Rubriques




Se connecter à

Les moments clés du titre de champion du monde de MotoGP du Niçois Fabio Quartararo

Retour sur les moments clés de la conquête par Fabio Quartararo (Yamaha) de son premier sacre en MotoGP, le premier aussi pour un Français dans la catégorie reine de la vitesse moto.

la rédaction avec AFP Publié le 24/10/2021 à 18:40, mis à jour le 24/10/2021 à 18:41
Le pilote Yamaha Fabio Quartararo vainqueur du GP de Doha sur le circuit international de Lusail, le 4 avril 2021 AFP/Archives / KARIM JAAFAR

28 mars: course mature au Qatar

Pour un prétendant au titre, commencer la saison cinquième n'est pas idéal, mais Quartararo, gêné par son pneu arrière, en tire une certaine satisfaction. "J'ai retenu la leçon de l'an dernier", se félicite le jeune homme, qui lâchait prise quand il était contrarié. "Les jours difficiles, une cinquième place est ce dont nous avons besoin."

4 avril: première victoire à Doha

Pour la deuxième course, toujours au Qatar, le pilote Yamaha ouvre son compteur de victoires. Avec Johann Zarco (Ducati-Pramac), ils offrent à la France son premier doublé dans la catégorie et une Marseille mémorable, entre larmes et rires. "C'était un grand moment ensemble, un des plus grands de ma carrière", assure Quartararo.

18 avril: revanche au Portugal

Le Grand Prix du Portugal était un test pour Fabio, qui y était en difficulté en 2020, affecté par son échec à conquérir le titre et une moto récalcitrante. Cette fois, il s'impose avec près de 5 secondes d'avance et obtient deux preuves qu'il attendait: sa moto a "progressé" et lui est "plus solide mentalement". Devenu leader du championnat, la chasse à la couronne est ouverte.

2 mai: pépin physique en Espagne

"Je n'avais plus de force. Mon bras, c'était de la pierre". Handicapé par un problème musculaire (syndrome des loges) au bras droit, le Français signe son plus mauvais résultat de la saison en Espagne (13e). Opéré, il revient deux semaines plus tard à domicile, au Mans, avec la pole position et une troisième place qui lui permet de reprendre la tête du championnat. Il ne la lâchera plus.

27 juin: vacances bien méritées après Assen

A l'heure de la trêve estivale, après neuf courses sur dix-huit, Quartararo comptabilise quatre victoires (la dernière sur le circuit néerlandais) et 34 points d'avance au classement des pilotes. "Je suis à un très bon moment de ma carrière. J'ai beaucoup de confiance car, à chaque fois que je monte sur ma moto, je me sens de mieux en mieux", clame-t-il. Il faudra revenir dans le même état de forme et d'esprit début août pour deux GP sur un circuit qui n'est pas le plus favorable à Yamaha: le Red Bull Ring autrichien.

 

29 août: une main sur le titre à Silverstone

Fabio Quartararo euphorique après sa victoire dans le GP de Grande Bretagne sur le circuit de Silverstone, le 29 août 2021 AFP/Archives / Adrian DENNIS.

En Autriche, "El Diablo" ne s'est classé "que" troisième et septième, mais les moins bons résultats de ses principaux adversaires lui permettent de totaliser 47 points d'avance au général. En Grande-Bretagne, ensuite, il gagne et porte son avantage à 65 longueurs ! "Il a pris une bonne option sur le titre", remarque Zarco. "Fabio pilote mieux que nous tous. Je n'ai pas l'impression que qui que ce soit puisse le battre lors de toutes les courses. Or il faudrait le battre à chaque fois" pour lui chiper la couronne, développe l'Espagnol Aleix Espargaro (Aprilia).

3 octobre: "la semaine la plus dure" au Texas

En manque de sommeil à cause du décalage horaire, "le ventre noué" avant la course par la pression du championnat, Quartararo a vécu sa "semaine la plus dure" à Austin (Texas) pour le GP des Amériques. Il n'a donc "jamais été aussi content d'une deuxième place", qui lui offre une première chance de sacre lors de la manche suivante, la seizième sur dix-huit.

24 octobre: couronnement en Emilie-Romagne

Drôle de scénario pour un sacre ! En difficulté sur la piste humide du circuit italien de Misano et peu enclin à prendre des risques du fait de sa confortable avance au championnat, Fabio se qualifie quinzième, sa plus mauvaise position de départ en MotoGP. Son dernier rival, l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati), part en pole et creuse l'écart en tête, pendant que Quartararo remonte. Coup de tonnerre à cinq tours de l'arrivée: "Pecco" tombe ! "El Diablo", quatrième de la course, se voit offrir le titre et entre dans l'histoire.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.