Rubriques




Se connecter à

"Rien à voir avec une tornade": un prévisionniste de Météo France décrypte le spectaculaire tourbillon filmé dans la région niçoise

Un élégant tourbillon se dresse dans le ciel azuréen, esquisse un déhanché quelques instants, puis s’évapore en semant un nuage de poussière. Ce "dust devil" a été filmé à Blausasc samedi par un jeune observateur, qui l’a partagé sur Twitter. Un "diable de poussière" favorisé par un cagnard d’enfer.

Christophe CIRONE Publié le 29/05/2022 à 13:08, mis à jour le 29/05/2022 à 15:40
Ce spectaculaire tourbillon de poussière a été filmé samedi à Blausasc par @berkoukchib. Capture d’écran Twitter

Comment se forme un dust devil, cet impressionnant tourbillon filmé samedi dans la vallée du Paillon? Présente-il un danger? Ce phénomène est-il rare? Quelle différence avec une tornade?

Les réponses d’un prévisionniste de Météo France.

Observé par beau temps

Un élégant tourbillon se dresse dans le ciel azuréen, esquisse un déhanché quelques instants, puis s’évapore en semant un nuage de poussière. Ce dust devil a été filmé à Blausasc samedi par un jeune observateur, qui l’a partagé sur Twitter. Un "diable de poussière" favorisé par un cagnard d’enfer.

"C’est un phénomène qui se produit par beau temps, explique Thomas Birot, prévisionniste à Météo France Sud-Est, à Aix-en-Provence. Le dust devil se forme quand le sol est surchauffé. Cela provoque des ascendances: l’air se met à monter en tourbillonnant. Là, on arrive à le voir parce que la poussière matérialise ce tourbillon, sur un terrain de terre. La plupart du temps, on ne le voit pas."

 

Un air de tornade, mais...

Toutes proportions gardées, la scène évoque ces impressionnantes images qui nous parviennent régulièrement des Etats-Unis. Mais ce dust devil n’a "rien à voir avec une tornade, qui survient sous un nuage d’orage appelé cumulonimbus", insiste Thomas Birot.

"Aux Etats-Unis, ce sont de vraies tornades, avec des supercellules orageuses auxquelles sont associés des phénomènes violents." Un tel phénomène a été observé le 22 mai dernier dans l’ouest de la France, générant des grêlons de la taille de balles de tennis.

Pas si rare, mais rarement vu

La scène filmée à Blausasc est éloquente. Et rare. Pourtant, un dust devil n’est pas exceptionnel. "C’est très local. Il faut être au bon endroit, au bon moment", selon Thomas Birot. Ce mois de mai particulièrement chaud est favorable à l’apparition d’un diable de poussière.

"Tout au long de l’été, on va avoir les mêmes conditions, prévient le prévisionniste. Il peut y avoir une grosse différence de température entre la terre brute qui chauffe et la végétation voisine." Si les prévisions se confirment, d’autres diablotins pourraient donc surgir cet été. Reste à dégainer son smartphone suffisamment vite pour les mettre en boîte.

Un phénomène sans danger

Un dust devil a une durée de vie éphémère, "entre quelques secondes et une à deux minutes". Malgré son nom menaçant, il "ne présente pas de danger, rassure Thomas Birot. Les vitesses de vent associées sont beaucoup plus faibles que celles d’une tornade. Elles ne dépassent pas les 40km/h."

 

Bref, "c’est plus esthétique que dangereux". Un tourbillon de plaisir pour les yeux.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.