“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le Top 50 ressuscité à Monaco avec Marc Toesca

Mis à jour le 06/10/2016 à 05:09 Publié le 06/10/2016 à 05:09
L’étape de la tournée Top 50 à Monaco réjouit particulièrement Marc Toesca qui jouera «à domicile», étant résident de longue date en Principauté.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le Top 50 ressuscité à Monaco avec Marc Toesca

Il nous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître.

Il nous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Celui des années 80. Des looks improbables et des tubes inoxydables. Tout un monde qui reprendra vie vendredi soir sur la scène de la Salle Garnier. Avec le spectacle « Top 50 - Partez en live » présenté par Marc Toesca.

L'animateur aussi mythique que son « salut les ptits clous » des années pop est de retour pour présenter ce spectacle qui sillonne toute la France.

Le concept ? « C'est l'esprit d'une émission de télévision sur scène qui fait revivre les années Top 50 avec des images d'archives, des petites histoires. Et des artistes qui jouent en live », confie celui qui présentait le 4 novembre 1984 son premier Top 50.

Musicalement, le show se concentre d'ailleurs sur la période 1984-1993. Sur scène ce vendredi à Monaco, on pourra entendre autant le C'est la ouate de Caroline Loeb, Les Bêtises de Sabine Paturel. Mais aussi les Pow Wow, Zouk Machine, Partenaire Particulier, Stéfane Mellino des Négresses Vertes, Marian Gold d'Alphaville, Laura Mayne de Native ou Vivien Savage.

Une époque musicale riche

« On découvre ô combien cette époque était riche musicalement de mélodies qui se chantent, qui se sifflent et qui restent dans la tête encore aujourd'hui. La période était très créative. Et pour les artistes, c'est un exercice de se retrouver 100 % en live. dans ce spectacle. C'est ce qui a incité beaucoup d'entre eux à prendre part à cette tournée. Et ils ont choisi chacun de faire, en plus de leur tube, une reprise d'une chanson de l'époque. »

Dans la masse des tournées vintage qui remettent en lumière des gloires d'antan, c'est la société de production Décibels qui est venue solliciter Marc Toesca pour monter ce spectacle live, un peu différent. « Les producteurs, ce sont des gens qui ont grandi devant le Top 50 et ils n'ont pas oublié cette époque. »

La mise en scène a été confiée à Jean-Philippe Lemonnier, grand ordonnateur notamment du spectacle des Enfoirés, qui a imaginé ces grands écrans de télévision sur scène qui ont séduit les spectateurs des Zénith de France depuis février.

« À chaque fois, l'accueil est incroyable. Le public mélange a envie de revivre cette période. Beaucoup retrouvent leur adolescence », sourit Marc Toesca qui assure ne pas avoir la nostalgie de l'époque. « Dire "c'était mieux avant", ça ne m'intéresse pas. Mais c'est certain qu'il y a des souvenirs qui remontent via certaines chansons. »

Des souvenirs aussi de la grande époque Canal + qui diffusait l'émission. Un temps révolu. « Ça m'attriste de voir ce que la chaîne est devenue. Ce qu'avait conservé Canal +, c'est la force de ses pastilles humoristiques. Mais j'avoue ne pas comprendre les choix qui ont été faits ces dernières semaines sur cette antenne. »

En plus de la scène, Marc Toesca a changé de média en signant aujourd'hui sa 800e chronique pour Radio France. Des chroniques qui parlent des grands tubes qui ont jalonné l'histoire des hit-parades internationaux. On ne se refait pas !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.