Rubriques




Se connecter à

Vers un changement de statut pour Monaco Info?

C’est l’avis soulevé par plusieurs élus en séance publique au Conseil national qui plaident de dissocier le média de l’administration. Le ministre d’État a accepté d’examiner la question.

Cédric Verany Publié le 14/12/2020 à 21:52, mis à jour le 14/12/2020 à 21:52
Pour la majorité des élus, l’unique chaîne de télévision nationale devrait pouvoir gagner en information pluraliste. Photo Jean-François Ottonello

La chaîne de télévision Monaco Info doit-elle gagner en indépendance?

Au moment de voter la ligne budgétaire dédiée à la direction de la Communication vendredi soir en séance publique d’étude du primitif 2021, la question est revenue au milieu de l’hémicycle.

Un sujet soulevé d’abord par Jean-Louis Grinda, qui, félicitant "la réactivité" des équipes de Monaco Info pendant la période de confinement, s’est questionné sur la façon de faire évoluer cette "télévision d’État, qui en 2021 ne peut pas être l’ORTF de 1965".

L’occasion pour l’élu d’Union Monégasque de se remémorer une volonté affichée il y a quelques années par l’ex-ministre d’État Serge Telle de faire évoluer le modèle de cette chaîne. Volonté restée sans acte.

 

Le débat lancé, le président Stéphane Valeri l’a attrapé au vol. Lui aussi a félicité le travail des équipes de la chaîne nationale.

"Nous avons eu le sentiment, au plus fort de la crise, que Monaco Info devenait une chaîne d’information pluraliste, équilibrée, avec des contrepoints intéressants, n’hésitant pas à poser des questions, pas toujours à faire des compliments. En faisant d’ailleurs sur ce point, si on est objectif, preuve de davantage de liberté lorsqu’il s’agissait de me challenger moi-même ou un élu dans les questions pertinentes, que les membres du gouvernement", souligne-t-il, écho à quelques interviews musclées à l’antenne.

Mais pour le président Valeri, si la modernisation est à noter sur la forme, elle doit s’accompagner d’une restructuration de fond.

En finir avec des "journalistes fonctionnaires"?

"Monaco Info est la chaîne de Monaco, elle fonctionne grâce aux crédits de l’État, votés par le Conseil national et utilisés par le gouvernement. En ce sens, cette chaîne ne saurait redevenir le canal de communication du seul gouvernement. Il s’agit de la chaîne publique de l’État monégasque. Elle ne peut plus souffrir la dichotomie entre information et communication. Un pas en avant a été fait durant le confinement, il ne faut pas reculer désormais."

 

Prenant lui aussi la métaphore de l’ORTF française, reformée par le président Giscard d’Estaing, il continue: "On a transformé en France il y a quelques décennies des journalistes fonctionnaires en journalistes non-fonctionnaires, par un organisme public où le gouvernement n’est pas le seul à donner des instructions. Si on veut une info pluraliste dans ce pays, ce qui me semble la moindre des choses, il faudra bien que vous entendiez un jour ce message. Si on veut être efficace, il faut être pluraliste, les téléspectateurs ne sont pas dupes. Si on veut qu’un journaliste se sente totalement indépendant et libre, il ne faut pas qu’il soit un employé du gouvernement, c’est tellement évident".

"Il y a de l’objectivité dans les journaux télévisés"

La réforme envisagée par Serge Telle il y a quelques années n’a pas eu lieu. "Il avait annoncé qu’il ne fallait plus que la communication du gouvernement soit confondue avec l’information de Monaco Info. Puis il y a un recul à grands pas, un rétropédalage et rien n’a changé", regrette Stéphane Valeri.

Le débat a fait réagir sur le siège l’actuel ministre d’État, qui s’est dit "sensible" aux interventions entendues par les élus de bords différents.

"Les journalistes ont beau être rémunérés par le gouvernement, il n’en demeure pas moins qu’ils ont une déontologie et une exigence d’objectivité pour être crédibles vis-à-vis de la population. Et je trouve qu’il y a de l’objectivité dans les journaux télévisés", répond Pierre Dartout.

 

"Cette télévision publique, qui a le souci d’impartialité en Principauté, ne peut pas être de même nature que dans les grandes nations, et il y a des adaptations qui sont nécessaires. Mais aussi la nécessité de faire passer un certain nombre de messages Et je suis prêt à examiner avec vous un certain nombre d’évolutions qui pourraient être faites."

Une réponse saluée par les élus qui espèrent sa concrétisation en actes.

Crise économique: une nécessaire adaptation des aides pour entamer 2021

Une fois n’est pas coutume, c’est à un concert de louanges qu’a eu droit le gouvernement quant au maintien de nombreuses activités dans le pays face à la deuxième vague de la Covid-19.

Daniel Boéri vante "un choix extraordinaire" de maintenir les spectacles. Idée appuyée par Jean-Louis Grinda.

"En nous permettant de jouer, on a permis aux gens d’aller au théâtre mais à des artistes, à des techniciens de gagner leur vie ce qu’ils ne faisaient plus depuis neuf mois".

Et Stéphane Valeri de remercier "des décisions courageuses" du souverain.

Non sans souligner qu’il reste "un parent pauvre": le sport. "Il faut réfléchir à permettre davantage la pratique du sport en Principauté, qu’on puisse retourner dans les salles. C’est une vraie attente dans le pays".

Sur le sujet, Pierre Dartout a noté que l’idée est étudiée et lors de l’allocution du souverain prévue cette semaine, "il n’est pas impossible qu’il aborde ce sujet".

"Chaque entreprise a besoin d’une solution"

Avant cela, au chapitre dédié au département des Finances et de l’Économie, les élus Balthazar Seydoux et Corinne Bertani ont plaidé le besoin de maintenir le soutien à l’économie nationale.

"Il n’y a pas une solution, mais que chaque entreprise a besoin de sa solution", assène le président de la commission des Finances.

Ainsi, Jean Castellini, a admis que "la relance n’a pas été au rendez-vous". Et que les aides de la CARE doivent se poursuivre, voire se renforcer pour certains secteurs.

"Nous continuerons à soutenir l’activité des artisans taxi par exemple, car les congrès ne seront pas de retour au premier trimestre. Mais aussi les entreprises, sous le coup de fermeture administrative, où les aides pourront être étendues."

Il faut aider les restaurants du Rocher

Pour le secteur de Monaco-ville particulièrement touché, le conseiller de gouvernement invite aussi la population à se rendre dans les restaurants du Rocher.

"Il faut que ces restaurants reçoivent davantage d’attention de la part des résidents et salariés. Dans certains quartiers, on a du mal à trouver une table dans un restaurant pour déjeuner. Sur le Rocher, beaucoup moins. Monaco-ville est très accessible, en Monabike, en bus. Et nous allons proposer aussi un service de taxi financé à un tiers (5 euros) par le commerce et deux tiers (10 euros par le gouvernement) pour que les gens hésitants se rendent plus facilement sur le Rocher."

Autre attente, à la question de Corinne Bertani d’offrir quatre heures de gratuité dans les parkings publics sous condition d’achats pour les automobilistes qui viennent faire du shopping, Jean Castellini a confirmé que cette possibilité devrait être proposée au plus tard, dès le week-end prochain.

Un million d'euros

C’est la somme déjà dépensée via l’application Carlo par les fonctionnaires, agents de l’État, de la commune et hospitaliers qui ont reçu une prime exceptionnelle de Noël sous forme de bons d’achat à dépenser via cette plateforme, dans 146 commerces de la Principauté.

L’objectif de cette prime exceptionnelle est aussi d’injecter 5 millions d’euros dans l’économie locale.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.