, mais il occupe tellement nos vies..."

Coïncidence amusante (ou astucieux rapprochement des programmateurs, plus sûrement), Killian Alaari jouera le 24 juin en première partie de Disiz, aux Nuits Carrées, à Antibes. Le rappeur star des années 2000 a justement retrouvé les sommets des charts avec un album intitulé L'Amour.

"Son projet est beaucoup plus pop que rap, avec des influences 80's. Je l'ai trouvé très touchant, bien plus que d'autres", commente Killian.

avancer en équipe

Il ne faut pas beaucoup pousser le Sudiste pour qu'il lâche d'autres compliments, à destination de son cercle rapproché, dans lequel on retrouve notamment Sany San.

Homme de l'ombre, le producteur niçois a enchaîné les hits en collaborant avec Booba, Siboy, PLK, Bolémvn ou encore Eva et Wejdene. "Il m'enregistre depuis que j'ai commencé. Je suis très proche de lui, il me connait par cœur. Notre entente est hyper naturelle. Et en plus, il est ultra fort. Je viens avec des idées assez précises en tête. Et lui, il les met en forme, il arrive à les traduire en musique."

Et puis il y a Yass Sogo, autre rappeur du 06.  "Il est un peu plus âgé que moi, c'est mon meilleur ami. On s'est rencontrés à la fac. Il était en lettres et moi en géo. Il est venu me voir, parce qu'on lui avait dit que je rappais. On a accroché et on a commencé à faire du son ensemble."

 

Leurs routes ne se sont plus jamais éloignées. "Il est très souvent là pour m'épauler. Ce sera le cas pour mes prochains concerts. On a une vision différente de la musique. Lui est très porté sur le texte, qui doit tout dominer. Moi, c'est autre chose. Mais ça fonctionne bien entre nous. On peut monter sur scène sans trop se parler avant et ça le fera. Chacun connait les morceaux de l'autre sur le bout des doigts."

être sur tous les fronts

En parlant de ses années fac, Killian Alaari nous a guidé vers un autre terrain. Celle d'une carrière universitaire au long cours, entrée dans sa dernière ligne droite.

"Je suis en train de finir un doctorat en géographie. Je prépare une thèse sur la ville durable et la transition énergétique, des questions m'intéressent énormément."

Un travail de recherche qui s'est souvent étiré dans le temps, sans que cela traumatise outre-mesure notre homme. Car, en plus de la musique, il s'active aussi sur un autre front. Comme son acolyte Yass Sogo, prof de français, Killian dirige des ateliers d'écriture avec des jeunes.

"J'en fais à Nice, Carros, Antibes, Biot... Cela peut être dans le cadre scolaire, avec des théâtres ou des associations. J'aime pouvoir donner de petits trucs aux jeunes pour qu'ils puissent s'exprimer, en gagnant un ou deux ans par rapport à moi quand j'ai commencé."

Brûler la scène

Cet été, place à la musique, et aux concerts surtout. "Là, je me concentre beaucoup sur le live. J'ai envie de proposer d'autres versions de mes titres, d'apporter quelque chose de nouveau. Avec moi, j'aurai un DJ, un saxophoniste, un trompettiste, un violoniste et des chœurs."

L'occasion de briller et de compléter la liste des beaux souvenirs. Après avoir dû faire face à plusieurs reports, Killian et l'ami Yass avaient notamment pu jouer en ouverture de Youssoupha, à Grasse. Leur meilleur moment commun de live.

 

En solo, Killian Alaari avait pu accrocher une participation au festival niçois Check The Rhyme en 2018, partageant l'affiche avec Niska, Vald ou encore Kalash. 

Ces prochains mois, l'agenda aura fière allure. Première étape, le 24 juin aux Nuits Carrées avec Disiz, donc, mais aussi Jazzy Bazz et Sopico.

Le 25 juillet, on le retrouvera au Théâtre de Verdure, à Nice, en première partie de Caballero & JeanJass.

Avant une autre date niçoise pour le Crossover Festival, le 8 septembre, avec IAM, Laeti et Fanny Polly.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.