Rubriques




Se connecter à

Découvrez le programme des spectacles gratuits de l'été sur le Rocher à Monaco

La direction des Affaires culturelles, entre le Fort Antoine et la cathédrale, programme 21 soirées gratuites, du 27 juin au 15 août, pour un retour à la culture attendu.

CEDRIC VERANY Publié le 16/06/2021 à 10:38, mis à jour le 16/06/2021 à 10:39
Le Fort Antoine en mode "Covid compatible" l’an passé avait déjà accueilli le public. Photo Stéphane Danna/Dir. Com.

C’est une petite musique qui sent bon l’été. En dévoilant conjointement hier matin la programmation de la 51e édition du festival du Fort Antoine et la 16e édition du festival d’orgue, la direction des Affaires culturelles a clairement traduit la volonté d’une saison festive sur le Rocher.

Quatorze rendez-vous en plein air dans l’amphithéâtre du Fort Antoine, sept à la cathédrale, la moisson est dense.

Sur le fond et sur la forme. Car si le théâtre et la musique d’orgue ont la part belle, comme traditionnellement, de la programmation, un tiers des rendez-vous jouent la carte de la diversité : cinéma, philosophie, musique…

En effet, la direction des Affaires culturelles a reconduit son idée éclose l’an dernier d’inviter les acteurs de la culture en Principauté a prendre d’assaut le Fort Antoine le temps d’une soirée.

 

"Une manière pour les entités culturelles de renouer avec leur public dans une période compliquée", plaide Françoise Gamerdinger, directrice des Affaires culturelles, qui n’exclut pas de pérenniser à terme ce bras tendu vers la diversité culturelle chaque mois de juillet.

Manga, philosophie et Woody Allen

En attendant, la programmation 2021 est établie et c’est le Nouveau Musée National qui ouvrira le bal le 29 juin avec un programme de courts-métrages et de films animés sur le thème de la bande dessinée, écho à l’exposition actuelle à la villa Sauber.

Le lendemain, 30 juin, les Rencontres Philosophiques débattront sur le thème de l’amour. Le 2 juillet, la première des deux soirées de l’Institut Audiovisuel permettra la diffusion du long-métrage d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Vingt et une nuits avec Pattie.

L’autre soirée cinéma, le 16 juillet, mettra à l’honneur Woody Allen avec son Broadway Danny Rose de 1984.

 

Dans un autre style, le 6 juillet, la soirée du théâtre Princesse-Grace sera un seul en scène du compositeur et chroniqueur Alex Jaffray, qui partage son amour pour la musique.

Un hommage à Jean-René Palacio

Le 8 juillet, au tour du Printemps des Arts de proposer un récital mêlant Schubert et Beethoven. Le 9 juillet, les cinéphiles apprécieront Répétitions d’orchestre de Federico Fellini, programmé par la Fondation Prince Pierre.

Puis le 13 juillet, l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo changera de style avec un programme de chansons françaises, de Charles Trenet à Claude Nougaro, emmené par l’ensemble Monacobrass.

Enfin, le 23 juillet, la venue du groupe de Stefano di Battista reprenant les airs d’Ennio Morricone marquera un moment particulier pour rendre hommage à Jean-René Palacio, directeur artistique de la SBM, disparu il y a quelques jours.

 

"Il a œuvré à cette programmation et a pensé ce spectacle, alors nous lui dédierons", souffle, émue, Françoise Gamerdinger, "ce sera une belle soirée dans les étoiles".

Un festival d'orgue anniversaire

"Nous avons un des plus beaux orgues du monde, peut être on ne s’en rend pas bien compte", souligne Olivier Vernet, directeur artistique du festival qui a dévoilé ce mardi une édition 2021 en sept temps, qui marquera surtout le dixième anniversaire de l’orgue Thomas reconstruit dans la cathédrale il y a une décennie.

Forcément, une soirée de célébration lui sera dédiée le 4 juillet. Ainsi que les bonnes feuilles de l’ouvrage de Claude Passet et Silvano Rodi consacré aux orgues de Monaco, présenté le 28 juin lors d’une rencontre à la médiathèque.

Autre temps fort du seizième festival: la performance à la cathédrale le 27 juin de Gunnar Idenstam, qui a enregistré un album, Metal Angel en février 2020 et jouera cet opus en live.

Le 25 juillet, un florilège d’airs sacrés, de chant est annoncé avec Pierre-Yves Fleury à l’orgue et Caroline Miche au chant.

Le 8 août, un ciné-concert avec Le bossu de Notre-Dame de 1923 et l’improvisation à l’orgue de Karol Mossakowski.

Enfin pour la clôture le 15 août, Olivier Vernet et Cédric Meckler joueront à quatre mains à l’occasion de la sortie de leur disque enregistré en janvier dernier à la cathédrale.

Théâtre roi au Fort Antoine

C’est un retour à l’essentiel. "Des spectacles qui mettent en valeur la création artistique", souligne Ambre Pietri, programmatrice du festival de théâtre du Fort Antoine.

La première, le 20 juillet, traduit la volonté avec un seul en scène signé Guillaume Bailliart incarnant tous les personnages du Tartuffe de Molière dans Tartuffe d’après Tartuffe d’après Tartuffe d’après Molière.

Spectacle suivant le 27 juillet avec le collectif L’Avantage du doute, se questionnant sur l’héritage de Mai 68 dans Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon.

Clotilde Hesme dans la pièce Stallone, prévue le 3 août. Photo Huma Rosentalski.

Le 30 juillet, l’univers poétique du groupe Le Yang-Tsé-Kiang pour Voyage Voyage, introduira un ballet de rencontres dans une laverie sur un fond sonore entre Beethoven et Desireless.

Le 3 août, Stallone, est une production du Centquatre à Paris adaptée d’une nouvelle d’Emmanuèle Bernheim incarnée par Clotide Hesme.

 

Dernier rendez-vous le 6 août, avec la compagnie belge Raoul Collectif qui proposera un spectacle entre chant, musique et humour baptisé Le signal du promeneur.

Le chiffre : 70 %

Pour l’heure, le festival se tiendra avec des jauges de 70% dans le public. Même si les organisateurs espèrent atteindre le 100% si les conditions sanitaires s’adoucissent.

Tous les spectacles sont gratuits, mais il est obligatoire de récupérer des places exclusivement au théâtre Princesse-Grace, du lundi au vendredi de 10 heures à 17 heures.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.