"On était sur le pont, les navires s’entrechoquaient !", la stupeur d'un Niçois face aux orages en Corse

Ne pas prendre de risque. C’est bien pour cela que le Niçois David Colin n’a pas poursuivi hier matin sa route à Barcaggio, de l’autre côté du Cap Corse. En chemin, le marin s’est mis à l’abri à Macinaggio.

Margot Dasque Publié le 18/08/2022 à 19:29, mis à jour le 18/08/2022 à 19:41
David Colin a immortalisé le départ de la navette SNSM pour sauver un voilier à la dérive au Cap Corse. Photo de David Colin

Un arrêt contraint et forcé afin de vivre le phénomène orageux en sécurité: "Je n’ai jamais vu cela… Je suis habitué à naviguer du port d’Antibes, ce n’est pas quelque chose de courant chez nous!"

L’amoureux de la mer revient sur l’épisode qu’il vient de vivre: "Sous le coup de 10 heures, le vent a soufflé à près de 100km/h dans le port. C’était violent! " Pas possible de rester dans le bateau: "On était sur le pont, les navires s’entrechoquaient. C’était très impressionnant… Je n’ose même pas imaginer du côté de Calvi ou encore à Saint-Florent."

Une ambiance "un peu spéciale" règne dans le site maritime où l’Azuréen se trouve. "Il y a beaucoup d’Italiens, tout le monde était à l’œuvre pour sécuriser les bateaux… " A 10h30, la sirène sonne: "La navette SNSM est sortie pour assister un voilier à la dérive. "

 

Urgence. "Si on navigue dans ces conditions, on ne voit rien. Le vent soulève l’eau de la mer, cela crée une sorte d’embrun. Les rafales peuvent coucher le bateau!"

En fin d’après-midi, le parallèle est radical: "C’est parti aussi vite que c’est venu. On peut presque aller à la plage. "

De quoi espérer que le temps reste tout aussi clément pour son retour dans la cité des Remparts…

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.