Rubriques




Se connecter à

Le Philharmonique de Monte-Carlo célèbre le départ de son directeur

Un somptueux Double concerto de Brahms a ponctué, ce dimanche, la carrière à la baguette de l'orchestre Philharmonique de Monte-Carlo de Gianluigi Gelmetti et celle du corniste Nicolas Dosa

André PEYREGNE Publié le 28/06/2016 à 05:09, mis à jour le 28/06/2016 à 05:09
Dimanche, la violonniste Liza Kerob et le violoncelliste Thierry Amadi ont rayonné de complicité, sur le Double concerto de Brahms, pour la der, à la baguette, de Gianluigi Gelmetti. Photo Cyril Dodergny

Oh, le beau Double concerto de Brahms que nous avons entendu dimanche soir en l'Auditorium Rainier-III !

La violoniste Liza Kerob se dressait sur le devant de la scène, frémissante comme une flamme dans l'éclat de sa robe blanche. À ses côtés, le violoncelliste Thierry Amadi, tout de noir vêtu, était installé princièrement sur un podium. Tous deux se lancèrent dans le dialogue fluide, passionné, effréné, du concerto.

La violoniste avait un discours aérien, poétique, charmeur. Le magistral jeune violoncelliste répliquait avec panache. Les deux artistes qui ne se quittaient pas des yeux échangeaient une sorte de dialogue d'amoureux : un vrai concerto de Saint-Valentin ! On était aux anges.

Des adieux salués

Autour d'eux, l'Orchestre Philharmonique dirigé par Gianluigi Gelmetti était aux petits soins : les deux solistes qu'ils accompagnaient ne venaient pas de l'extérieur comme d'habitude mais étaient issus de leur propre phalange. Ils avaient donc pour eux une attention affectueuse. Cela s'entendait. Le public, à la fin, ovationna les solistes, l'orchestre et son chef.

 

Une autre œuvre de Brahms fut ensuite au programme : sa deuxième symphonie. Un souffle pastoral parcourt cette œuvre au centre de laquelle se dressent des cathédrales. Cette symphonie commence et s'achève par deux belles interventions de cor. Le corniste était, dimanche, Nicolas Dosa. On imagine que son cœur battit plus fort que d'habitude. Il donnait là, en effet, son dernier concert après trente-cinq ans de carrière. Il aura été excellent jusqu'à la dernière note.

Le chef d'orchestre Gianluigi Gelmetti dirigeait lui aussi son dernier concert en l'auditorium en tant que directeur de l'orchestre. (lire nos éditions de samedi). Une baguette qui s'abaisse sur l'ultime note d'une symphonie et tout un pan de carrière qui s'achève !

Gianluigi Gelmetti a fait beaucoup, en cinq ans, en tant que directeur, pour cet orchestre. Et cela jusque dans son ultime symphonie de Brahms ! Grazie, maestro !… Il conduira encore des concerts, mais en tant que directeur. Kazuki Yamada lui succédera à ce poste.

 

On le voit, le concert de dimanche comptait double - ne serait-ce que par la présence de son Double concerto !

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.