“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

RECIT. Heure par heure, comment la tempête Alex est montée en puissance tout l'après-midi dans les Alpes-Maritimes

Mis à jour le 02/10/2020 à 21:31 Publié le 02/10/2020 à 19:12
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

RECIT. Heure par heure, comment la tempête Alex est montée en puissance tout l'après-midi dans les Alpes-Maritimes

Tout au long de ce vendredi, lentement mais très sûrement, la tempête Alex s’est renforcée en traversant les Alpes-Maritimes, pour se déchaîner littéralement à partir de 15 heures, particulièrement sur le haut pays. Des environs de Grasse à la Roya, en passant par la Vésubie et la Tinée. Toutes les communes azuréennes avaient anticipé en activant des PC de crise en lien avec celui de la préfecture des Alpes-Maritimes. On récapitule.

Après une matinée et un début d’après-midi ponctués de grosses averses et de périodes d’accalmie, Alex a montré toute sa puissance progressivement à partir de 15 heures. Le niveau du Var a commencé à monter dangereusement un peu avant 16 heures...

À Saint-Laurent-du-Var, face à la menace, le maire, Joseph Segura décide de l’évacuation de sa zone industrielle. Vingt minutes après, la Ville de Nice annonce la fermeture de la chaussée sud de la promenade des Anglais menacée par les vagues.

Depuis 15 heures, plus aucun bus ne circule à Nice à l’exception de ceux desservant les hôpitaux. Les lignes 1 et 2 du tram continuent, elles, leurs rotations.

Les bus de l’agglomération de Menton ont coupé le moteur, quant à eux, à 14 heures sur tout le territoire de la Riviera française. La SCNF avait pris les devants: plus aucun train ne circule depuis ce vendredi midi.

Les centres commerciaux ferment

⏱ À 14 heures, encore, par décision préfectorale certains centres commerciaux sont obligés de baisser le rideau comme Polygone Riviera à Cagnes, ou Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var. Marineland à Antibes ferme ses guichets également.

⏱ À 15h30 les premières évacuations débutent à Saint-Martin-Vésubie, où la situation devient critique. Des trombes d’eau s’abattent sur le village. Pas mieux dans la vallée de la Tinée, notamment à la Courbaisse en proie à un véritable déluge. 

Partout dans le département, l’eau et le vent d’une force incroyable ont fait chuter des arbres, coupant des routes à la circulation. C’est le cas à Grasse en direction de Cabris, à Tende, à Fontan et vers Saint-Dalmas-le-Selvage. Ou encore à Drap où tout un quartier a été privé d’électricité, les branches ayant emporté des câbles.

⏱ A 14h, 2600 foyers n’avaient plus l’électricité dans le département. Ils étaient plus de 8.000 à 18 heures.

500 pompiers mobilisés

⏱ À 15h30 les sapeurs pompiers des Alpes-Maritimes, renforcés par des marins pompiers des Bouches-du-Rhône, mais aussi d’hommes du Gard et de l’Hérault ont effectué 85 interventions en lien avec la tempête et 40 étaient encore en cours. En tout, plus de 500 pompiers sont mobilisés dans les Alpes-Maritimes.

De nombreuses évacuations 

⏱ À 16 heures, à l’ouest du département, la police municipale entame les évacuations à Mandelieu-la-Napoule. Les habitants des rez-de-chaussée des quartiers à risque sont invités à quitter leur logement par sécurité.

⏱ À 17h, le préfet sonne l’alerte maximum dans la vallée de La Vésubie, alors que le premier vol est empêché d'atterrir à l’aéroport Nice côte d’Azur. Un Strasbourg Nice est dérouté vers Montpellier. L'aéroport reste cependant ouvert... 

D'importants dégâts dans le haut-pays

À Saint-Martin-Vésubie, où la situation devient critique, les secours recherchent une retraitée du village qui aurait pu être emportée par la crue de La Vésubie. Le pont de la Maissa s’effondre sous la puissance du Boréon en furie. Une station-service est emportée par les eaux. La Tinée est montée à plus de 6 mètres par endroits.

Des villages coupées du monde

Et dans le ciel, c’est une intense activité électrique. Plus de 4200 éclairs ont été enregistrés, dont 261 pour le seul village de Saint-Martin-Vésubie. Des évacuations sont organisées dans la vallée. 
C’est l’heure d’activer les grands moyens. Carros et Saint-Martin-du-Var décident d’ouvrir leur gymnase pour accueillir cette nuit tous les habitants de la vallée qui ne pourraient pas rentrer chez eux.

⏱ Ce vendredi à 18 h 30, Roquebillière, Saint-Martin-Vésubie et Belvédère étaient coupés du monde. Dans la même temps, la route menant à l'aéroport et jouxtant le Var était fermé à la circulation. 

2 personnes emportées a roquebillière, 5 disparus au total

Vers 18h également, Deux personnes âgées ont été emportées par une Vésubie déchaînée en fin d'après-midi à Roquebillière.

Âgées de 80 et 90 ans, elles se trouvaient sur le toit de leur maison lorsque le bâtiment a été emporté par les eaux. Notre journaliste, Grégory Leclerc était présent sur les lieux au moment du drame. Il nous raconte au téléphone: "On les a vus partir sous nos yeux. Ils étaient réfugiés sur toit d'une toute petite maison et se signalaient par une loupiotte pour que les pompiers les repèrent. Jusqu'à la fin... Malheureusement, ils se sont retrouvés au milieu du fleuve. Pas moyen de les sauver, les secours étaient en train d'accéder à la maison quand elle a été emportée par la crue."

Ce drame vient s'ajouter à deux autres recherches de personnes, toujours dans la vallée de Vésubie.Une personne âgée aurait été vue, emportée par les eaux, à Saint-Martin-Vésubie. Une autre personne était recherchée cet après-midi, toujours à Roquebillière. Au total, 5 personnes étaient portés disparues vendredi soir dans les Alpes-Maritimes.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.