“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La 15e édition du festival Nuits carrées maintenue cet été à Antibes mais délocalisée au pied des remparts

Mis à jour le 23/03/2021 à 13:23 Publié le 23/03/2021 à 13:23
Sébastien Hamard, fondateur du festival Nuits carrées.

Sébastien Hamard, fondateur du festival Nuits carrées. Photo archives Franz Chavaroche

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

La 15e édition du festival Nuits carrées maintenue cet été à Antibes mais délocalisée au pied des remparts

La quinzième édition du festival musical urbain d’Antibes aura lieu dans un format inédit du 25 au 27 juin au pied des remparts de la commune d'Antibes.

Ne pas perdre de vue l’essence même de son existence. Voici la philosophie défendue par le festival Nuits carrées pour sa quinzième édition. Après l’annulation de sa programmation 2020, le rendez-vous musical antibois signé Label Note refuse d’adopter une posture dictée par les enjeux financiers et commerciaux. En clair : pas question de zapper une nouvelle saison, ni de travailler sur un modèle au rabais. Car, aujourd’hui plus que jamais, la culture a besoin d’espace pour se sublimer.

"C’est notre mission d’offrir un événement culturel au public", lance son fondateur Sébastien Hamard qui prône une formule "back to basics" avec un engagement fort pour cet été : permettre que les artistes puissent rencontrer des spectateurs. Une absence de face-à-face qui conduit tout un secteur au crève-cœur. Crise sanitaire oblige, la résilience s’inscrit dans une formule inédite. Si les dates restent inchangées – du 25 au 27 juin –, le lieu s’avère bien différent. Déménagement : "On quitte le Fort Carré pour s’installer sur l’esplanade du Pré-des-Pêcheurs." Un symbole fort. À plusieurs titres. D’abord, ce lien toujours ténu avec le patrimoine. En fond de scène, les pierres des remparts, à deux pas du port Vauban, sous l’œil bienveillant du fort situé en face.

Trois artistes par soir

Ensuite, un positionnement à l’orée de la vieille ville qui fait écho à la plage horaire des représentations. Chaque soir, de 18 heures à 22 heures, les projecteurs chatouilleront le plateau. "Cela permet aux gens de pouvoir profiter de la vie commerçante du cœur de ville", indique Sébastien Hamard, conscient du rôle prépondérant que doit jouer le festival dans la dynamique économique.

Et cela, quel que soit le contexte. "À l’heure actuelle, avec la distanciation, le public masqué et assis nous pouvons accueillir 504 personnes par soir. Mais cela peut augmenter, nous avons une réflexion sur l’ouverture de la scène", indique-t-il en insistant sur la volonté de rendre on ne peut plus accessibles ces trois soirées.

Comment ? En misant sur une billetterie adaptée. « Toutes les places ne seront pas disponibles en prévente. L’idée étant de pouvoir laisser la porte ouverte aux personnes qui passeraient devant l’esplanade et voudraient pouvoir entrer et écouter ce qu’il s’y fait", précise le mélomane qui renforce cette volonté en baissant clairement les tarifs : "Le billet par soir ne dépassera pas 10 euros. On doit participer à cet effort collectif." Un raisonnement assumé malgré l’impossibilité, pour le moment, de générer des recettes via des débits de boissons : "Cela ne doit pas être quelque chose d’éliminatoire. Certes, ce sont des poumons économiques pour les festivals. Mais cela ne veut pas dire que si on se passe de bar, on doit se passer des artistes. La logique ne doit pas être celle-là." En clair : Label Note n’a pas oublié qu’il était avant tout créateur d’expérience et non pas vendeur de cervoise. Et pour faire monter les degrés sans gobelets, quelle affiche privilégier ? "Les choses se finalisent…"

Pas de nom dévoilé pour le moment mais une chose est sûre : trois formations se produiront par live. Les sensibilités pour cette preuve par neuf ? "Nous voulons raconter l’esthétique du festival à travers cette édition. On aura de la pop, du rock, du hip-hop, de la soul… Un vrai panorama", se réjouit l’organisateur qui annonce : "Certains artistes qui sont déjà venus chez nous vont revenir. Nous ne l’avions fait qu’une fois, pour les dix ans."

Un joli clin d’œil à l’évolution de la manifestation qui, non, décidément, ne compte pas faire rentrer des ronds dans des carrés !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.