“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Décès de la soprano Rosanna Carteri à Monaco

Mis à jour le 26/10/2020 à 17:57 Publié le 26/10/2020 à 17:56
Rosanna Carteri.

Rosanna Carteri. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Décès de la soprano Rosanna Carteri à Monaco

La chanteuse s’est éteinte dimanche, à son domicile monégasque. Elle avait 89 ans. Magnifique artiste des années cinquante et soixante, elle décida ensuite de se consacrer à sa famille

"On l’appelait La Carteri. Dans le monde de l’opéra, cela veut dire quelque chose tout de même! C’était une grande voix de soprano mais également une femme superbe, rayonnante, très agréable, très élégante, qui a fait une grande carrière."

Ce lundi, Jean-Louis Grinda, directeur de l’Opéra de Monte-Carlo apprenait avec beaucoup de tristesse le décès de Rosanna Carteri, survenu dimanche matin, à son domicile du Château Périgord 1, à l’âge de 89 ans.

Un appartement qui fut le cocon d’une famille unie depuis 1975. Une famille pour laquelle la chanteuse a décidé d’interrompre sa vie professionnelle pourtant destinée à la porter toujours plus haut mais forcément toujours plus loin des siens.

René Croesi se souvient: "Elle m’a dit un jour: 'J’ai renoncé à ma carrière lorsqu’il a fallu que je quitte mes enfants pour partir répéter à La Scala de Milan'."

"Un timbre pulpeux et sombre"

L’ancien directeur de l’Orchestre de Monte-Carlo souligne aussi les qualités exceptionnelles de Rosanna Carteri.

"C’était une femme extraordinaire, très humaine, sans ego démesuré. Sa voix était très jolie, très pure, à la limite du spinto, au timbre pulpeux et sombre, empreinte de profondeur. Je garde de Rosanna Carteri le souvenir d’une grande artiste qui aborda avec beaucoup de succès les premiers grands rôles de soprano du Répertoire, mettant ses qualités musicales au service des partitions. En amitié, elle fut une femme charmante, vraie, fidèle."

Si Rosanna Carteri a quitté la scène à 36 ans pour élever ses enfants aux côtés de son mari Franco Grosoli, son parcours artistique n’en reste pas moins remarquable.

Alors étudiant au conservatoire de Paris et jeune cor solo, René Croesi a croisé son parcours. C’était en 1962 à de la Société des Concerts du Conservatoire devenue depuis l’Orchestre de Paris.

Il se rappelle: "Elle a participé à l’Opéra d’Aran composé par Gilbert Bécaud, créé au théâtre des Champs-Élysées sous la direction de Georges Prêtre, dans une mise en scène de la célèbre Magharita Walmann qui fut résidente monégasque. Cet opéra était assez extraordinaire à l’époque et a largement contribué à la renommée de Rosanna Carteri."

Elle débute à 14 ans

Rosanna Carteri "une grande voix de soprano mais également une femme superbe".
Rosanna Carteri "une grande voix de soprano mais également une femme superbe". Photo DR

Née à Vérone le 14 décembre 1930, Rosanna Carteri débute à l’âge de 14 ans. Elle remporte un concours de chant de la RAI en 1948, ce qui lui ouvre les portes du métier. Elle débute en Elsa de Lohengrin en 1949 aux Thermes de Caracalla, à Rome, puis se produit à La Scala.

Elle a interprété de très nombreux opéras et son talent la porte au-delà des plus belles scènes italiennes : au Festival de Salzbourg en 1952 en Desdemona, face à l’Otello de Ramon Vinay et sous la direction de Mario Rossi; à San Francisco en 1954, où elle est Mimi dans La Bohème; à Chicago en 1955, où elle joue la Marguerite de Faust.

Elle débute avec Tosca à Londres en 1960 et avec Violetta de La Traviata à Paris en 1961. Elle chante également à Monaco, à l’occasion de la Fête du Prince, un opéra de Renzo Rosselini.

Parallèlement, elle enregistre quelques disques et participe à de nombreux opéras filmés pour la RAI. Jean-Louis Grinda mentionne notamment sa participation dans Mi Permette, babbo, le célèbre film italien réalisé par Mario Bonnard en 1956, où la chanteuse joue son propre rôle.

Il se rappelle également avoir accueilli Rosanna Carteri et son époux Franco Grosoli lors d’un dîner avec les Amis de l’Opéra de Monte-Carlo, à l’issue de la première d’Andrea Chénier en 2008.

Le 27 novembre 2014, Franco Grosoli s’en est allé le premier. Le couple aurait fêté ses 61 ans de mariage ce mois-ci.

Les obsèques de Rosanna Carteri ont lieu jeudi, à 10 h 30, en l’église Saint-Charles.

Monaco-Matin adresse toutes ses condoléances à la famille.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.