“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L'étoile du disco Patrick Juvet s'est éteinte: il nous avait confié son envie d'enregistrer un nouvel album

Mis à jour le 01/04/2021 à 21:21 Publié le 01/04/2021 à 21:18
Patrick Juvet à Juan-les-Pins en 2019.

Patrick Juvet à Juan-les-Pins en 2019. Photo Patrice Lapoirie

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

L'étoile du disco Patrick Juvet s'est éteinte: il nous avait confié son envie d'enregistrer un nouvel album

Le chanteur Patrick Juvet est décédé ce jeudi à l’âge de 70 ans. C’est son agent, Yann Ydoux, qui l’a annoncé ce jeudi à l’AFP. Le corps de l’artiste a été retrouvé dans un appartement à Barcelone en Espagne, ville où il était installé il y a une vingtaine d’années.

Les causes du décès n’étaient pas encore établies. "Il y aura une autopsie, je l’avais eu au téléphone il y a trois jours, je l’avais trouvé bien", a également indiqué son agent à l’AFP.

Star du disco, notamment avec son tube Où sont les femmes ? en 1977, dont il compose la musique sur des paroles signées d’un tout jeune Jean-Michel Jarre, Patrick Juvet était compositeur avant tout. "Je n’estime pas être chanteur. Je compose, c’est mon truc. Et je finis par chanter…", résumait-il dans nos pages il y a deux ans.

Rappelez-vous, minettes

Un temps mannequin, celui qui était né le 21 août 1950 à Montreux, revient vite à la musique. Pianiste de formation, il est repéré pour ses talents de mélodiste et sort, en 1971, un premier 45 tours : Romantiques pas morts. L’année suivante, il chante La Musica, que les fidèles lui réclameront toujours en concert. Il compose pour les autres, aussi : en 1972 toujours, c’est Patrick Juvet qui signe la mélodie du Lundi au soleil pour Claude François.

En 1973, le Suisse finit treizième à l’Eurovision avec Je vais me marier, Marie, écrite par Pierre Delanöe. Il enchaîne avec un tube dont il ne pourra se défaire : Rappelle-toi minette.

En 1974, ce fan de David Bowie, plus branché glam-rock que variétés, se rêve autrement. Alors qu’il incite son choriste, un inconnu nommé Daniel Balavoine à se lancer, lui rencontre Jean-Michel Jarre avec lequel il réalisera une vingtaine de titres. Dont Où sont les femmes ?, qui lui collera à la peau. Avec I Love America, en 1978, il cartonne en France, au Royaume-Uni, en Italie…

Les décennies suivantes sont plus difficiles. Son dernier album original, Solitudes, sort en 1991. Disco, chanson, rock, il s’essaiera aussi à la techno mais le succès se fait plus rare et les soucis plus nombreux. Jusqu’à ce que la passion française qu’est la nostalgie ces quinze dernières années ne le fasse participer au succès des tournées Age tendre et têtes de bois.

"Ce que je trouve dommage, c’est cette coupure en 1982, constatait-il encore. J’aurais aimé continuer d’avancer avec de nouvelles chansons."

L'envie d'un nouvel album

En juillet 2019 à Juan-les-Pins, en marge du gala caritatif Stars à Juan, pour l’association Enfants Star et Match, Patrick Juvet confiait dans nos colonnes son envie d’un nouvel album.

"Je travaille tous les jours, ou presque, disait-il. J’essaie de faire des chansons, pour moi ou pour les autres. Mais d’abord, il faut élaborer (l’album) au piano avant de penser à retourner en studio. (...) Je joue sans forcément chercher de nouvelles sonorités. Je ne cherche pas le tube non plus. Et en même temps, je me dis pourquoi pas…"

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.