Rubriques




Se connecter à

Le pilote Jason Dupasquier "dans un état grave" après son accident au GP moto d'Italie

Le Suisse Jason Dupasquier est "dans un état grave", a indiqué à l'AFP une source médicale, après sa lourde chute lors des qualifications du Grand Prix d'Italie en catégorie Moto3 samedi.

AFP Publié le 29/05/2021 à 17:33, mis à jour le 29/05/2021 à 17:33
Photo AFP

"Le patient a été transferé au centre de traumatologie de l'hôpital Careggi, il est polytraumatisé et dans un état grave", a expliqué cette source qui n'a "aucune information" sur une éventuelle intervention neurochirurgicale qui serait en cours selon la presse italienne.

Selon les images de télévision, Dupasquier a chuté en toute fin de qualifications et a semblé être touché par une moto, avant de glisser sur la piste.

Après une longue intervention des secouristes, le Suisse de 19 ans a été transféré par hélicoptère médical à l'hôpital Carregi, à Florence.

 

Le Japonais Ayumu Sasaki et l'Espagnol Jeremy Alcoba, également impliqués dans l'accident, "vont bien", ont rapidement précisé les organisateurs.

Jason Dupasquier est le fils du pilote de motocross et Supermotard Philippe Dupasquier. Après des débuts en Supermotard, il s'est concentré sur la vitesse en circuit, passant par tous les échelons, malgré une grosse blessure au fémur gauche ce qui l'a privé de la saison 2018.

Dupasquier a fait ses débuts dans le Championnat du monde Moto3 en 2020 sous les couleurs de l'écurie allemande PrüstelGP qui fait courir des KTM.

Il n'a marqué aucun point et s'est classé 28e pour sa première saison. En 2021, après cinq départs, il a inscrit 27 points et pointe à la 10e place du classement des pilotes.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.